Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Dernières lectures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... , 138, 139, 140  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
samizo kouhei
Mangaversien·ne


Inscrit le : 01 Juil 2004

Message Posté le : 30/11/20 20:02    Sujet du message: Répondre en citant

J’ai fini de relire le manga Old Boy, qui a été republié en 4 volumes doubles chez Naban après une campagne victorieuse sur KissKissBankBank. Oui c’est le manga qui a librement inspiré le film coréen. C’est un thriller parfaitement rôdé, avec un découpage digne d’un storyboard. Mais le dessin vieillot (et son vilain digne d’un Freezer a gros pif) pourra rebuter
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 04/12/20 19:46    Sujet du message: Répondre en citant

SpeOpe T1 : Premier titre testé chez Noeve Grafx, signant le retour de Kia Asamiya. Un manga commencé plus par nostalgie et par curiosité, même si l'annonce d'une aventure spatiale n'était pas pour me déplaire.
Dès l'introduction, l'auteur évoque les œuvres qui l'ont influencé, son amour à la fois pour le mecha design et pour une SF à l'ancienne. Une note d'intention qui me parle.
Après, il y a les ambitions, et il y a l'exécution.

Vous vous souvenez des anciens tomes de Dragon Ball ? Certaines pages avaient été créées en couleur mais imprimées en noir et blanc pour la version française. Le résultat manquait énormément de contraste, l'ensemble formait une déclinaison de gris et cela devenait difficilement lisible. Avec SpeOpe, c'est exactement l'impression que j'ai eu sur l'ensemble du tome. J'ignore si la série a effectivement été pensée pour la couleur, ou si le mangaka - visiblement passé à la conception par ordinateur - profite de cette technologie pour surcharger ses environnements. Mais peu importe la raison, seul compte le résultat ; et en l'occurrence, certaines planches m'ont paru floues, et ce n'est pas toujours bien lisible. D'autant plus que l'auteur fait ici le choix d'énormément découper ses planches, de multiplier les cases, interdisant les gros plans et les vues d'ensemble. Cela permet de créer un rythme élevé, mais se fait au détriment des plans larges et des vues d'ensemble, empêchant ainsi de profiter pleinement de ses environnements spatiaux ou de son mecha design. Par curiosité, j'ai jeté un coup d’œil à un de ses vieux manga, et c'est le jour et la nuit en termes de lisibilité... Là, j'ai l'impression que les personnages sont prisonniers des cases ; j'espère qu'ils ne sont pas claustrophobes.
En quelque sorte, c'est l'anti Moon Lost (évoqué tantôt).

S'agissant du scénario, ce premier tome forme une histoire complète, ce qui reste suffisamment rare en manga pour être noté. Et pour le coup, c'est agréable. Nous sentons effectivement l'influence revendiquée par le mangaka, à la fois pour le meilleur (les concepts scientifiques barrés et les anciennes civilisations) et le pire (l'héroïne habillée en Leia version esclave et les tentacules). Il se passe beaucoup de choses, cela va vite, mais la contrepartie, c'est que nous ne profitons pas vraiment du voyage. Cela parait même plutôt lourd, au point que j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout. Néanmoins, réaliser qu'il s'agissait finalement d'une histoire complète aide à faire passer la pilule, et à justifier des péripéties trop souvent expéditives. De là à me pousser à continuer la série ? Peut-être par curiosité, mais vous l'aurez compris, cette entame est bien loin de m'avoir totalement satisfait.


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Ialdaboth
Mangaversien·ne


Inscrit le : 28 Déc 2004

Message Posté le : 04/12/20 22:10    Sujet du message: Répondre en citant

Je pensais que Kia Asamiya terminerait sa carrière en dessinant des mangas de bagnole, comme quoi on se lasse de tout.

Ta critique refroidit pas mal, mais rien que pour l'accroche de la SF à l'ancienne je tenterai bien le coup quand même histoire de patienter en attendant la suite de Dai Dark et de Ningyou No Kuni.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 04/12/20 22:19    Sujet du message: Répondre en citant

Par "à l'ancienne", il parle surtout des écrits d'Edmond Hamilton, en particulier les éditions japonaises de Captain Future.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 04/12/20 23:32    Sujet du message: Répondre en citant

Ooooh ! Un revenant ! ça mérite du flood !
Ialdaboth a écrit:
Je pensais que Kia Asamiya terminerait sa carrière en dessinant des mangas de bagnole



D'ailleurs, on ne l'appelle plus "sensei", mais "Ô nissan"

Mort de rire Mort de rire Mort de rire
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ialdaboth
Mangaversien·ne


Inscrit le : 28 Déc 2004

Message Posté le : 05/12/20 04:22    Sujet du message: Répondre en citant

"Choisir de rouler en Kia, Simca qu'à moi" Flèche

Gemini_ a écrit:
Par "à l'ancienne", il parle surtout des écrits d'Edmond Hamilton, en particulier les éditions japonaises de Captain Future.


Ah oui mais non en fait, j'avais signé pour de la SF moi m'sieur, pas pour du gros pulp qui tâche Surpris
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 08/12/20 23:16    Sujet du message: Répondre en citant

Kageki Shôjo!! The curtain rises : Un titre qui m'intéressait depuis la première fois que j'en avais entendu parler. Si j'ai bien tout suivi, l'équivalent de deux tomes ont été publiés dans le Jump X de la Shueisha, avant que l'autrice ne passe dans le Melody de Hakusensha et reprenne ses personnages là où elle les avait laissés. Faisant finalement de ces deux tomes une mini-série à part entière. C'est cette-dernière que nous propose aujourd'hui l'éditeur américain Seven Seas sous la forme d'un volume unique, même s'il a déjà annoncé la série principale.

Cette série nous parle de Takarazuka. Ou, plus exactement, de l'école que les actrices de la revue (célèbre pour ses pièces interprétées uniquement par des femmes) intègrent afin de se préparer à rejoindre une des troupes de Takarazuka.
Précisons toutefois que les œuvres abordant le Takarazuka n'utilise jamais ce mot, sans doute car il doit s'agir d'une marque déposée. Ici, il sera donc question de Kouka, même si cela ne trompera personne.

Nous suivons deux lycéennes intégrant l'école pour leur première année de formation. D'un côté Sarasa (non elle n'a pas de frère jumeau), une grande fille dynamique qui rêve d'incarner Oscar et ne s'est vraiment intéressé au Kouka que pour ça. De l'autre Ai, une ancienne idol surtout attirée par la perspective d'un monde sans hommes.
Grâce à cette mini-série, nous allons découvrir le quotidien de ces héroïnes - fait de cours intensifs mais aussi de rivalité - ainsi que les raisons profondes qui les ont poussées à rejoindre l'établissement.

Si le ton est résolument enjoué et positif - ce que la série doit beaucoup à la personnalité de Sarasa - elle possède aussi un côté plus sombre, à travers le passé d'Ai et sa difficulté à se lier aux autres. De plus, un environnement aussi compétitif aura forcément un impact terrible sur certaines élèves. Mais cela reste globalement lumineux, avec des personnages apprenant à surmonter les obstacles devant eux. Donc même si l'autrice sait aborder des sujets graves, cela reste globalement lumineux. Et son humour fonctionne très bien.

La série est moderne, dans le sens où la mangaka n'hésite pas à balancer des références, y compris à des shôjo manga des années 1970. Cela fait souvent mouche et n'est pas pour me déplaire. Mais cela m'a étonné de la voir citer des séries aussi ouvertement. Celles-ci sont introduites avec Sarasa, grande amatrice de manga et d'animation détonnant dans cette école où elle semblerait presque être arrivée par hasard. Ses centres d'intérêt diffèrent pas mal de ceux de ses petites camarades.

Vous l'aurez compris, j'ai passé un excellent moment et ne manquerai surtout pas la suite de la série ! En attendant, il s'agit d'une des meilleures nouveautés manga de l'année.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tuc
Mangaversien·ne


Inscrit le : 30 Juil 2006

Message Posté le : 09/12/20 23:23    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai eu le plaisir de lire un peu tardivement Les temps retrouvés en 2 tomes chez Ki-Oon (tardivement car le 1er tome date de l'année dernière, le 2e est sorti entre les deux confinements)
Ce manga est une création originale de Ki-Oon si j'ai bien suivi, par le duo d'auteurs de Sous un ciel nouveau que j'avais déjà beaucoup aimé
Ici, il est toujours question de personnes âgées ce qui semble être leur thème de prédilection. On y suit un homme et une femme, septuagénaire, veuf et veuve, qui tombent amoureux l'un de l'autre. En dehors de l'âge, le synopsis est extrêmement classique, mais l'auteur arrive avec si peu de place (2 tomes pas très épais) à y mettre beaucoup : outre l'amour, il y a le handicap, la résilience, la famille, les préjugés, le monde du travail... c'est étonnamment touffu et calme à la fois
Le plus incroyable dans cette histoire reste la réaction des enfants, qui infantilisent totalement leurs parents ("privés de sortie" !) de façon parfaitement égoïste. Je suppose que c'est classique au Japon si les auteurs ont choisi de montrer ça, mais je n'arrive vraiment pas à comprendre cette réaction, dans les deux sens, ni celles des enfants, ni celle des parents (qui acceptent ce diktat et qui même se résignent pendant un temps)
Au final je spoil un peu mais il y a un happy ending, l'important n'étant pas là, mais de voir comment cet amour impromptu peut trouver son chemin
Bref, c'est beau, et je le conseille chaudement. A noter que c'est en sens de lecture français et en couleur... en fait du coup ce serait plus une BD qu'un manga ^^
_________________
Collection MS
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 10/12/20 09:28    Sujet du message: Répondre en citant

Nos Temps contraires T2 : Une suite venant confirmer certaines de mes impressions du premier volume.
Déjà, jusqu’à présent, ce manga m’intéresse moins pour l’histoire personnelle des néotènes (je me demande toutefois comment cela va évoluer) ou le traitement de la Maladie de Daphnée, que pour le monde bâti par l’autrice, même si les révélations à ce sujet manquent parfois de subtilité. Les aspects les plus sombres du système des colonies sont désormais incarnés par deux nouveaux personnages, dont le style me parait pour le moins grotesque. Si les autorités voulaient que les héros se retournent contre le système, elles ne s’y prendraient pas autrement. Il se dégage de tout cela une ambiance étrange, et ce sentiment en lui-même n’est pas désagréable. Dans l’ensemble, le titre reste plaisant à suivre.
L’autre confirmation, c’est la troublante fascination qu’éprouve la mangaka pour les corps pré-pubères. Même si les néotènes ont grandi depuis le premier tome, elle les remplace par des nouveaux personnages au physique similaire, dont ceux évoqués plus haut.
Nos Temps contraires n’est toujours pas le grand manga de SF que j’aimerais qu’il soit, mais il attise suffisamment ma curiosité pour me donner envie de savoir comment tout cela va se finir. Je suppose donc que l’objectif est atteint, malgré quelques fausses notes.



Back to you : Une série en un tome (épais) que je n’avais pas prévu de prendre, mais qui m’a été vendue comme un shôjo écrit par une autrice de BL. Une catégorie très spécifique dont ont émergé quelques titres passionnants.
Nous y suivons une femme en couple avec son petit ami du lycée, mais trouvant celui-ci de plus en plus distant et accaparé par son travail. Grâce à un élément fantastique, elle va faire la rencontre de son double venu du passé, et retomber amoureuse de lui.
Il s’agit d’un titre se situant dans une veine adulte, avec des personnages qui ont un quotidien d’adultes, un travail d’adultes, et des préoccupations d’adultes. Sachant que la majorité des shôjo manga proposés en France préfèrent un cadre lycéen. Cette composante lycéenne existe bel et bien, mais à travers cet élément fantastique, et la présence de son petit ami encore adolescent, avec une certaine innocence qu’elle retrouve avec plaisir. Le voyage dans le passé étant lui l’occasion d’une bouffée de douce nostalgie pour notre héroïne, tout en lui permettant de prendre conscience de choses qu’elle aurait pu ne pas remarquer à l’époque, ou qu’elle ne perçoit plus de la même façon avec le recul.
Le concept même de l’adultère avec le « moi du passé » de son petit ami est rigolo, même si ces histoires de mœurs ne m’intéressent guère la plupart du temps. Disons surtout que, compte-tenu du concept en question et de la façon dont le tout est traité par l’autrice, cela nous donne un récit absolument charmant, plus mignon que ce que l’entame de ce manga peut laisser supposer. Il s’agit donc d’une lecture amusante, qui aura réussi à me faire passer un bon moment. J’aurais pu vivre sans, mais l’héroïne et son petit lycéen sont attachants, et leur maladresse adorable. Pas la peine de bouder son plaisir.


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 10/12/20 09:59    Sujet du message: Réaction Répondre en citant

Merci pour ton avis sur le tome 2 de Nos Temps contraires. J’hésitais à l'acheter en pensant qu'on était enfin débarrassé des gamins dont le design m'insupporte. Vu que l'auteure nous en fait reprendre pour un tour, ça sera donc sans moi, surtout si l'intrigue est réalisée à la truelle...

En effet, si tu as apprécié ce tome 2, il y a de fortes chances que je le déteste autant que le tome 1. D'ailleurs, tes avis me sont trés précieux en tant que boussole inversée (je le pense sincèrement) : si tu as apprécié un manga, il y a de fortes chances qu'il ne me plaise pas (il y a bien sûr des exceptions nombreuses, heureusement). La preuve en est apportée par Back to You qui m'est tombé des mains très rapidement, ne trouvant aucun intérêt à l'histoire, aux personnages, à la narration et au dessin...

Et je ne peux même pas donner mes Akata à T., elle les a déjà achetés. Heureusement, je pense à quelqu'un d'autre pour m'en débarrasser Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Shuichi
Mangaversien·ne


Inscrit le : 05 Mars 2009

Message Posté le : 19/01/21 18:52    Sujet du message: Répondre en citant



Relecture du phénomène Kasane tomes 1 à 4 :

Après avoir découvert l'adaptation en film live hier soir avec l'actrice Tao Tsuchiya (récemment dans Alice in Borderland) dont j'apprécie énormément le jeu, j'ai eu envie de me remettre à lire "Kasane" dont je ne suis jamais allé au bout donc c'est l'occasion.

Tomes 1 à 3 : On est sur l'introduction et le premier "gros" arc qui va mettre en avant Kasane, son histoire, sa personnalité, ses objectifs, ses doutes, ses peurs. Nous pouvons donc la voir évoluer sous les traits de Nina Tanzawa. Grâce au rouge à lèvre laissé par sa décédée mère qui lui permet en échange d'un baiser de voler son visage pendant 9h.

Le tome 4 finit le premier arc avec la pièce "Salomé" qui conclut cette introduction des personnages et de l'univers. Dans le film, c'est ensorcelant de voir l'actrice Tao Tsuchiya jouer ce rôle entre perte de raison, folie, séduction et sensualité addictive. Le manga lui passe un peu vite dessus contrairement à l'insistance de ce rôle clé pour Kasane dans le film.

Puis on entame l'arc "Nogiku" qui promet encore de sacrés bouleversements pour Kasane/Nina ! En effet, pas mal de révélations sur la mère de Kasane et l'identité du père est également révélée pour d'autant plus surprendre.

C'est un thriller féminin clairement prenant, intense et presque étouffant ! On est à la fois questionné sur nos principes car une part de nous veut défendre les actes de Kasane et la voir évoluer mais notre raison nous rappelle de la noirceur de son âme. Un peu comme dans Death Note où on pouvait facilement se mettre à la place de Light et vouloir le défendre contre L. La limite entre l'acceptable et l'intolérable est très fine.

J'ai hâte de (re)lire la suite et découvrir le dénouement final et la fin réservée pour tous ces personnages torturés et sombres.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tuc
Mangaversien·ne


Inscrit le : 30 Juil 2006

Message Posté le : 21/01/21 15:18    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai enfin pris le temps de lire le Ki-oon mag 3e du nom, 4 nouvelles créations originales sont présentées :

- L'eden des sorcières : un mix entre l'atelier des sorciers et princesse momonoke, dit comme ça, ça pourrait être alléchant, mais en fait à part la dernière image de ce qui est présenté ça me parait assez peu intéressant (en particulier y'a aucun enjeu de présenté, en dehors de la survie). A voir avec le tome entier parce que c'est joli par moment (mais seulement par moment)

- Leviathan : a priori un battle royale en espace clos, je suis pas fan du genre même si le côté thriller psychologique peut être prenant, le dessin est un peu particulier, sans être moche. C'est très gris, mais du coup ça renforce l'ambiance voulue

- Outsiders : un vampire, un loup-garou, une humaine... j'ai failli ne pas lire du tout quand j'ai vu le thème, je me suis dit que j'allais quand même laisser une chance, mais non, il n'y a rien pour moi dans cette œuvre, après c'est pas moche... un peu brouillon quand même des fois, juste pas mon truc

- Coco l'île magique : par le créateur de Kamisama et Roji, c'est pour enfant mais en fait des 4 c'est a priori le premier que je vais prendre et sans regarder plus en détail, j'ai beaucoup aimé l'univers, je me dis que je ferais volontiers lire ça à mon enfant dans quelques années, donc je le lis pour moi mais aussi dans cette optique
_________________
Collection MS
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 23/01/21 01:09    Sujet du message: Répondre en citant

Aozora Yell T1 : Dernièrement, en relisant un de mes vieux textes, j'ai vraiment eu l'impression d'avoir depuis perdu ma capacité à développer mon ressenti sur mes lectures, sous la forme de textes structurées et argumentées. Il faut bien avouer qu'il est plus simple de résumer un avis en quelques lignes sur un réseau social, à base de quelques mots clés revenant en boucle. Le manque de temps, aussi, joue sans doute. Mais à force de ne pas faire l'effort, je perds aussi mes automatismes.

Nous disons donc : Aozora Yell. Ma première nouveauté - façon de parler - dans une année qui devrait nous surprendre. Façon de parler car il s'agit bien d'une réédition, d'une série certes interrompue et désormais reprise par Panini Manga. Le titre date d'une époque où je ne suivais pas trop l'actualité de l'éditeur, et avant que je remarque la qualité exceptionnelle de leur catalogue shôjo.

Tsubasa a choisi son lycée pour une raison très précise : elle rêve d'intégrer sa fanfare. Elle qui n'a jamais joué d'un instrument, et se fait souvent rabaissée par son entourage, cela n'est pas gagné. Le premier jour, elle fait la rencontre de Daisuke, nouveau membre du club de baseball. Les deux vont se soutenir pour réaliser ensemble leurs rêves.

L'année commence bien, Aozora Yell est une bonne pioche. A condition d'être sensible à ce type d'histoire, évidemment. Car dans l'univers des romances lycéennes, ce titre en particulier ne semble pas devoir réinventer quoi que ce soit, même si je suis curieux de voir jusqu'où l'autrice pourra aller sur les 19 tomes que composent la série. C'est relativement long, ou en tout cas bien plus que la majorité des shôjo manga publiés à l'heure actuelle en France. A l'époque où Akata œuvrait pour Delcourt, cela paraissait presque normal. Aujourd'hui, cela ne l'est clairement pas. Et cela me plait de pouvoir suivre des personnages aussi longtemps, la perspective de les voir grandir et évoluer me ravit.

Tsubasa est une héroïne standard, peu sûre d'elle mais avec de la volonté à revendre. Daisuke est un personnage masculin plus inattendu, avec sa candeur et une bonne humeur semblant complètement dénuée de malice et d'arrière-pensées. Ils ne sont pas les seuls protagonistes, et si la suite nous permettra de mieux les apprécier, nous retiendrons vraiment le couple vedette de ce premier tome. Car s'il existe un rival potentiel dans le club de fanfare, peu de doute que Tsubasa et Daisuke se rapprocheront encore au fil des chapitres.
Rien de follement original à première vue, mais les intervenants dépeints dans cette entame se montrent attachants et bienveillants, apportant du charme à l'ensemble.

Si Aozora Yell devait être original, ce serait grâce au club de fanfare que rejoint l'héroïne, fanfare participant à des concours et supportant l'équipe de baseball lors de ses rencontres. La série (re)vient certes après Hibike! Euphonium, mais les deux ne sont pas sur le même format et ne se font donc pas concurrence. Habituellement, la fanfare n'est pas un club très représenté, sinon en arrière-plan, justement en soutien d'autres clubs sportifs. Alors que leur activité est effectivement sportive, et présentée comme telle dès le début. Compétition, entrainement, dépassement de soi, Tsubasa passe par des étapes que nous avons l'habitude de retrouver dans des séries sportives.

Mais plus que son sujet, Aozora Yell se démarque par son côté lumineux. J'ai déjà mentionné à quel point les protagonistes sont ouverts, accueillants, et bienveillants, ce qui fait beaucoup de bien et participe à rendre la lecture très agréable. Si Tsubasa est un peu repliée sur elle-même, Daisuke apporte sa bonne humeur à l'ensemble. L'ambiance créée par la mangaka est agréable, apaisante, cela fait chaud au cœur ; à un moment où le quotidien s'avère extrêmement anxiogène, cela rend ce manga d'autant plus indispensable. Parmi toutes mes lectures, ce sera sans aucun doute une de celles qui me feront du bien, et me remonteront le moral quand j'en ai besoin. Car je continue, cela ne fait aucun doute !


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 23/01/21 01:27    Sujet du message: Répondre en citant

Gemini_ a écrit:
Mais plus que son sujet, Aozora Yell se démarque par son côté lumineux. J'ai déjà mentionné à quel point les protagonistes sont ouverts, accueillants, et bienveillants, ce qui fait beaucoup de bien et participe à rendre la lecture très agréable. Si Tsubasa est un peu repliée sur elle-même, Daisuke apporte sa bonne humeur à l'ensemble. L'ambiance créée par la mangaka est agréable, apaisante, cela fait chaud au cœur ; à un moment où le quotidien s'avère extrêmement anxiogène, cela rend ce manga d'autant plus indispensable. Parmi toutes mes lectures, ce sera sans aucun doute une de celles qui me feront du bien, et me remonteront le moral quand j'en ai besoin. Car je continue, cela ne fait aucun doute !

J'avais arrêté la série juste avant Panini, parce que je commençais à me lasser des histoires de lycéens. Toutefois, j'avais beaucoup aimé sa lecture, principalement pour les mêmes raisons que toi. Vive la bienveillance !
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 23/01/21 10:21    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
Vive la bienveillance !

Par rapport aux comédies romantiques où l'héroïne tombe amoureux d'un beau gosse désagréable et/ou manipulateur (mais dont le petit cœur bat sous une carapace d'indifférence), c'est vrai que ça fait du bien.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... , 138, 139, 140  Suivante
Page 139 sur 140

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation