Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Kamakura Diary, un quotidien pas (toujours) facile à porter.
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 01/09/19 08:28    Sujet du message: Répondre en citant

Le dernier chapitre se passe 13 ans après la mort de son père, donc Suzu doit avoir 23 ans.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 01/09/19 10:56    Sujet du message: Répondre en citant

Suzu a 13 ans au début du manga (tome 1, p. 44).
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
melvin
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 01/09/19 15:02    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, le dernier chapitre n'est pas forcément très compréhensible à la 1ère lecture. En effet, il se déroule 13 ans après la mort du père de Suzu qui avait effectivement 13 ans dans le premier chapitre, elle est donc âgée de 26 ans dans cet épilogue.
On voit la voit arriver à la gare de Kajika avec 2 gamins, qui sont Terumichi le fils du frère de Fûta (le bébé moche que l'on voyait dans les tomes précédents) et Ranma le fils de Chika. Elle est accueilli par Kazuki et son jeune frère Mamoru (que l'on n'avait jamais vu dans le manga ?).
Le premier chapitre de la série montre que Suzu fait partie d'une famille recomposée avec Yôko la belle-mère et ses 2 jeunes garçons, Kazuki (20 ans à la fin) et Tomoki (18 ans à la fin), jeune homme dont on aborde les problèmes de délinquance mais que l'on ne revoit donc pas dans le dernier chapitre. Mamoru le jeune garçon qui accompagne Kazuki est un 3ème frère, né après le départ de Suzu (je ne sais pas trop d'où il sort en fait ?). Je donnerai un avis plus détaillé sur la fin de la série, le temps de digérer ce 9ème volume !
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 01/09/19 19:53    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis nul en maths ^^' Suzu a effectivement 26 ans, pas sûr de pourquoi j'ai écrit 23.

Il est indiqué dans le dernier chapitre que le plus jeune frère leur a été confié par la mère, qui l'avait eu avec un nouvel homme mais dont elle ne pouvait pas s'occuper. Les relations familiales dans ce manga sont décidément tortueuses.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Corti
Mangaversien·ne


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 17/09/19 16:32    Sujet du message: Répondre en citant

Série finie et très sympathique. Mon seul souci, c'est que je ne l'ai jamais relu donc j'avoue que le chapitre final est tombé un peu à côté pour moi, tant je n'avais plus idée de qui est qui. De même, le nombre de personnages secondaires est quand même assez élevé, du coup, par moments, c'était un peu dur de se rappeler qui sont certains persos.

Ceci-dit, j'ai beaucoup aimé la fin. On quitte une famille qui a résolu ces nombreux problèmes et c'est agréable. Même si je trouve un peu qu'il y a un côté un poil bisounours vu que tout le monde trouve chaussure à son pied.

En tout cas, une série dont je vais me planifier la relecture parce qu'il y a pas mal de chose que j'ai oublié/raté en cours de route je pense.
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
michael
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Sept 2002
Localisation : alsaco-moselane

Message Posté le : 08/10/19 21:59    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu le dernier tome aujourd'hui, toujours un petit pincement au cœur quand une belle série comme ça s'arrête.
Globalement c'est beau, il y a de l'émotion, de la mélancolie, toujours un peu d'humour, énormément de retenue dans l'expression des sentiments, à la japonaise... Un côté un peu décalé dans les termes utilisés parfois je trouve, des mots un peu désuets ou trop soutenus pour être courant en français... Tout ça donne une ambiance particulière.
Je n'ai pas vraiment saisi l'utilité du chapitre bonus, nous montrer qu'on aurait pas raconter une autre histoire en suivant d'autres personnages, que le destin de Suzu aurait pu être différent si elle n'avait pas suivi ses sœurs et quitté ses frères ?

En tous les cas ça reste une excellente série en 9 tomes, que je relirai aussi avec plaisir d'ici quelques années... ça m'a même donné envie de voir le film de Kore Eda.
_________________
"Rien que d'être vivant, de respirer ce jour-là, c'était une vérité qui était comme un inexprimable miracle".
L'audacieux jeune homme au trapèze volant, William Saroyan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Corti
Mangaversien·ne


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 08/11/19 18:39    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai pu prendre le temps de relire la série et je vais commencer par évacuer les points qui m'ont un peu chiffonné à la relecture :

- d'une part, je trouve qu'il y a un problème sur l'introduction des personnages tertiaires. Tout ce que j’appellerai les personnages frères des personnages secondaires. Même si l'auteur de rappeler régulièrement de qui ils ont frères, j'ai souvent galéré un peu à les remettre en place. Il n'y a guère que sur la fin que c'est devenu vraiment clair. Ça manque un peu de fluidité sur ce point.

- un autre truc que j'ai trouvé un peu bizarre, c'est que quasiment tous les gens rencontrés sont frères de machin, sempai ou kohai d'un autre, bref, il y a quasiment toujours un lien de connexion quelconque. Si Kamakura était un village, ça pourrait s'entendre, mais en fait... C'est une ville de plus 170 000 habitants. C'est un peu comme si le côté "ville" était complètement effacé de l'histoire (ceci-dit, ça justifierait pourquoi il existe un organisme de crédit juste pour cette place ^^ ). Ceci-dit, c'est peut-être une réalité (vu que l'on parlait dans un autre topic du fait que les japonais dans les mangas du moins, de ne pas sortir de leurs propres cercles de vie -- enfin, encore moins que nous :p), peut-être un parti-pris, peut-être une opposition facile à faire face à la gargantuesque Tokyo, mais pour le coup, ça m'a un peu gêné une fois que j'ai su cet élément.

- la perpétuelle distance entre Sûzu et son petit-ami. Autant au début, ça ne m'a pas dérangé, autant sur la fin... J'veux dire, ils ont 15 ans plus ou moins et chaque fois qu'ils sont ensemble, ils sont à 3/4 mètres l'un de l'autre. Oui, bon, pudeur japonaise, toussa, à un moment, je trouvais que ça en devenait un peu exagéré.


Bon, les points négatifs sont passés, revenons au positif. L'histoire reste toujours plaisante à la relecture et permet de se rappeler des oubliés (youhou, le surfeur).
Plusieurs événements touchants se déroulent au gré du déroulement de leurs vies et il y a une sorte de tranquillité qui se détache de l'histoire. Ou plutôt, de moments suspendus où les gens se posent des questions et hésitent. Des gens qui font des gaffes. Des gens qui subissent les accidents de la vie. Mais aussi des gens qui ne se posent pas trop de questions. Des gens bourrés d'énergie.
C'est peut-être ça qui rend Kamakura Diary si attachant, c'est la diversité des personnalités. A défaut de savoir qui est qui, on reconnaît rapidement quel type de caractère, l'auteur a voulu mettre en place pour tel personnage. Du coup, on se retrouve avec une palanquée de caractères différents qui se rencontrent et se quittent, échangent et avancent, ou reculent et crient. Et cela donne une énergie folle à cette histoire. Malgré quelques facilités par-ci et par-là (je pense au cousin qui se perd et qui, MAGIE, trouve bonheur en se perdant -- ceci, je confirme que ça peut marcher :p), on a donc un ensemble vivant. Vu la gentillesse de fond de la majorité des gens et le côté "tranquille" de la vie sur place, cela donne l'impression de s'insérer au sein d'un petit village qui vit sa vie et nous sommes les spectateurs énamourés de ces tranches de vie, spectateurs qui partageons leurs doutes, leurs joies, leurs peines, leurs réussites.
Le petit défaut qu'il pourrait y avoir, c'est qu'à contrario, avec autant de personnages, ils sont assez monolithiques vu qu'il est difficile de prendre le temps de les explorer. L'auteur compense en se concentrant sur l'évolution des personnages principaux. D'ailleurs, pour moi, Suzu reste assez monolithique. Les deux personnages qui évoluent le plus sont définitivement les deux sœurs aînés. A leur manière certes et pas à pas. Mais elles changent.

Le tout dans une ville qui elle-même avance à son rythme.

Et c'est tout ce mélange qui rend la série agréable à lire. La balance entre humour et émotion est de plus bien rendue. Et les personnages ont des réactions très humaines aussi...

Le chapitre bonus me semble toujours aussi dispensable pour ma part. Contrairement à michael, je ne pense que ça soit pour montrer que Suzu aurait pu avoir une vie différente. C'est plutôt une représentation de ce qu'est sa situation avec sa famille pas famille. Comme le dit le frère, "Tout le monde croit que les deux rivières se fondent ensemble ici".
Théoriquement, c'est ce qui aurait dû arriver quand le père s'est remarié. Deux rivières (familles) différentes auraient dû se fondre en une seule.
Mais au final, ces deux familles ne sont pas mêlées et se sont juste côtoyées. Chacun étant parti de son côté. La preuve en est, c'est que même les cendres du père vont quitter cette place pour retourner à Kamakura (si je ne me trompe pas). Avec la belle-mère qui s'est remarié dans la foulée, ça indique bien que les deux rivières n'étaient pas vouées à s'unir contrairement à ce que tout le monde pensait. Les deux familles se sont juste côtoyées.
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 09/11/19 01:45    Sujet du message: Répondre en citant

Corti a écrit:
- un autre truc que j'ai trouvé un peu bizarre, c'est que quasiment tous les gens rencontrés sont frères de machin, sempai ou kohai d'un autre, bref, il y a quasiment toujours un lien de connexion quelconque. Si Kamakura était un village, ça pourrait s'entendre, mais en fait... C'est une ville de plus 170 000 habitants. C'est un peu comme si le côté "ville" était complètement effacé de l'histoire (ceci-dit, ça justifierait pourquoi il existe un organisme de crédit juste pour cette place ^^ ). Ceci-dit, c'est peut-être une réalité (vu que l'on parlait dans un autre topic du fait que les japonais dans les mangas du moins, de ne pas sortir de leurs propres cercles de vie -- enfin, encore moins que nous :p)

De manière générale, c'est un peu la marque de fabrique d'Akimi Yoshida (c'est pas pour rien que certains personnages basculent d'une oeuvre à l'autre).

Maintenant, l'an dernier, j'ai passé une journée à Kamakura. Mon circuit était totalement improvisé. Dans un temple, j'ai été interpellé par des élèves de primaires ou jeunes collégiens qui voulaient exercer leur anglais. Je les ai recroisés fortuitement plus tard ailleurs. Et en fin d'après-midi, je suis passé à côté du bus scolaire qui les raccompagnaient chez eux. Au-delà de la question de la chance et du hasard, ça peut donner une idée de la taille de la ville et du niveau de probabilités d'interactions entre les personnages (ou de proximités des liens qui les unissent). Je ne sais pas si tu connais la loi des 6 degrés ? A Strasbourg, qui est une ville deux fois plus grande que Kamakura, j'ai constaté (merci les réseaux sociaux) que l'écart entre les gens variait entre 1 et 3. A partir de ces différents constats, ce que tu soulignes ne me choque pas plus que ça.
Citation:
Oui, bon, pudeur japonaise, toussa

Voilà un cliché / une idée reçue qu'il est temps d'oublier... ^^
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 sur 7

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation