Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Le Rakugo ou la Vie / Descending Stories

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 26/01/20 12:41    Sujet du message: Le Rakugo ou la Vie / Descending Stories Répondre en citant



Je ne sais si ce sujet sera très populaire, dans la mesure où le manga n'est pas disponible en France (à la différence de son adaptation animée). Mais j'estime qu'il mérite son espace dédié.

Comme son titre l'indique, Le Rakugo ou la Vie est un manga sur le rakugo, un art japonais où un conteur raconte une histoire codifiée sur scène, interprétant tour à tour chaque personnage sans pour autant se déplacer et avec pour seuls accessoires un éventail et un morceau d'étoffe. Un sujet qui pourra sembler hermétique au public occidental, d'autant plus que les histoires en question font de nombreuses références typiquement japonaises, comme au quartier des plaisirs d'Edo.

Sauf que le rakugo n'est pas important. Enfin si. Disons que c'est comme le karuta dans Chihayafuru : le titre peut s'apprécier sans s'intéresser à la discipline dont il parle, même si en l'occurrence, l'autrice Haruko Kumota est véritablement passionnée par son sujet et apporte de nombreuses explications à même de combler les néophytes. De quoi joindre l'utile à l'agréable.
Mais ce manga aurait pu évoquer d'autres arts traditionnels japonais, du moment que ceux-ci supposent un apprentissage, une relation maitre-élève, et une structure codifiée.
Si vous aimez le rakugo ou êtes tout simplement curieux quant à la culture nippone, cette série vous donnera toutes les informations dont vous avez besoin (l'édition américaine étant en outre riche en clés de compréhension). Toutefois, il ne s'agit pas d'un guide, d'un documentaire sur le rakugo, mais d'une histoire passionnante étalée sur plusieurs générations.

L'histoire commence lorsqu'un jeune homme sort de prison, bien décidé à changer de vie. Lors de son séjour, il a assisté à une représentation de rakugo par Yakumo Yurakutei, 8ème du nom, un célèbre rakugoka dont la prestation l'a transporté. Pour lui, l'avenir est tout tracé : aller trouver Yakumo, et lui demander de le prendre comme élève. Plus facile à dire qu'à faire.

Ce court résumé correspond au premier chapitre de la série, mais ne lui rend pas non plus hommage. Pour ma part, je l'ai commencé sur cette seule base, en grande partie en raison des excellentes critiques entendues à son propos. Elle était aussi mise en avant lors de l'exposition Diversity in Manga à Londres, me donnant l'occasion d'acquérir le premier tome. J'ai immédiatement accroché, avant tout grâce au dessin de Haruko Kumota et sa façon de dépeindre les relations entre les protagonistes. Une qualité qu'elle ne perdra jamais tout au long du manga, alternant moments de tendresse, drame, pointes d'humour, et sentiments ambigus.

La série possède toutefois une structure étonnante. Comme le suggère son titre original Showa Genroku Rakugo Shinju, elle se déroule en grande partie durant l'ère Showa, à travers les souvenirs de Yakumo ; à l'instar du Shôwa de Shigeru Mizuki (une de ses œuvres autobiographiques) nous suivrons le futur Yakumo et ses compagnons durant toute cette période de l'histoire japonaise. Et si vous pouvez avoir l'impression d'avoir sauter des chapitres, c'est tout simplement car l'autrice n'hésite pas à faire des bons dans le temps ; les événements qu'elle dépeint commencent bien avant la sortie de prison de Yotaro (son nom de scène) et continuent pendant bien des années.

Il est fascinant de voir l'autrice nous décrire ainsi les instants de vie marquant de ses personnages, parfois pendant de nombreuses décennies. L'un d'entre eux sera d'ailleurs toujours là, spectateur - et parfois un peu plus - des tourments des Yakumo. Haruko Kumota nous propose des caractères marquants, des parangons de complexité et d'imperfection avec chacun leurs joies, leurs peines, et leurs aspirations. Yotaro, malgré son passé, parait le plus stable et le plus droit, tandis que son maitre semble hanté par les fantômes du passé, incarnés par sa fille adoptive Konatsu. La série aurait pu s'arrêter au bout de cinq tomes car les principaux enjeux paraissent bouclés, mais je lui sais gré d'avoir continuer.

Et c'est magnifique. La vie ne les aura pas épargné, mais ils continuent pourtant de vivre comme ils le peuvent, se raccrochant toujours au rakugo avec plus ou moins de bonheur.
Je ne voulais pas lire le dernier tome, je ne voyais que trop bien comment cela allait se terminer pour moi. Cela n'a pas loupé, l'autrice a trituré mes émotions dans tous les sens. Mais cela fait du bien, parfois, de se laisser aller, de savourer le quotidien des personnages.

Le Rakugo ou la Vie est un grand manga, à mettre à côté de ceux de Fumi Yoshinaga. Si la langue anglaise ne vous effraie pas, il s'agit d'un immanquable.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien·ne


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 07/02/20 11:48    Sujet du message: Avis sur Le rakugo ou la vie venant des Dernières Lectures Répondre en citant

Je suis très heureuse de voir que tu as enfin lu cette série. Pour moi, ce fut une véritable révélation, c'est probablement mon manga préféré des années 2010 (càd sorti dans les années 2010 au Japon). Pour ma part, depuis que j'ai croisé la couverture du volume 1, ce titre m'a intriguée longtemps avant que je n'apprenne sa sortie chez Tong Li Comics (Taiwan). En effet, ce vieux beau agenouillé sur un fond noir m'a fait penser (tout comme toi) au Pavillon des hommes de Fumi Yoshinaga. Evidemment, dur de résister à cela! C'est aussi culte pour moi car cette série est la première que j'ai suivi et terminé en chinois au cours de sa parution (donc, pas d'achat en lot et la série s'est terminée une première pour moi dans mes séries taiwanaises en cours). J'aime tout dans Descending Stories: l'histoire, les personnages, leur relation, le thème du rakugo, les époques qui se succèdent et surtout surtout surtout le dessin de Haruko Kumota, mélangeant des inspirations BL et un design manga plus ancien du côté des bouches, rappelant Osomatsu-kun ou Fujiio Fujiko!

Je me permets de coller un avis perdu dans le fil des Dernières lectures car il n'y avait pas de sujet dédié à l'époque. Je ne comprends sinon toujours pas son absence dans le paysage manga français. Haruko Kumota n'existe pour le moment que côté BL dans le catalogue de IDP. En espérant que sa série Itoshi no nekokke voit le jour chez IDP...

(Le 06/08/2014)


Shôwa Genroku Rakugo Shinjû (昭和元禄落語心中) de Haruko Kumota, 5 volumes en cours, prépublié dans le ITAN de Kodansha depuis 2011. Nominé aux Taisho Awards de 2012. J'ai lu le volume 1. En chinois, la série est éditée par 東立 (Tong Li Comics).

Haruko Kumota est une mangaka venant du monde du boys love (encore une fois... je finis par y être abonnée alors que j'en lis très peu Mort de rire ). La couverture du volume 1 me faisait penser, par son côté austère et son "vieux beau", au Pavillon des hommes. Cela m'a donné envie de le lire. Mais encore plus, lorsque j'ai croisé un article sur un blog, avec des planches en extrait. Et là, ce fut le coup de foudre. Le temps que j'apprends son existence en chinois et c'était fini...

L'histoire se déroule pendant l'ère shôwa, aux environ des années 60-70 (?) et s'intéresse, comme son titre l'indique, au rakugo. Yotaro est un jeune homme qui sort de prison et dont le but dans la vie est de devenir le disciple d'un rakugoka très célèbre: le Maître Yakumo (6ème du nom?). Le rakugo est alors face à la concurrence de la télévision et du manga en matière de loisirs. Yotaro a été complètement séduit par la prestation de Shinigami (dieu de la mort) de Yakumo alors en représentation dans son établissement pénitencier. C'est donc ainsi qu'il se présente, et contre toute attente, Yakumo le prend pour disciple alors qu'il n'en a jamais pris avant!

Je ne sais pas si ce titre sortira un jour en France. Je dois dire que je n'ai pas 100% compris le volume vu que j'ai toujours la flemme de chercher des mots dans le dictionnaire (je suis sûre de ne pas trop comprendre les scènes de rakugo Mort de rire ). Mais toujours est-il que ce titre m'a beaucoup plu. Les dessins de Kumota sont très jolis et expressifs, tout en simplicité. Différent, mais cette simplicité m'a parfois rappelé Kids on the slope, mais c'est sans doute un dessin jôsei un peu plus mainstream que celui du Feel Young par exemple. Le tout est très rigolo, et les personnages sont stéréotypés mais chouettes.

Yotaro est très enthousiaste et ressemble à un animal de compagnie, chose que Yakumo dit souvent dans le manga. Les relations entre les personnages sont au coeur de ce récit, que ce soit la fille qu'héberge Yakumo, ou le Maître lui-même, qui semble traîner un passé particulièrement douloureux, avec en filigrane une rivalité qui n'a jamais pu se réaliser.

On reconnaît, par le dessin mais aussi par ses nombreux personnages masculins et leurs relations, une auteure venant du boys love. D'ailleurs, dans ce même mag, il y a aussi Bikke qui écrit Oukoku no Ko (王国の子) qui se passe a priori pendant les Tudors (j'aimerais beaucoup le lire).

Hâte de lire la suite qui semble se plonger sur le passé du Maître. Mon côté géronto aura eu raison de moi pour ce manga T-T .


(Le 20/01/2018)


Shôwa genroku rakugo shinjû (Le rakugo ou la vie) vol 7 à 9 (Haruko Kumota): J'ai déjà dû en parler il y a quelques années dans ce topic, car c'est un de mes grands coups de coeur de ces dernières années (après Le pavillon des hommes et tout Moto Hagio). Ce manga en 10 volumes parle de rakugo et se passe dans les années 60. Le pitch: un jeune homme sort tout juste de prison et la première chose qu'il va faire sera de se ruer vers Yakumo, rakugoka, de le prendre comme disciple. Seulement, un passé douloureux plane sur le vieux maître qui ne veut pas enseigner ni transmettre son art. Au final, il prendra tout de même ce grand dadais sous son aile et le surnommera Yôtaro. Les volumes 2 à 5 racontent le passé de Yakumo. A partir du volume 6 s'amorce la 2ème partie de l'histoire qui parle de la carrière de Yotaro. Le tout a été depuis adapté en anime en 2 saisons (disponibles en France chez ADN) et sort désormais chez Kodansha aux Etats-Unis. Il était temps... Bon, j'ai encore fait le mauvais pari de lire ceci en chinois à une époque où j'ai flashé sur la couverture (qui rappelait... Le pavillon des hommes) après qu'on m'ait jeté plusieurs fois en me disant que "non impossible de le voir sortir, thème difficile".

Je suis dégoûtée de ne pas avoir le dernier volume!!!! Comme toujours, le manga est juste excellent. Histoire, narration, histoire, relations entre les personnages sont juste maîtrisés. Ces volumes se concentrent de nouveau sur le vieux maître, Yakumo, qui... vieillit. Il est cependant toujours aussi ronchon! Yotaro continue sa carrière. Mais les 3 volumes posent surtout une question sur la transmission et le futur du rakugo, thème déjà présent dans les volumes précédents. La transmission du savoir, de l'univers du rakugo avant la guerre, des grands maîtres encore vivants aujourd'hui. Il y a aussi tout un thème autour de la passion, de l'amour pour le rakugo (chez le héros Yotaro, ou encore le journaliste, ou bien ce personnage à lunettes qui n'a pu devenir disciple de Yakumo, mais qui revient, 10 ans après, vers le milieu). Et évidemment, les fantômes du passé reviennent et hantent toujours les vivants. Il y a aussi une réflexion sur l'époque moderne, plus individualiste des années 60, de la fin d'une époque (ce qui regarde surtout les personnage qui sont vieux comme Yakumo et le yakuza).

En bref, Le disciple de Doraku et Le rakugo ou la vie sont deux titres très différents. L'un parle surtout de la formation dans le rakugo, d'un jeune qui va surmonter les étapes, des codes rigides qui y règnent et d'une relation maître disciple très stricte. L'autre parle de transmission, d'amour du rakugo, avec un focus plus fort sur les liens tissés entre les personnages grâce au rakugo, ainsi qu'une tragédie qui a eu lieu dans le passé. A ce titre, vu tous les jeunes hommes qui rougissent en voyant le vieux maître, on entrevoit à ces moments que oui, Kumota est bien une auteure de BL en parallèle (Shinjuku Lucky Hole chez IDP en France). Un manga qui m'a régalé à chaque volume (malgré l'incompréhension de certains passages car j'ai trop la flemme du dictionnaire T-T). Hâte de lire la fin (pourquoi n'ai-je pas demandé à ce qu'on me le ramène?). Sinon, je pense que ce titre sortira un jour en France. Et sinon, lisez l'édition américaine!



J'attends toujours une hypothétique sortie française pour soutenir Kumota en France. Mais depuis quelques temps, je me tâte vraiment à acheter l'édition américaine de Kodansha Comics afin de le lire de manière beaucoup plus fluide qu'en chinois (je dois dire que j'ai beaucoup galéré lors des scènes de rakugo...). Je voulais aussi ajouter qu'à Taïwan, le titre est sorti dans la collection "seinen" de Tong Li alors qu'il est prépublié dans ITAN (si seulement c'était un seinen: il serait sorti!)... Je me souviens d'un post de blog qui en parlait d'ailleurs.
_________________
Lisez Descending Stories de Haruko Kumota, tout est dispo en 10 volumes en anglais Très content
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation