Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[PIECE] à la recherche d'une jeunesse perdue.
Se rendre à la page : 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
taikun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 23 Fév 2003
Localisation : entre les monts kun lun et la porte des enfers

Message Posté le : 17/07/12 12:25    Sujet du message: [PIECE] à la recherche d'une jeunesse perdue. Répondre en citant


Résumé : Haruka décède brusquement. Elle a 19 ans. Ses camarades de lycées se retrouvent pour son enterrement. Personne ne connaissait vraiment cette jeune fille trop discrète. Mais qui était-elle ? Trois anciens étudiants vont se rassembler et chercher à percer le mystère qui entoure la vie de Haruka et sa fin tragique. Leurs propres doutes vont faire surface. Arriveront-ils à donner un sens à leur vie ?

Avis : Voici le nouveau shojo de Kana par l'auteure du Le sablier, lancé pour la Japan Expo. Autant le dire directement, le titre est sombre, très sombre, il n'y a pas beaucoup d'optimisme au sein de l'histoire comme des personnages. Si on pensait être en face d'un shojo classique, il n'en est rien, tant le titre semble difficile d'accès. Le style graphique n'est pas forcément flatteur, la narration décousue et les personnages antipathiques à souhait. Et pourtant, Piece promet de bien belles choses. Le ton constamment introspectif est parfaitement maitrisé, tout comme la psychologie des personnages. Ici, tout semble croire qu'on est plus en face d'un josei que d'un shojo. La suite devrait s'avérer encore plus forte émotionnelement que ce premier volume déjà poignant.
_________________
Le (Re)retour de Ryu Fujisaki, auteur de Hoshin et Shi Ki , Stray Souls chez Pika Edition en 8 tomes Très content

Fondateur www.tokyo-hajime.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 17/07/12 17:58    Sujet du message: Re: Piece, à la recherche d'une jeunesse perdue. Répondre en citant

taikun a écrit:
Avis : Voici le nouveau shojo de Kana par l'auteure du Le sablier, lancé pour la Japan Expo. Autant le dire directement, le titre est sombre, très sombre, il n'y a pas beaucoup d'optimisme au sein de l'histoire comme des personnages. Si on pensait être en face d'un shojo classique, il n'en est rien, tant le titre semble difficile d'accès. Le style graphique n'est pas forcément flatteur, la narration décousue et les personnages antipathiques à souhait.

Non. Non. Non. Et non. Et encore non. Je crois que je n'ai jamais autant été en désaccord avec toi sur un titre. Piece part d'un postulat tragique (la mort d'une jeune fille que personne ne connaissait, personne n'a cherché à connaître, et qui pourtant semblait avoir une vie active bien mystérieuse), pour tendre vers une introspection des autres personnages, entre humour et larmes. Il y a beaucoup d'optimisme, mais comme pour la fille morte, il faut regarder au-delà des apparences. Par style pas flatteur, tu fais allusion à la jeune femme un peu rondouillette ? La narration n'est pas plus décousue que dans Pluto. Si t'es capable de lire l'un et de crier au génie, l'autre ne devrait pas te poser de problème. Quant à l'antipathie des personnages, ils sont seulement... humains ? (Je les trouve bien moins antipathiques que les protagonistes de Prophecy, par exemple).

Pour l'instant, j'ai lu qu'un tome de Piece, mais j'aime bien. Pas encore exceptionnel, mais c'est une bonne surprise. Malheureusement, comme d'hab, la trad de Kana est désespérante de platitude ce qui gâche un peu l'ensemble.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 17/07/12 17:59    Sujet du message: Réaction Répondre en citant

C'est Pascale Simon qui a fait la trad' ? Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 17/07/12 18:38    Sujet du message: Répondre en citant

non, une nouvelle.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 21/07/12 07:07    Sujet du message: Répondre en citant

A la lecture du tome 1, je suis d'accord avec Sushikouli : si le scénario de départ (une jeune fille qui meurt d'un cancer et qui était ignorée de ses camarades) pouvait laisser penser à un manga assez dur, ce n'est pas vraiment le cas. Les personnages ne sont pas parfaits mais ils ont de bonnes intentions, cherchent à éclairer le passé mais se cherchent aussi eux-mêmes et tentent de se comprendre et d'évoluer sans s'apitoyer sur leurs erreurs passées.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
cosmos
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Sept 2002
Localisation : Suspended between being a nobody, nothing and everything.

Message Posté le : 21/07/12 11:24    Sujet du message: Répondre en citant

Pouf pouf pouf rapatriement d'avis.

Piece est le nouveau manga de Hinako Ashihara, qu'on connaissait déjà pour son mélancolique Le sablier, paru également aux éditions Kana.

Ce titre ne s'ouvre pas sur une situation plus heureuse : en effet, Mizuho, 19 ans, reçoit un appel d'une amie qui l'informe qu'une de leurs camarades de lycée vient de mourir d'un cancer. Ses funérailles sont un moment un peu gênant car il s'avère que personne ne connaissait vraiment cette Haruka Origuchi, qui donnait juste l'image d'une fille qui ne se mêle jamais aux autres, ne parlant à personne. En parlant avec la mère d'Haruka, Mizuho se rend cependant compte que la défunte avait peut-être une vie beaucoup plus surprenante qu'on ne le pensait. Peut-être poussée par sa récente rupture avec son petit ami à qui elle n'a jamais réussi à faire comprendre qu'elle tenait à lui, par l'envie de se défaire de cette image de fille froide et distante, et sans doute par un mélange de curiosité et de regrets, notre héroïne commence à mener l'enquête auprès de ses anciens camarades de lycée pour savoir qui était vraiment Haruka Origuchi.

Comme je le disais au début, Le sablier était empreint tout du long d'une mélancolie palpable. A la relation à distance qu'entretenait l'héroine avec son petit ami venait s'ajouter le souvenir de sa mère morte quand elle était jeune, avec ce qu'il amenait de culpabilité et d'incompréhension. Avait-elle été une mauvaise fille pour ne pas réussir à donner à sa mère la force de rester en vie ? Pourrait-elle lui pardonner de l'avoir abandonnée et se pardonner aussi à elle-même ? Une blessure non-refermée qui ne cicatriserait qu'à la toute fin du manga, bien des années plus tard.

Piece s'ouvre sur un enterrement et l'enquête de Mizuho ravive parfois des souvenirs pas très heureux, mais le ton est pour le moment beaucoup plus positif. Certes, il y a les regrets de ne pas avoir connu une fille qui aurait pu être une bonne amie et que peu de gens ont sans doute vraiment compris, mais cela donne à l'héroïne l'envie de devenir meilleure et de ne pas passer à côté des relations qui s'offrent à elles à présent. A cela on peut aussi ajouter une galerie de personnages assez nuancés, ainsi qu'une réflexion sur l'amour qui se dessine petit à petit. En somme un démarrage plutôt sensible et intéressant Sourire

La blog-chronique de Morgan
_________________
"Dude, I accept the truth of your lived experiences, and I'm not going to tell you that your feelings were wrong." Squirrel Girl
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 05/08/12 18:07    Sujet du message: Répondre en citant

Le tome 2 est nettement plus sombre, sans être exempt d'espoir pour autant. Même s'il m'a davantage mis mal à l'aise avec certains personnages névrosés, je l'ai pourtant apprécié. L'auteur parvient bien à nous faire apprécier ses personnages en évitant de leur donner une personnalité stéréotypée et l'enquête de Mizuho avance à son rythme, donnant envie de lire la suite. Du bon boulot.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nico Robin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 28 Jan 2012

Message Posté le : 05/08/12 21:20    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ma part j'aime bien Piece et je trouve que la façon dont la narration est faite de flash back très intéressante. Après tout on doit retrouver les pièces d'un puzzle et les assembler. Seulement on ne retrouve pas tout de suite les pièces qui nous permettent de commencer.

Par ailleurs, le chara-design est fort sympathique, selon mon avis (mais après le style de cette mangaka me plaît beaucoup, déjà avec Le Sablier)

Enquêter sur le passé de cette jeune fille c'est aussi enquêter sur leur passé, se remettre en question et essayer de changer. Donc on ne peut pas réellement dire qu'ils soient antipathiques.
C'est aussi l'occasion pour eux de se faire pardonner.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
cosmos
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Sept 2002
Localisation : Suspended between being a nobody, nothing and everything.

Message Posté le : 08/09/12 19:27    Sujet du message: Répondre en citant

Un tome 3 qui abandonne provisoirement l'enquête sur Origuchi (on ne revient à elle qu'en toute fin de volume) pour se concentrer sur l'héroïne, Mizuho. Suite à la découverte des initiales H.K sur un tableau réalisé par "l'ami" de la défunte à la fin du tome 2, elle repense à l'époque où elle fréquentait Hikaru Narumi, il y a 3 ans. On découvre ainsi comment elle s'est construite enfant, en opposition à sa mère ainsi qu'à une autre figure féminine, et la façon dont sa relation avec Narumi ainsi qu'avec le garçon des premières pages du tome 1 l'ont faite évoluer.

Si la narration reste très introspective et assez sombre, comme dans les volumes précédents, les feuilleter à nouveau permet de se rendre compte que Mizuho a déjà parcouru un sacré chemin pour se débarrasser de son image de fille froide. On se rend notamment compte que le décès d'Origuchi n'est pas vraiment un déclic qui la fait changer d'attitude, plutôt un catalyseur qui la pousse à essayer de se débarrasser de son image de fille froide, et de son comportement qui empêche ses proches de se rendre compte de l'affection qu'elle leur porte.

Sa relation avec Narumi, qui occupe une bonne partie du tome, nous permet bien évidemment d'en apprendre plus sur lui, et entre autres sur la façon dont son éducation fait de lui un garçon d'une grande maîtrise de soi, ce qui renvoie à Mizuho l'image de sa propre rigueur.

Le style me rappelle un peu celui de Natsuki Takaya sur la fin de Fruits Basket et le début de Twinkle Stars (après j'ai lâché), que ce soit dans le dessin mais aussi la narration assez introspective (la mangaka ayant quand même le bon goût de ne pas abuser des phrases... découpées... en petits bouts... comme ça... qui s'étalent... tout le temps... sur la page... voire... la double page... et finissent... par rendre... la lecture... hachée... et... ma foi... désagréable).
_________________
"Dude, I accept the truth of your lived experiences, and I'm not going to tell you that your feelings were wrong." Squirrel Girl
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
namtrac
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Déc 2003
Localisation : The dark side of the road

Message Posté le : 16/09/12 16:34    Sujet du message: Répondre en citant

J’avais beaucoup aimé le premier tome et le suivant m’avait complètement conquise. J’avais adoré le mystère autour d’Origuchi, le côté enquête et ce qu’on découvre sur des camardes de classe qu’on a côtoyé pendant longtemps sans rien savoir d’eux. Et puis l'histoire autour du prof était vraiment touchante. D’où ma grosse déception pour ce tome 3 qui se focalise sur les 2 persos les moins intéressants et sympathiques de la série pour l'instant, à savoir Mizuho et Narumi.

Alors, affaire de personnalité / de goût sûrement car je n’ai aucune affinité avec ces persos réservés qui se cachent derrière un masque, qui se plient aux attentes des autres et qui ont du mal à exprimer leurs sentiments. Et ce n’est pas en nous faisant entendre leurs pensées qu’on est plus avancé (et je ne pense pas que ce soit dû à la traduction). Sans doute aussi que je n’ai pas beaucoup côtoyé de personnes de ce type (même les timides se lâchaient toujours en petits groupes, donc les « hypocrites » qui ne se laissent jamais voir tels qu’ils sont vraiment, j’ai du mal à appréhender), du coup leurs atermoiements et leurs réactions me sont complètement étrangers et ne m’émeuvent absolument pas.

Je suis sûre que d’autres lecteurs trouveront leur comportement très juste, très vrai, mais ce n’est hélas pas mon cas. Je n’arrive pas à être touchée par ces persos à l’attitude détachée, qui n’arrivent pas à s’impliquer. Difficile vraiment d’éprouver de l’empathie pour ce type de personnages. Et ça couvre tout le volume en plus -___- Heureusement la fin nous laisse entrevoir de nouveaux rebondissements dans l’enquête sur le passé d’Origuchi. Vivement le tome 4 donc, en espérant que l’auteur en ait fini avec les flashbacks de 200 pages autour de Narumi et Mizuho.
_________________
"Sometimes in our lives, we all have pain, we all have sorrow
But if we are wise, we know that there's always tomorrow"
------------------------------------------------------
http://www.freerice.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
cosmos
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Sept 2002
Localisation : Suspended between being a nobody, nothing and everything.

Message Posté le : 21/09/12 21:34    Sujet du message: Répondre en citant

Mmh, je suis à moitié d'accord avec toi. A moitié parce que, oui Narumi ne m'est pas sympathique, même après tout un tome passé à nous montrer son environnement, l'éducation voulue par sa mère etc. C'est tellement extrême comme comportement que c'est difficile de ressentir de l'empathie pour lui.

Mizuho me parle un peu plus (je suis réservé et inexpressif Mort de rire d'une façon différente et pour des raisons différentes cependant). Après, ton post me fait réaliser que dans ce manga, je ne retrouve pas des caractères qui me parlent : Narumi est vraiment à part dans le genre opaque, mais quelque part aucun des autres ne me rappelle des gens que j'ai connus. L'ijime est l'exemple-type d'un archétype qu'on va croiser dans plein de récits lycéens, mais ça a l'air tellement japonais que je ne sais pas si ça va trouver un écho auprès des lecteurs étrangers. On a sans doute tous vu des élèves un peu timides se faire emmerder à répétition par d'autres, mais jamais à ce point.
Pour les autres, ce n'est pas aussi extrême mais là aussi ça ne me rappelle pas de souvenirs (à l'inverse de Celle que... de Vanyda, ou Camille redouble actuellement au cinéma, où je me suis dit "mais c'est trop ça" ou "elle c'est ma mère").

Cependant, pour peu que leur développement soit vraisemblable, j'accrocherai (même si ça reste un peu limite parfois, comme ma sœur s'est exclamé en terminant le tome 3 : "mais genre à 5 ans on a déjà compris / choisi comment on va se comporter pendant le reste de notre vie ! mais genre quand t'es renfermé / inexpressif / asocial t'as quand même plein d'amis et un petit copain"). C'est ce qu'il se passe avec Mizuho, qui était peut-être un peu jeune pour se faire certaines réflexions très mûres finalement, mais ses efforts pour s'extirper de cette attitude froide et détachée me touchent.[/i]
_________________
"Dude, I accept the truth of your lived experiences, and I'm not going to tell you that your feelings were wrong." Squirrel Girl
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
namtrac
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Déc 2003
Localisation : The dark side of the road

Message Posté le : 23/09/12 15:41    Sujet du message: Répondre en citant

cosmos a écrit:
Cependant, pour peu que leur développement soit vraisemblable, j'accrocherai (même si ça reste un peu limite parfois, comme ma sœur s'est exclamé en terminant le tome 3 : "mais genre à 5 ans on a déjà compris / choisi comment on va se comporter pendant le reste de notre vie ! mais genre quand t'es renfermé / inexpressif / asocial t'as quand même plein d'amis et un petit copain").[/i]



Clair ^^

En fait j'aurais peut-être dû préciser que j'ai bien aimé la lecture de ce tome. C'est juste que je ne pensais pas que le flashback occuperait tout le volume, et que ce que je préfère pour l'instant dans la série c'est le côté "enquête sur le passé de cette inconnue qu'était notre camarade de classe", avec le fait de renouer des liens avec d'autres anciens du lycée, de pouvoir jeter une nouvelle lumière sur d'anciennes relations et de les faire évoluer.

Là, la dynamique à deux est moins passionnante, d'autant plus que c'est une "bête" romance, on explore moins de choses. Ca fait trop "bulle", trop "égocentré" aussi avec juste Narumi et Mizuho.

La lecture reste agréable mais j'ai vraiment hâte de revenir au présent avec les autres personnages, avec des rapports que je trouve personnellement bien plus intéressants. La romance, on en a à ne plus savoir qu'en faire dans les autres shôjo et c'est trop souvent la même chose, du coup je préfère de loin quand les auteurs explorent les rapports d'amitié et d'antagonisme entre leurs personnages.
_________________
"Sometimes in our lives, we all have pain, we all have sorrow
But if we are wise, we know that there's always tomorrow"
------------------------------------------------------
http://www.freerice.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 12/11/12 20:00    Sujet du message: Répondre en citant

tome 1 a 3 :

je comprend direct pourquoi kana a sorti les 2 premiers tomes ensemble, le premier étant trop ancré sur l'enquête rend l'oeuvre froide et les perso peu charismatique, c'est quand on approfondi son passé que l'histoire décolle enfin, mais même après 3 tomes je ne sais quoi pensé.
_________________
Groupe facebook de vente manga en Belgique :
https://www.facebook.com/groups/1024308591038526/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
cosmos
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Sept 2002
Localisation : Suspended between being a nobody, nothing and everything.

Message Posté le : 25/12/12 20:43    Sujet du message: Répondre en citant

Piece #4 ~ Mizuho continue d'investiguer sur le mystérieux H.N. qui n'a pas l'air d'être Hikaru Narumi. C'est l'occasion d'en savoir plus sur la façon dont sa psychopathe de mère a modelé son éducation quand il était petit, tout en faisant avancer l'enquête sur Origuchi.

Je regrette que les personnages introduits (ou simplement plus développés) à l'occasion aient une psychologie aussi chargée. Contrairement aux premiers tomes où on pouvait encore facilement ressentir de l'empathie pour certains d'entre eux car ils étaient plus banals, plus proches de nous, ici la mère de Narumi, le nouveau "H.N." potentiel et dans une moindre mesure Mme Nanao sont tellement particuliers qu'on a du mal à ressentir quelque chose pour eux. La persévérance dont fait preuve Mizuho vis-à-vis de Narumi alors qu'il la traite basiquement comme une servante me reste opaque elle aussi.
_________________
"Dude, I accept the truth of your lived experiences, and I'm not going to tell you that your feelings were wrong." Squirrel Girl
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 26/02/13 05:21    Sujet du message: Répondre en citant

tome 4 : je suis encore perplexe, l'histoire évolue enfin, on arrive tout doucement a des réponses mais j'accroche peu.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation