Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[Moto HAGIO] Le cœur de Thomas, etc.
Se rendre à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 08/02/13 10:00    Sujet du message: [Moto HAGIO] Le cœur de Thomas, etc. Répondre en citant



Présentation :

« Peu d'auteurs sont aussi importants dans l'histoire du manga que Moto Hagio »
Casey Brienza, Graphic Novel Reporter

Dans une école pour garçons du début du siècle, les relations troubles entre élèves prennent un tour dramatique quand le jeune Thomas Werner se jette du haut d'un pont en laissant derrière lui une lettre d'amour.
Ecrit au début des années 70 par l'une des pionnières de la bande dessinée féminine, ce roman graphique sur les affres de l'adolescence est aujourd'hui considéré comme une étape majeure dans l'histoire du manga. La complexité de ses personnages, l'inventivité de sa mise en scène et la féminité revendiquée de son graphisme en on fait l'une des plus marquantes explorations visuelles des liens entre l'amour et la mort


Avis :

Que dire si ce n'est que j'ai été surpris, j'attends la lecture de ce titre depuis des années sans pour autant avoir fait des recherches dessus ou ne serait-ce qu'en ayant lu un résumé, je m'étais fait ma propre image de ce récit et au final j'ai été surpris de voir que ça n'avait rien a voir avec ce que je pensais.
Je m'attendais a un récit léger avec la simple naissance et surprise d'amour pour un autre homme dans une ambiance 70" alors qu'au final on se retrouve avec des personnages torturés, fouillé, une histoire touchante, loin très loin de ce que j'en me faisait et pourtant je suis loin d'être déçu tant le titre est profond.

ps: un avis très bref que j'avais publié autre part : ça fait vraiment plaisir de pouvoir lire une œuvre comme celle ci, loin de la guimauve, pas de niaiserie, l'amour avec un grand A simplement analysé d'une très belle manière, parents, enfant, amis, avec les aléas de la vie comme la mort.

ps2: pour la cover le choix est très discutable, très loin du charme de l’œuvre.


a propos de l'édition, que veux dire kaze par les "interchapitres" et "histoires supplémentaires" ne sont pas présentes, comme c'est le cas aussi au japon pour cette édition 1 tome, il manque quoi en gros ?


Dernière édition : shun le 08/02/13 11:33; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 08/02/13 11:17    Sujet du message: Répondre en citant

Enfin quelqu'un qui en parle ^^ !!!

J'ai écrit dessus dans les dernières lectures fut un temps, l'ayant lu immédiatement après achat à sa sortie Sourire. Bonne surprise de mon côté également, car je connaissais des années 70 Kiyoko Ikeda seulement, et je m'étais faite une idée de ce type. je trouve les personnages de Hagio à la psychologie plus fouillée, avec divers traumatismes, ce qui sera la marque de nombre de ses oeuvres, avec une autre partie plutôt tirée vers la science fiction.

Citation:
Au final, quelqu'un a lu Le Coeur de Thomas? Je pense que l'oeuvre mérite un sujet dédié mais je ne pense pas réussir à développer mieux mes impressions. Je viens de terminer le pavé, et je laisse de côté tout ce que j'ai dit sur l'édition car je me suis suffisamment exprimée sur le sujet. Comme je le disais souvent, Le Coeur de Thomas n'est pas l'oeuvre que j'attendais de Moto Hagio, bien que le choix de l'éditeur est plus que largement justifié. Je ne suis pas très fantasme européen ni bouclettes blondes à tout va, et le côté sentimental de la chose ne me branchait pas plus que ça. A ma grande surprise, j'ai beaucoup aimé cette histoire. La narration est très immersive et j'ai plus eu l'impression de lire un roman sur l'adolescence du style de Demian de Hesse, plutôt que de lire un manga. De plus, on retrouve l'univers du pensionnat comme dans le film d'inspiration de Moto Hagio, Les amitiés particulières. L'ambiance est particulière et le récit aborde des thèmes multiples, la mort en premier lieu, les traumatismes mais aussi l'amour et une forme de révolte adolescente. L'aspect graphique m'a beaucoup plu également: le découpage des planches, les personnages qui débordent des cases (lorsque Juli pense à Thomas au début du récit, lorsque son décès est annoncé aux élèves du pensionnat), mais aussi le design des personnages. Les visages de profil sont clairement datés, surtout les nez en fait Sourire. Au final, une vraie bonne surprise.

Je pinaille mais sur le quatrième de couverture, on parle d'une histoire se passant au "début du siècle". Mais quel siècle? Etant moi-même née au XXième siècle, j'ai aussi tendance à oublier qu'on est passé au XXIième siècle aujourd'hui Mort de rire car pour un univers des années 2000, ça fait un peu vieux tout ça Clin d'oeil


Alors que manque-t-il? Peut-être des textes d'introduction sur le contexte de l'oeuvre, pourquoi est-ce une oeuvre si importante dans l'histoire du shôjo, pourquoi l'auteure Moto Hagio est si importante aussi, pourquoi la "mère du shôjo moderne"? Alors qu'il n'y a qu'un petit truc de quelques lignes, sur le rabat. Bravo. Enfin, la traduction n'est quand même pas des meilleures... supervisée par Patrick Honnoré apparemment. J'aurais vraiment dû acheter l'édition de Fantagraphics Triste

Pour la couverture, j'ai de la chance que ce soit du violet, et non du rose flashy comme pour la réédition de Très cher frère...!

melvin a écrit:
Tu conseilles ou pas ?
J'hésite franchement à prendre ce pavé.

Pour:
Une oeuvre du patrimoine manga,
j'aime bien les dessins / ambiances oldies
les mangas de cette époque ont des personnages et une dimension dramatique assez géniale (ashita no joe !)

Contre:
Le côté bouclettes blondes (comme tu dis)
une histoire d'amour larmoyante avec de grands sentiments entre jeunes garçons romantiques et torturés Mort de rire
J'ai peur de trouver ça un peu trop féminin / japonais / 70's comme manga, je déteste le côté trame fleurie et les yeux pleins d'étoile qui brillent, où on rêve de mettre une claque aux personnages !

Y a t'il une bonne histoire derrière, un enjeu, une trame qui nous passionne jusqu'au bout ?


Citation:
@melvin: Je te le conseille. Justement, pour la période c'est plus sobre que Ryoko Ikeda. Pour cette dernière par exemple, je n'avais pas beaucoup aimé Très cher frère... qui était trop fleuri, trop avec des coups de putes, trop... trop quoi. Mais ce Coeur de Thomas n'est pas ainsi. je trouve qu'il aborde de vraies questions, avec certes beaucoup d'introspection et un romantisme exacerbé, mais il n'y a rien de "nunuche" dans tout ça. On a les sentiments bouillonnants des années 70, du féminin par les dessins (et les garçons se comportent quand même un peu comme des filles Clin d'oeil ), des bouclettes mais je te le conseille vivement.

Je reprends tes points:
Pour:
Une oeuvre du patrimoine manga,
==> Assurément!
j'aime bien les dessins / ambiances oldies
==> L'ambiance est très prenante et les dessins sont oldies mais très beaux aussi (sauf les profils, dieu je déteste les nez de "pimbêche").
les mangas de cette époque ont des personnages et une dimension dramatique assez géniale (ashita no joe !)
==> La dimension dramatique est géniale, un vrai tourbillon de sentiments, de culpabilité, de malaise internes bref, à tenter absolument Sourire. Des sujets graves abordés, le tout en finesse et avec une certaine subtilité comme on ne pouvait pas tout dire de but en blanc à l'époque.

Contre:
Le côté bouclettes blondes (comme tu dis)
==> Finalement, on s'y fait mais il n'y en a pas autant que chez Ryoko Ikeda par exemple
une histoire d'amour larmoyante avec de grands sentiments entre jeunes garçons romantiques et torturés
==> Torturés oui, larmoyants non, et l'amour est présents, mais pas pour faire larmoyer, c'est plus une réflexion sur l'amour en général.
J'ai peur de trouver ça un peu trop féminin / japonais / 70's comme manga, je déteste le côté trame fleurie et les yeux pleins d'étoile qui brillent, où on rêve de mettre une claque aux personnages !
==> Alors il y a des yeux pleins d'étoiles qui brillent c'est sûr, mais les fleurs pas tant que ça. Quelques plantes surtout. Après, c'est surtout le gamin blond qui a des yeux qui brillent, car le héros, Juli, est beaucoup plus sobre dans son dessin, il a même les cheveux noirs donc ça limite déjà les "dégâts". Dans une interview, Moto Hagio disait qu'elle faisait moins de bouclettes, fleurs, yeux qui brillent que d'autres de ses collègues alors que c'était la norme à l'époque, les éditeurs avaient donc un peu de mal avec elle graphiquement Mort de rire . C'est aussi ce qui m'a attiré chez elle du coup Clin d'oeil

_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 08/02/13 11:29    Sujet du message: Répondre en citant

tiens c'est étonnant cette façon de voir les yeux qui brillent, perso je n'ai pas du tout ressenti ce côté là dans le coeur de thomas, au contraire je trouve les personnages loin d'un candy.

j'espère maintenant voir venir ses oeuvres de science fiction, c'est vraiment quelque chose qui me donne envie, comme Terra e d'une autre mangaka.

ps : pour l'ouverture d'un topic il faut pas forcément sortir un pavé, c'est juste ouvrir un sujet de discutions c'est tout.
_________________
Groupe facebook de vente manga en Belgique :
https://www.facebook.com/groups/1024308591038526/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 08/02/13 12:08    Sujet du message: Répondre en citant

De mon côté, je désespérais et la curiosité aidant, j'ai fini par acheter certains manga en anglais et en chinois...

Je recommande chaudement la lecture de A Drunken Dream, anthologie sortie chez Fantagraphics et rassemblant des histoires retraçant toute la carrière de Moto Hagio (donc, du vieux au récent). Y figurent l'oeuvre importante Iguana Girl ainsi que Hanshin puis le très beau A Drunken Dream, une histoire de SF. Certaines histoires sont datées et un peu cliché (Marié, Ten Years later notamment, ou encore Angel Mimic). D'ailleurs, ce qui tue, c'est une couverture qui est une image tirée de la récente série Otherworld Barbara, de même que les illustrations couleurs du début. Mais l'édition est magnifique agrémentée d'une très longue interview de Matt Thorn à Moto Hagio parue dans The Comics Journal consacré aux shôjo.

Plus difficile à trouver, il y a They were eleven, écrit dans la même période que Le Coeur de Thomas, une histoire de science fiction doublé d'un huis clos et de questions sur les genres (homme-femme), hautement divertissant, joliment dessiné, et très amusant en somme. J'ai dû acheter les floppies, car cette histoire était parue dans Four Shôjo Stories, une anthologie aujourd'hui indisponible (qui ne l'est pas restée longtemps, faute à l'éditeur japonais qui n'était pas mis au courant d'histoires de Moto Hagio, Keiko Nishi et Shio Sato mises ensemble!).

Toujours difficile à se procurer, A, A' est un one-shot contenant trois histoires se déroulant toutes dans le même univers et mettant en scène les Unicornes, une race intelligente et socialement peu douée. De la SF très poétique et lyrique, je trouve, et donc très belle. J'aime beaucoup le dessin de Moto Hagio qui dégage un charme assez unique.

Et finalement, car je pense qu'ils sortiront soit tardivement, soit j'ai très peu d'espoir, j'ai aussi acheté en chinois (pas encore lu):
- Star Red (oui dans cet ordre), une courte série de SF sur Mars avec une jeune fille qui découvrira ses origines
- Mesh un drame familial qui se passe aux Etats-Unis [EDIT: à Paris en fait Clin d'oeil ] (la mode des années 80 Mort de rire ) avec un adolescent rebelle se rebellant contre un père trafiquant de drogues, une oeuvre très célèbre de Hagio
- Hyaku Oku no Hiru to Sen oku no Yoru, une histoire de SF avec un peu de bouddhisme adaptée du roman de Ryu Mitsuse (roman traduit en anglais chez Viz, au titre de Ten Billion Days and One Hundred Billion Nights). Je rappelle que ce romancier a également travaillé avec Keiko Takemiya sur Andromeda Stories, disponible chez Vertical
- Gin No Sankaku: un one-shot prépublié dans un mag SF, très épais (300 pages!) et qui me semble galère à lire dans une telle langue, mais la curiosité...

D'un point de vue personnel, j'ai très envie de lire Marginal un jour, un de ses récits de SF les plus importants dans les années 80. De plus, il est court: 5 volumes. Plus récemment, Otherworld Barbara (2004?) me donne envie. Les dessins sont comme toujours très beaux chez Hagio, et l'histoire très originale, mêlant futur, rêves et ... canibalisme?! Le tout est court, 4 volumes seulement, et est récent. Enfin, je suis en train de lire en scans (bouhh) sa série des années 90 et son plus long travail (17 volumes), le drame A cruel God reigns souvent assimilé à du boys love! Alors que non... Les dessins sont beaux, les personnages parfois un peu ringards, mais c'est un drame saisissant avec beaucoup de chantage qui m'a finalement conquise.

To Terra... je l'ai acheté chez Vertical. Et si ça commence bien, je trouve la suite assez illisible et un peu laborieuse de mon point de vue. Pas lu d'autres Keiko Takemiya depuis, mais Tenma No Ketsuzoku, sa saga mongole de 24 volumes, me branche bien (sans doute tenter en scans dans un premier temps).
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!


Dernière édition : Taliesin le 13/11/13 00:26; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 27/02/13 10:13    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens de finir le pavé et j'ai beaucoup aimé cette lecture. Le format comme le début m'ont fait penser à un équivalent yaoi de Très Cher frère mais, même s'il y a quelques aspects glauques révélés notamment à la fin et si les personnages principaux sont assez torturés. Il y a aussi régulièrement quelques passages humoristiques qui aident à faire passer la pilule.

Jullsmole,dit Juli (ce qui m'a fait marrer quand un personnage l'a encouragé par un "Vas-y, Juli" mais bref...) est le personnage principal, intéressant par sa froideur comme par son apparence parfaite que l'on peut dès le début imaginer artificielle. Oscar, son compagnon de chambre, semble plus ouvert mais cache aussi un rapport compliqué avec son père ; enfin, le troisième personnage principal n'est pas Thomas, décédé au début du livre, mais Eric, un nouvel arrivant qui est son sosie et qui a un sacré Oedipe.

Autour de ses 3 personnages, et notamment de Juli et Eric, pas mal d'événements vont s'enchaîner et dévoiler mais aussi modifier leurs sentiments. C'est en cela que je trouve le manga très réussi : avec certes des artifices de mise en scène très "shojo" des années 70", Moto Hagio sait bien mettre en valeur le caractère tourmenté de ses personnages. Quant à l'homosexualité des personnages, certes présente (plusieurs d'entre eux se sentent attirés par des élèves qu'ils prennent comme modèles ou, à l'inverse, par des élèves plus jeunes comme Eric), elle n'est jamais explicite, ce qui le distingue des yaoï actuels (il n'y a guère que pour le flashback de Julli que l'auteur va un peu plus loin : et encore, ce n'est pas non plus complètement explicite). Je m'attendais, au vu de la réputation de l'oeuvre, à lire un manga fondateur du genre yaoï. Mais ce serait assez réducteur et Le coeur de Thomas me semble bien plus intéressant qu'un simple manga fondateur du yaoï.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 27/02/13 11:36    Sujet du message: Répondre en citant

Cyril a écrit:
Je m'attendais, au vu de la réputation de l'oeuvre, à lire un manga fondateur du genre yaoï. Mais ce serait assez réducteur et Le coeur de Thomas me semble bien plus intéressant qu'un simple manga fondateur du yaoï.

Voilà pourquoi ça m'a tant fâchée de voir comment Kaze a insisté sur le côté pionnière du boys love de Moto Hagio, car comme tu le dis Le Coeur de Thomas est vraiment bien plus que ça. Je trouve Moto Hagio plus subtile que Riyoko Ikeda dans Très cher frère... honnêtement. Beaucoup de choses sont suggérées, surtout ce qui arrive à Juli, mais on comprend vite la gravité de la chose. Ce qui m'énerve un peu aussi, c'est dire lire très souvent par les lecteurs de scans que A Cruel God Reigns est un yaoi, faut vraiment arrêter de coller cette image à la peau de Moto Hagio...
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 27/02/13 15:34    Sujet du message: Répondre en citant

Il me paraît logique que l'éditeur la présente comme pionnière du BL, car le genre est apparu suite à la publication de titres comme Le coeur de Thomas. En fait, c'est l'un des rares vrais shônen ai, si l'on se fie à la classification japonaise. D'un point de vue plus pragmatique, Kazé espérait sans doute développer les ventes de ce manga en insistant sur le côté BL.

Malheureusement, le BL est arrivé trop tard en France (et se vend sans doute trop peu) pour que l'on puisse découvrir les séries des années 80 ou 90. Découvrir les phases du passage entre le BL actuel et les années 70 serait intéressant, mais je crois qu'il faudra s'en passer. De même, il y a un certain nombre de choses qui sont apparues très récemment dans le BL et qui resteront au Japon ^^"

Pour ma part, je trouve que Kaze to ki no uta a laissé plus de traces dans le BL actuel que Le coeur de Thomas. C'est aussi l'un des tout premiers titres dont j'ai entendu parler, avec A Cruel God Reigns et quelques autres. Pour celui-ci, je crois que
Citation:
l'attitude du beau-père et la possible relation entre les deux frères par alliance joue sur son image de yaoi. Mais je n'ai pas lu suffisamment cette série pour savoir ce qui se passe exactement entre les deux demi-frères.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 27/02/13 15:39    Sujet du message: Répondre en citant

Je comprends évidemment l'intérêt commercial pour l'éditeur ; mais du point de vue de l'histoire, je trouve que le titre est très différent (et largement supérieur) par rapport aux yaoï lambdas et à leurs codes (du moins à travers ce que j'en connais via les discussions sur les forums ou la lecture du recueil gratuit de Kaze).

En tout cas, après la lecture du coeur de Thomas, je serais intéressé par la découverte d'autres oeuvres de l'auteur.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 27/02/13 15:44    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pu lire que deux volumes ou trois de A Cruel God Reigns, les scans étant souvent source de "torture" pour moi. Mais je serai bien obligée pour cette série-là du moins. De ce que je comprends, un peu comme pour Le Coeur de Thomas c'est Ian qui sortira justement Jérémy de ce fort traumatisme. Il y a donc effectivement une relation homme à homme, mais on n'est pas dans un registre yaoi je pense, où le but est avant tout de satisfaire les désirs d'une lectrice. Je verrai par la suite, mais ça ne semble vraiment pas être le but de Moto Hagio dans cette série, d'autant plus que les traumatismes familiaux constituent une grande partie de son oeuvre, avec la science fiction.

Je comprends que l'on insiste, pour vendre, sur le côté BL du Coeur de Thomas, mais je trouve triste de réduire le manga, et même la carrière de Moto Hagio à cela, c'est là qu'il y a un peu de mensonge. Car les BL fans ne trouveront peut-être pas ce qu'elles croiront trouver en lisant cette oeuvre. Et ceux qui ne s'intéressent pas du tout au BL mais qui auraient pu tenter ne le feront peut-être pas. En revanche, oui, d'accord avec l'empreinte de Takemiya sur le BL, beaucoup plus que Moto Hagio. Dans une interview, je crois que Moto Hagio dit de Takemiya que c'était beaucoup plus son truc à elle le BL, les relations amoureuses entre hommes.
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 27/02/13 15:51    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

Justement, mon article pour du9 (si si, il sortira un jour) insistera sur le fait que Le Cœur de Thomas n'est en aucun cas un BL, ni même une pierre fondatrice du BL, tout juste un précurseur du genre shônen-ai. Et j'ai prévu de montrer la facette SF dans l’œuvre de l'auteure (grâce aux titres US que m'a prêté Taliesin) qui est bien plus importante que tout le reste.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 04/05/13 22:11    Sujet du message: Répondre en citant

2 mois plus tard... alors il avance cet article? Je suis pire qu'un éditeur hein Maléfique ? Allez, j'arrête avec cette pression débile Clin d'oeil

Je remonte ce topic après avoir lu quelques Moto Hagio, et pour délivrer mes impressions légères, vu ma compréhension chaotique qui n'aide pas Mort de rire . Bon, si ce post ennuie quelqu'un, il faut me le dire je ne me vexerai pas et effacerai ce long post.

Gin No Sankaku (Le triangle d'argent): Il s'agit d'un one-shot de 300 pages à l'origine prépublié dans un magazine de SF (et non de manga) du nom très original de "SF Magazine" de 1980 à 1982. Un premier travail qui permet à Moto Hagio d'écrire autre chose que du shôjo. Les planches y sont très belles, et je regrette le format "seinen" de mon exemplaire, les planches y auraient facilement gagné en beauté avec un format plus grand type Un Drôle de père. D'ailleurs, il y a beaucoup de cases par page.

L'histoire y est complexe (de mon point de vue), surtout que je n'ai pas du tout l'habitude de lire de SF, loin de là (je galère toujours pour finir mon Dune d'ailleurs...). Le tout mêle l'histoire d'un peuple extinct (il ya juste 30 000 ans hein) d'un endroit appelé Le triangle d'argent, et dans lequel la musique revêt une importance très particulière dans leur culture. Ensuite, on suit notre héros, Marley, qui assiste à un attentat lors d'un concert de la chanteuse Erokyusu qui finit par être tuée. Elle lui raconte qu'elle a vu une barde lui ayant donné son instrument de musique, et celle-ci chantait pour un garçon transparent. La chanteuse meurt, et Marley est obsédé par cette histoire de barde, une certaine Ragutorin, qu'il essaie de trouver.

L'ambiance de l'histoire y est très particulière et le ton y est adulte, sans pour autant être dénué complètement de son style si reconnaissable, si poétique. Le tout se complique avec des révélations, et les multiples morts de Marley, vu qu'il vit dans une société dans laquelle on peut ressuciter au moyen d'un clône auquel on y injecte les souvenirs du mort. Mais dans le cas de Marley, ce transfert de souvenirs s'est mal passé. Le tout mêle donc problèmes d'identités, peuple disparu, légendes, distorsions espace-temps, pouvoirs et aussi des rêves. Oui, des liseurs de rêves, un peu à la CLAMP quoi. D'ailleurs, les images du manga m'évoquaient, lorsqu'on abordait cette ancienne civilisation, des tenues à la RG Veda, ce qui m'a de suite attiré. L'histoire est prenante et mystérieuse, mais à partir d'un moment, je crois que ma compréhension s'est juste éteinte. Comme le peuple du Triangle d'argent d'ailleurs. Les moments sur l'espace temps notamment, et je n'ai pas trop compris le rôle de la barde, Ragutorin, le pourquoi du destin du petit enfant maudit, sans doute un descendant lointain du Triangle d'argent, et tout ça. Ah oui, cet enfant maudit est né avec des yeux dorés pour m'évoquer RG Veda. Le tout mérite amplement d'être relu, et j'ai été rassurée, avec un coup de google translate, de voir que certains Japonais eux-mêmes n'avaient pas tout saisi Mort de rire .

En tout cas, voici un one-shot superbe, avec une histoire qu'on sent inspirée, complexe, adulte, tournée vers la réflexion plus que l'action. L'ambiance et l'univers m'ont beaucoup plu, et je pense que c'est le principal chez moi (je sais, je ne cherche pas beaucoup de profondeur, c'est malheureux). Ca a beau être vieux, je trouve le dessin magnifique. Je voulais de la SF, j'en ai eu Mort de rire . Pour les curieux, voici des scans (en chinois).

Star Red vol 1: Star Red est prépublié dans le Shôjo Comic de Shogakukan de 1979 à 1978. Le tout est sorti en tankobon en 3 volumes, j'ai une édition en 2 volumes, dans un format "seinen". Ce que je savais de cette série, à Pompidou, c'est que Moto Hagio (ou la conférencière?) voulait vraiment faire découvrir cette série au public français. Soit c'est Moto Hagio et certains thèmes lui tiennent réellement à coeur quand elle l'a écrite, soit c'est la conférencière et elle a un coup de coeur particulier. Mais pour ma part, j'ai été moins enthousiaste, ce manga ayant à mes yeux plutôt vieilli. Enfin, je n'ai pas encore lu le volume 2. Cette série est beaucoup plus difficile à comprendre, enfin ça a été un soulagement après Gin No Sankaku Mort de rire mais je n'ai pas tout compris à 100% non plus, ayant eu la flemme de chercher certains idéogrammes... mais là, c'est ma faute.

L'histoire d'une nana, appelée Sei Tokunaga (en chinois, elle s'appelle "étoile" alors que c'est son nom d'origine... passons) qui a 15 ans. Intrépide, elle est cheffe d'une bande de motards d'un quartier de Néo Tokyo. On est en 2276 au fait. Elle vit avec son père adoptif, et on apprend qu'en réalité, Sei est une Martienne qui doit cacher sa véritable nature. Les Martiens ont une chevelure blanche et des yeux rouges, elle teint les siens et porte des lentilles. Ses parents sont morts lors de la guerre opposant Martiens et Terriens il y a une dizaine d'années. Dans la journée, elle va en cours dans un établissement de jeunes filles (de bonne famille on dirait) et porte un uniforme vraiment ridicule Mort de rire. Un jour, elle rencontre un type appelé Erg qui devine ses origines, qui semble avoir des pouvoirs comme elle. Il est mystérieux et lui propose d'aller sur Mars avec elle. Obnubilée par sa planète d'origine, Sei accepte (je n'aurais pas embarqué avec le premier venu, perso, surtout à 15 ans xD).

Le manga est vieux, mais comme souvent avec Moto Hagio, les dessins sont encore jolis. Les tenues, les coupes de cheveux et un certain humour (des baffes par ex) ou certaines scènes d'action (le coup de pied euh...) témoignent quand même de l'âge de l'oeuvre. Et puis un peu les nanas, souvent très "correctes", choquées, faisant preuve de pudibonderie ^^; . L'histoire, quant à elle, est moins originale. Il y a tout de même pas mal de mystères sur Mars, l'Histoire de Mars et son passé avec la Terre (les phases de colonisation notamment) et l'infertilité sur Mars, ainsi que les ESP. D'ailleurs, c'est un thème qui semble grandement toucher Moto Hagio, que ce soit dans son très célèbre Marginal, dans Star Red mais aussi dans Gin No Sankaku d'ailleurs. Les planches y sont plus simples, il y a bien moins de cases que dans Gin No Sankaku, c'est aussi plus mouvementé, moins lent. Je trouve que l'histoire démarre un peu vite, on ne sait pas grand chose de l'héroïne qu'elle s'embarque direct. Cela vient peut-être du format plus court des séries de jadis, mais c'est sûr on est dans le bain. L'histoire est plus classique, et il y a une réflexion sur la guerre, notre Sei (Hoshi de son nom martien) apprenant à tempérer son point de vue sur les éléments passés. Sei est obnubilée par le fait de retrouver ses racines, et finalement, elle rencontrera des Martiens, la planète étant surtout peuplée de Terriens. Ceux-ci vivent cachés, de manière tribale et avec des croyances comme les rêves (décidément...). Sei sera aussi rejetée par les siens, mais sera convoitée par les Terriens comme élément d'étude.

Je ne sais pas trop que penser de cette série, à part que ça va un peu vite, que c'est par moments ringards (il FAUT que je prenne des photos de certaines tenues Mort de rire ), que ce n'est pas la meilleure série de SF qu'a écrite Moto Hagio. Après, je ne l'ai pas encore terminée, et gageons que la suite sera plus intéressante par la suite. Mais en SF, je préfère largement They were eleven, A, A' et le superbe Gin No Sankaku.

Star Red vol 2
Le tout se complexifie, heureusement pour l'histoire, malheureusement pour moi et ma compréhension. De ce que j'ai compris, j'ai quand même l'impression que tout n'est pas résolu sur Mars et que Hagio s'embarque dans un voyage spatial de plus grande envergure. Le manga est décidément empreint d'un réel romantisme, mais la relation amoureuse reste platonique. Je trouve ce manga très très beau, graphiquement ou dans son ambiance. Les planches sont superbes, notamment la narration éclatée, certaines compositions qui font la célébrité de Moto Hagio. La fin est pour moi très triste et je ne trouve pas qu'on s'embourbe dans trop de pathos. A relire pour moi, et donc bonne lecture au final. Niveau SF, je ne saurais dire si ça a pris beaucoup de rides, ne m'y connaissant absolument pas dans le domaine.
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 06/09/13 23:18    Sujet du message: Mon avis Répondre en citant

J'ai eu la chance de lire le PDF presse de l'Anthologie Moto Hagio, et je peux confirmer que c'est du bon, du lourd qui nous attend en novembre. Le deuxième volume est particulièrement réussi, avec deux des meilleures nouvelles que l'on avait pu lire dans Drunken Dream et trois autres excellentes histoires. Par contre, amateurs de la légèreté et de joie de vivre, vous allez être déçus. Ces trois histoires "inédites" font plutôt dans le drame et le sordide Sourire

Et je te rassure, Taliesin, Egg Stand ne fait pas du tout dans le kitsch, ce n'est pas Mesh Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 06/09/13 23:43    Sujet du message: Répondre en citant

Enf... Sourire Egg Stand est bien? J'ai hâte de le lire, dommage que certaines histoires ne soient pas inédites Sourire . Aaaaah, Mesh, j'en ris encore de certaines planches Mort de rire (faudrait que je lise la suite un jour).
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 13/10/13 11:11    Sujet du message: Réponse Répondre en citant

Oui, Egg Stand est très bien Sourire (réponse un peu tardive, mais bon...)

Étant en pleine compilation d'informations sur Moto Hagio, je suis tombé sur une page annonçant la sortie de l'anthologie chez Glénat sur le site officiel de Moto Hagio. Il y a même un lien pour l'acheter sur Amazon ! Par contre, Moto Hagio n'a pas trop l'air de savoir quand, comment et combien à propos de cette sortie. Amusant Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 06/11/13 21:38    Sujet du message: Réaction Répondre en citant



Alors, qui s'est précipité pour acheter le coffret ? Quelqu'un a déjà un avis ?

Pour ma part, les nouvelles que je préfère sont dans le tome De l'humain. Il s'agit incontestablement de "La Princesse Iguane" (que j'avais déjà lue dans l'anthologie de Fantagraphics), de "Pauvre maman" et du "Coquetier".

Celles que j'ai le moins apprécié sont "Le Pensionnat de novembre" (sans surprise puisque je n'ai pas aimé Le Cœur de Thomas) et "Un Rêve ivre" (et ça, je le savais, je n'avais pas apprécié la version américaine).
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 1 sur 7

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation