Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[TOKYO TARAREBA GIRLS], Akiko Higashimura
Se rendre à la page : 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 03/08/18 11:19    Sujet du message: [TOKYO TARAREBA GIRLS], Akiko Higashimura Répondre en citant

Tokyo Tarareba Musume

Tokyo Tarareba Musume est disponible aussi en version US.
Purée, eh ben voilà c'est ça que je voulais lire comme shôjô, ça fait plusieurs années que je ne suis pas emballé par les nouvelles séries qui sortent en France dans cette catégorie. Enfin un titre qui me parle, avec des héroïnes trentenaires, un ton décalé, des dialogues percutants et des situations qui ne sonnent pas complètement faux !
Il aura fallu que j'aille creuser sur le marché US pour lire une série que j'apprécie et là ce manga pourrait même entrer dans mon top 5 shôjô perso.
Rinko est une scénariste pour des séries tv et autres web séries, elle fête ses 33 ans dès le début du premier tome et elle se lamente avec ses deux amies célibataires Kaori et Koyuki en apprenant que le Japon va accueillir les prochains JO. Pas moyen que les 3 copines soient encore célibataires en 2020 et regardent les épreuves sportives seules devant leur poste de télé alors que le pays sera dans une ambiance euphorique et fera la fête pour célébrer cet événement international !
Le titre du manga, avec le terme tarareba qui signifie "et si ...", peut s'expliquer par le fait que les 3 amies pensent beaucoup au temps qui passe, on pourrait donc l'expliquer par les nanas de Tokyo qui se disent "et si...". En effet, Rinko a déjà traversé la vingtaine sans avoir eu le temps de s'en rendre compte. Le boulot, les fêtes arrosées entre copines, la recherche du mari idéal tout est allé bien trop vite. Elle commence à ressasser ses choix des dernières années surtout la fois où elle a rejeté la demande de fiançailles d'un collègue qu'elle trouvait trop quelconque à l'époque. Ce dernier qui travaille toujours avec elle, est un mec gentil, il a maintenant une bonne situation professionnelle et son look s'est bien amélioré ! Du coup, elle se dit qu'il n'était pas si mal et voilà qu'un jour, 10 ans après la fois où elle l'avait jeté, il l'invite pour une soirée...
Et là ça va être un moment d’anthologie !
A l'issue de cette soirée, une alerte de niveau 4 est envoyée en sms, le code utilisé par les 3 copines pour se réunir autour d'une pinte de bière et discuter d'un événement important lié à un mec !
Elles font tellement de bruit dans le bar où elles papotent (on dira qu'elles sont un peu bourrées), qu'un jeune mec qui écoute leur conversation les prend à partie genre : "Mais c'est pas possible, de passer son temps à se lamenter comme ça, vous croyez que vous êtes encore des jeunes filles mais faudrait réagir, vous êtes des femmes maintenant, des vieilles quoi !"
Le choc est rude, les 3 copines sont figées devant cet affront, et la suite de ce 1er volume est tout aussi truculente et réussie. Le meilleur manga d'Akiko Higashimura à mon goût en seulement 9 tomes. Le ton est très naturel, c'est dynamique, les personnages sont très finement ciselés et le scénario reste assez imprévisible. L'auteure arrive parfaitement à saisir l'air du temps pour ce récit inspiré par sa propre bande de copines. Hâte de lire la suite !
Incompréhensible qu'aucun éditeur français n'ait daigné se pencher sur cette perle du shôjô. Pour l'édition que j'ai entre les mains, le format est plus grand que du seinen avec un papier assez souple agréable en main et un aspect global soigné.
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong


Dernière édition : melvin le 03/08/18 13:34; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 03/08/18 11:53    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais lu une critique du premier tome sur le blog de Manga Maven, et cela ne m'avait pas spécialement emballé. Disons que l'injonction au mariage sousjacente pour les personnages, la pression sociale, tout cela fait que ce manga semble assez déprimant au premier abord, malgré les trésors d'humour dont sait faire preuve l'autrice.
Pourtant la critique elle-même était plutôt enthousiaste concernant ce titre, tout comme le tien melvin. C'est vraiment que, me connaissant, ces thèmes risquent de me mettre très mal à l'aise. Il faudrait pourtant que je teste (encore une série à commencer) pour voir.
Allez, j'irai voir après le boulot si je le trouve en magasin, histoire de jeter un coup d'oeil.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 03/08/18 13:31    Sujet du message: Répondre en citant

Gemini_ a écrit:
Disons que l'injonction au mariage sousjacente pour les personnages, la pression sociale, tout cela fait que ce manga semble assez déprimant au premier abord, malgré les trésors d'humour dont sait faire preuve l'autrice.

Je pense qu'il ne faut pas forcément le voir comme ça. Le thème de la série est bel et bien le mariage des femmes trentenaires et la pression sociale mais Akiko Higashimura déclare dans les bonus qu'elle est personnellement plutôt anti-mariage après avoir raté le sien, d'ailleurs elle a été marié 2 fois et dit s'être engagée trop jeune la 1ère fois. Elle a fait la série par rapport à ses amies confrontées au problème et il y a donc un certain recul dans la manière de présenter les choses avec pas mal d'humour. En tout cas, le thème me parle et c'est très plaisant d'avoir la vision de l'auteure sur le sujet et puis rien ne nous dit que la fin sera le mariage justement...


_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 28/08/18 20:40    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens de lire le premier tome, et j'aimerais commencer par revenir sur un point :
melvin a écrit:
Le thème de la série est bel et bien le mariage des femmes trentenaires et la pression sociale mais Akiko Higashimura déclare dans les bonus qu'elle est personnellement plutôt anti-mariage après avoir raté le sien, d'ailleurs elle a été marié 2 fois et dit s'être engagée trop jeune la 1ère fois.

Et cela m'a posé problème, car l'autrice nous confie des clés de lecture qui ne sont pas forcément évidentes dans le reste du tome.

Les héroïnes, ou au moins une d'entre elles, semblent réellement souffrir de leur célibat. C'est leur comportement passif, puisqu'elles se contentent de râler lors de soirées alcoolisées, qui me parait critiqué par la mangaka à travers le personnage principal masculin, et non cette injonction au mariage alors qu'il s'agit du véritable problème. Au passage, elles ne semblent pas réaliser que leur mariage signifiera la fin de leurs soirées arrosées, et qu'elles feraient donc mieux d'en profiter au maximum ou de rester célibataires, plutôt que de chercher à tout prix à se caser quitte à épouser un homme qu'elles n'aiment pas.

Il s'agit mine de rien d'un manga assez dur malgré ses atours comiques, avec des héroïnes bercées d'illusion, rattrapées par la réalité, et surtout une société tout sauf tendre avec les femmes passées un certain âge, ce jusqu'à leur vie professionnelle. Et je ne doute pas que ce soit totalement réaliste. Heureusement, la tendance parait s'inverser vers la fin du premier tome, et cela me pousse à lire la suite.

Je ne peux pas dire ne pas avoir aimé cette entame, car j'ai de l'empathie pour le personnage de Rinko et que le côté décalé de la série fonctionne bien, mais certains aspects m'ont mal à l'aise. J'ai toujours du mal avec les séries dont je ne peux fondamentalement pas comprendre certains aspects, et entre cette injonction au mariage et des héroïnes qui se rendent littéralement malades à cause de cela, nous sommes en plein dedans. J'avais envie de leur hurler de profiter de leur liberté et de leurs soirées entre copines, et de ne surtout pas s'enfermer dans une vie de couple qui va manifestement briser leur bonheur, juste parce que le destin d'une femme passerait forcément par le mariage. Rah, ça m'énerve !

Mais compte-tenu de l'histoire bonus dans laquelle l'artiste explique son point de vue, j'ai bon espoir que les héroïnes trouveront une autre voie ne les obligeant pas à rentrer dans le moule. Ceci dit, elle s'est quand même mariée deux fois Roulement des yeux
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 28/08/18 22:39    Sujet du message: Répondre en citant

En tout cas, le sujet abordé est très intéressant puisqu'il concerne tout le monde et plus particulièrement vers la trentaine : doit-on se mettre en couple comme l'exige la société ou peut-on s'épanouir en étant célibataire ?
Le point de vue de Akiko Higashimura n'est pas forcément le même que celui de ses héroïnes d'ailleurs. Sur un tel sujet, elle peut vouloir mettre en scène des personnages aux réactions différentes des siennes, qui n'auront pas le même cheminement qu'elle face au mariage ou bien faire passer son point de vue par l'intermédiaire de ses 3 Tarareba Girls. On ne sait pas...
En tout cas, j'aime le thème, en plus il est traité de belle manière et on ne sait pas comment tout cela va évoluer donc j'ai trop envie de lire la suite !
Personnellement, je n'ai pas ressenti de malaise comme toi, bien que la société soit en général assez impitoyable envers les célibataires, ici j'ai plutôt pas mal rigolé et l'auteure sait aussi amener du fun dans ces questionnements existentiels !
Il y a des scènes mémorables dans ce premier volume, graphiquement et narrativement, Higashimura parvient vraiment a retranscrire de manière vivante ces problèmes de société.
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 28/08/18 23:02    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:
le sujet abordé est très intéressant puisqu'il concerne tout le monde et plus particulièrement vers la trentaine : doit-on se mettre en couple comme l'exige la société ou peut-on s'épanouir en étant célibataire ?

Justement. J'ai le même âge que Rinko au début de ce manga et je n'ai absolument pas ce problème, donc j'ai beaucoup de mal à saisir l'universalité du sujet et en quoi celui-ci leur pose un problème aussi existentiel. Après, je ne suis pas une femme japonaise.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 29/08/18 05:25    Sujet du message: Répondre en citant

Pas lu le manga mais ayant la quarantaine et étant dans la situation signalée par celui-ci, j'ai tendance à considérer que les termes "la société l'exige" ou "société impitoyable envers les célibataires" sont bien trop forts. C'est peut-être plus dur pour les femmes et au Japon, ceci dit mais, en France et pour un homme, si j'ai pu vaguement avoir quelques remarques ou vannes de la part de la famille ou (davantage) de collègues sur ce sujet, le terme de pression est pour moi excessif.

Ceci dit, ayant beaucoup aimé Hotaru sur un sujet similaire, vos deux avis me donnent vraiment envie de lire ce manga. Il n'y a plus qu'à espérer une sortie française.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 29/08/18 11:28    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas lu le manga (j'en meurs d'envie mais bon...).

Je pense que tout dépend pour la pression sociale. OK, vous réussissez à vous détacher d'une certaine norme. Mais je pense que beaucoup de personnes ressentent une pression sociale à ne pas être en couple un certain âge passé. Cela peut venir de l'entourage, de notre environnement culturel (même si nous sommes tous dans le même pays, nous n'avons pas forcément la même culture!), l'environnement social. Mais cette pression existe bel et bien. Il n'y a qu'à voir la suite "logique" des choses: la mise en couple + le chat (oui cette étape existe désormais) + mariage/PACS + enfants. C'est quasiment la suite qu'on nous propose lorsqu'on arrive à l'âge adulte (petits, on avançait sans trop de questions, après le CP c'est forcément le CE1). Après, on arrive plus ou moins à se blinder face à cela, et ici, beaucoup de personnes y parviennent je pense. C'est peut-être aussi dû au fait que nous avons plus ou moins l'habitude d'une forme de marginalité étant passionnés par le manga depuis des années (des décennies, même lorsque c'était très mal vu).

J'ai des amies célibataires qui cherchent depuis des années, et j'ai vraiment le sentiment qu'une pression sociale est bien là. Car l'image du bonheur, encore aujourd'hui, c'est ça: le couple, les enfants. Et puis quand on est une femme, et qu'on aimerait peut-être un enfant, la question se pose forcément sur l'âge... l'idéal dit que ce serait bien d'enfanter avant ses 30 ans mais si on ne tombe sur personne aussi, y'a pas de magie! Il y a aussi parfois les parents qui aimeraient des petits enfants (je plains les miens pour cela... mon envie ne s'est toujours pas manifestée)

Je suis curieuse de lire ce manga car effectivement, Higashimura élève seule son fils, c'est une femme divorcée. On peut donc penser qu'il y a une certaine critique et un regard distant sur la question.
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Corti
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 29/08/18 13:36    Sujet du message: Répondre en citant

La société (française) a quand même pas mal évolué sur la question ces dernières années. Ne serait-ce que parce que le nombre de personnes vivant seuls est en constante augmentation, il suffit de voir comment les magasins sortent de plus en plus de produits individuels, comment les agences de voyage proposent de plus en plus de produits pour personnes seules (bon, par contre, les chambres un lit dans les hôtels, ça n'existe pas des masses Très content ) ou tout simplement, comment la solitude est définie comme le nouveau fléau de ce siècle dans les journaux. Donc c'est quelque chose qui s'intègre de plus en plus dans les mœurs, surtout pour une raison simple : les couples durent moins longtemps qu'avant, de ce fait, il est de moins en moins rare que les personnes ne se retrouvent pas seules à un moment donné de leur vie.

Après, ce besoin d'être avec quelqu'un, est-ce vraiment une application du modèle sociétal, ou est-ce juste une peur/une souffrance de la solitude (qui pourrait être induit en partie par le modèle social certes, mais ça serait aussi passer sous silence le comportement humain, son côté grégaire et j'en passe qui ne sont pas de facto relié au modèle de la société) ?

Après, pour en revenir à l'âge des protagonistes, il est clair que c'est autour de la trentaine, y compris en France, qu'il y a le plus de remarques sur le fait d'être célibataire/enfants et tout le toutim. Après, ça a tendance à décroître avec le temps, et au bout d'un moment, les gens ne posent plus la question.

Et pour tes amies Taliesin, mon conseil pourrave : la meilleure solution pour trouver, c'est de ne pas chercher en fait o/

(ou partir les chercher à l'autre bout du monde, mais ça réserve d'autres difficultés Très content Je ne conseillerais pas forcément o/)
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 29/08/18 14:00    Sujet du message: Répondre en citant

Enfin... merci pour ton conseil je me demande si elles ne le savent pas déjà... J'illustrais juste la pression sociale qui existe bel et bien, et ce même si individuellement certaines personnes (ici, au hasard) arrivent à s'y soustraire.

La solitude est une réalité, mais la solitude n'est pas juste vivre seul. C'est aussi n'avoir personne dans son réseau (pas le fameux "piston" pour le boulot hein), mais ne voir personne. Et effectivement, ceci est en augmentation.

On est au moins une fois dans sa vie seul-e ne serait-ce qu'à cause des séparations de couple. Mais bien souvent, la personne séparée va rechercher de nouveau à être en couple. Vu le nombre d'hommes divorcés sur les sites de rencontre (d'après des histoires entendues)...

Je te rejoins sur le fait que la pression sociale ne fait évidemment pas tout. Il y a aussi la peur d'être seul-e dans ce modèle du couple. Ou même le fait d'avoir des enfants (on m'a déjà demandé si je n'avais pas peur de finir "seule" à ce propos).
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Manuka
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 26 Juin 2004
Localisation : dans le Tea tree !

Message Posté le : 29/08/18 14:20    Sujet du message: Répondre en citant

Le besoin de chercher un partenaire, ça peut aussi être la recherche consciente ou non d'un équilibre. Le besoin de prendre soin d'autrui et qu'autrui prenne soin de soi. Une lutte contre l'isolement : à quoi bon ranger/se mettre un couvert/manger à table si l'on est seul.
Donc une pression sociale peut succéder à une autre.

L'émergence de colocation non étudiante peut être vu comme un palliatif, dans certains cas.
_________________
Emmène Lucy Hole dans un ciel de diamants. ©
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
namtrac
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Déc 2003
Localisation : The dark side of the road

Message Posté le : 29/08/18 15:18    Sujet du message: Répondre en citant

Taliesin a écrit:
J'ai des amies célibataires qui cherchent depuis des années, et j'ai vraiment le sentiment qu'une pression sociale est bien là.


Cette pression du groupe, des collègues et amies proches (voire la famille pour certains) a un côté très "collégien", où tu dois être casé pour exister, et avoir des trucs à raconter aux autres. C'est d'ailleurs un truc qui m'a dégoûtée dans le monde du travail, dans certaines boîtes du moins, cet aspect immature des relations, où t'as l'impression de pas avoir quitté le collège (on n'est même pas au lycée, où là les rapports sont plus cools et plus évolués, c'est vraiment des préoccupations et des rapports de force de niveau 5e-4e). Ca fait grave peur quand même... et c'est triste de voir tant de gens enfermés dans le regard des autres et la course au "bonheur" (défini de manière forcément ultra limitée et caricaturale).

Taliesin a écrit:
La solitude est une réalité, mais la solitude n'est pas juste vivre seul.


Tout à fait. Il y a des gens très entourés qui se sentent seuls. Tu peux être en couple et ne pas communiquer.

Perso, j'ai toujours aimé vivre seule. J'aime bien faire les choses à mon rythme, laisser traîner la vaisselle le soir, avoir le contrôle de la programmation télé, de mon temps de loisirs... ^^ J'adore les gens hein, mais disons que quand ils ne sont pas là, ils ne me manquent pas. Mais c'est aussi parce que je sais que si j'en ai envie je peux les voir*, j'ai des amis, de la famille, des collègues, je n'ai pas de difficultés à aborder les gens, et je sais que c'est un luxe que d'autres personnes n'ont pas.

*Oui je sais c'est égoïste dit comme ça mais je suis aussi toujours là quand on a besoin de moi donc je me dis que ça compense ^^;

En tant que geek (="marginal"), et sans doute parce que j'ai un caractère de merde lol, j'ai toujours fait mes choix en fonction de mon ressenti, jamais par rapport à une "normalité", et j'en suis bien contente. J'ai la chance aussi de ne pas avoir de parents préoccupés par les affaires de cœur de leurs gosses donc aucune pression de ce côté. J'aimerais qu'on puisse arriver un jour à tous vivre notre vie en étant honnêtes avec nous-mêmes et dans le respect de l'autre mais c'est sans conteste utopique.
_________________
"Sometimes in our lives, we all have pain, we all have sorrow
But if we are wise, we know that there's always tomorrow"
------------------------------------------------------
http://www.freerice.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 29/08/18 16:39    Sujet du message: Répondre en citant

Gemini_ a écrit:
C'est leur comportement passif, puisqu'elles se contentent de râler lors de soirées alcoolisées, qui me parait critiqué par la mangaka à travers le personnage principal masculin, et non cette injonction au mariage alors qu'il s'agit du véritable problème.

Les deux peuvent tout à fait être des problématiques et mal vécus. Et non, se lamenter sur son sort en se réfugiant dans l'alcool ou le nutella n'a jamais résolu les problèmes.
Citation:
Au passage, elles ne semblent pas réaliser que leur mariage signifiera la fin de leurs soirées arrosées,

Et le début de celles de leurs maris ! Mort de rire Mort de rire Mort de rire Donc toi, tu fais partie du camp de ceux qui pensent que le mariage est la fin de la liberté et l'obligation pour la femme de rester le soir à la maison ?
Citation:
plutôt que de chercher à tout prix à se caser quitte à épouser un homme qu'elles n'aiment pas.

ça, c'est encore autre chose...
Citation:
J'avais envie de leur hurler de profiter de leur liberté et de leurs soirées entre copines

Mais c'est quoi, la liberté ? Le mariage est-il forcément une prison ? Pourquoi ? Se murger la tronche tous les samedis soirs entre potes, est-ce vraiment ça "profiter de la vie" ? (moi, ça me fait pas rêver !)
Citation:
Ceci dit, elle s'est quand même mariée deux fois Roulement des yeux

... Là où un chevalier du zodiaque ne se laisse pas avoir deux fois par la même attaque... Mort de rire Mort de rire Mort de rire

Taliesin a écrit:
Mais je pense que beaucoup de personnes ressentent une pression sociale

Nous sommes tous sujet à la pression sociale en fonction de nos peurs respectives.
Citation:
Il n'y a qu'à voir la suite "logique" des choses: la mise en couple + le chat (oui cette étape existe désormais) + mariage/PACS + enfants.

J'appelle ça la dictature sociale, personnellement...
Citation:
nous avons plus ou moins l'habitude d'une forme de marginalité

La question étant de savoir s'il s'agit de l'oeuf ou de la poule, de la cause ou de la conséquence.

Corti a écrit:
il suffit de voir comment les magasins sortent de plus en plus de produits individuels

ça, c'est juste du marketing pour vendre plus cher. Dernière lubie de la grande distribution, empaqueter les boîtes de pâté pour chat par lots de 4 au lieu de 12. Des fois qu'on ne garde la bestiole que deux jours, ou qu'elle aurait besoin de manger équilibré.

Taliesin a écrit:
Ou même le fait d'avoir des enfants (on m'a déjà demandé si je n'avais pas peur de finir "seule" à ce propos).

La dernière fois qu'on m'a posé la question sous cette forme, j'ai répondu que c'était la raison la plus foireuse et la plus égoïste de faire un enfant.

Manuka a écrit:
Le besoin de prendre soin d'autrui et qu'autrui prenne soin de soi.

Je fais partie des gens qui pensent que pour rendre quelqu'un heureux, il faut être capable d'être heureux tout seul(e).
Citation:
Une lutte contre l'isolement : à quoi bon ranger/se mettre un couvert/manger à table si l'on est seul.

ça, ça fait justement partie de toutes ces idées inconscientes que la société nous collent dans la tête et qui nous rendent malheureux. Parmi les pistes de réponses, on pourrait dire parce que "notre intérieur" (domicile) est le miroir de "notre intérieur" (mental)/ pour prendre soin de soi et se respecter / être prêts à accueillir des gens à l'improviste (inviter les voisins...).

namtrac a écrit:
J'adore les gens hein, mais disons que quand ils ne sont pas là, ils ne me manquent pas.

Est-ce que tu peux vraiment dire que "tu les adore" s'ils ne te manquent pas ? ^^'
Citation:
J'aimerais qu'on puisse arriver un jour à tous vivre notre vie en étant honnêtes avec nous-mêmes et dans le respect de l'autre mais c'est sans conteste utopique.

Pas forcément utopique, mais il y a peu de chance que la réponse se trouve dans la monogamie...

(Oui, je sais, c'est la Saint Quote, aujourd'hui. Mais ce sera ma seule intervention dans ce topic !)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Manuka
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 26 Juin 2004
Localisation : dans le Tea tree !

Message Posté le : 29/08/18 17:01    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
ça, c'est juste du marketing pour vendre plus cher. Dernière lubie de la grande distribution, empaqueter les boîtes de pâté pour chat par lots de 4 au lieu de 12. Des fois qu'on ne garde la bestiole que deux jours, ou qu'elle aurait besoin de manger équilibré.

Héhé. Les vrais célibataires solitaires que je connais parlent de la dernière lubie de la grande distribution d'empaqueter par 12 plutôt que par 4. « Quand tu as acheté 12 paquets plutôt que 4, c'est certain que tu n'as plus de place et que tu n'iras pas acheté autre chose chez la concurrence. »
_________________
Emmène Lucy Hole dans un ciel de diamants. ©
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
namtrac
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Déc 2003
Localisation : The dark side of the road

Message Posté le : 29/08/18 17:32    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
Est-ce que tu peux vraiment dire que "tu les adore" s'ils ne te manquent pas ? ^^'


Ha ! Très content

Formulé autrement, j'adore la compagnie des gens, je suis toujours heureuse de "socialiser" comme on dit mais je ne suis pas dans la recherche constante de nouvelles rencontres, je n'ai pas besoin d'être tout le temps entourée pour combler un vide ou éviter d'avoir à passer du temps avec moi-même.

Il est clair que je vis beaucoup dans mon monde et que je me laisse porter par le hasard de la vie et des rencontres mais ça me convient parfaitement à l'heure actuelle, et je ne vais sûrement pas me laisser imposer un pseudo modèle de vie parce que, soi-disant, "tu passes à côté de tellement de choses et de rencontres potentielles". De un, ça reste à voir, et de deux, c'est mon problème. Quand bien même ? La quantité n'a jamais fait la qualité et ce n'est pas parce que tout le monde autour de soi est hyperactif qu'il faut suivre ce modèle. A partir du moment où on ne s'amuse pas à faire du mal intentionnellement à quelque créature vivante que ce soit, j'estime qu'on est un être humain tout ce qu'il y a de normal dans sa différence, libre de vivre sa vie comme il l'entend.

Les accros aux réseaux sociaux qui passent leur temps à se comparer au voisin et se sentent obligés de "faire", de "voir", en gros de consommer pour avoir le sentiment de "réussir leur vie", ça me déprime -___-

Citation:
Pas forcément utopique, mais il y a peu de chance que la réponse se trouve dans la monogamie...


Là tu parles pour toi mais pour beaucoup, la monogamie reste tout de même un modèle idéal (au sens qu'il leur convient parfaitement).

Avant de rejeter le modèle monogame, si déjà les personnes qui se mettent en couple se casaient pour les bonnes raisons et y allaient avec des intentions honnêtes, en ne se mentant ni à soi-même ni à l'autre, ce serait déjà un grand pas en avant vers des relations plus épanouies.
_________________
"Sometimes in our lives, we all have pain, we all have sorrow
But if we are wise, we know that there's always tomorrow"
------------------------------------------------------
http://www.freerice.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation