Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Dernières lectures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 112, 113, 114
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 05/12/17 17:00    Sujet du message: Répondre en citant

@Flore: Je suis impressionnée par la narration de Ragawa, on sent vraiment l'expérience et un vrai talent de conteuse d'histoire. Je trouve son récit très immersif, et ce dés les débuts de l'histoire. C'est certes old school, ce qui peut rebuter des lecteurs et lectrices plus jeunes aujourd'hui (mais pas moi Mort de rire ), mais toujours bien amené. Graphiquement aussi, c'est très fluide, on sent que tout est là pour faciliter la lecture. Elle fait montre d'un beau professionnalisme!

Effectivement, NYNY a ses défauts, surtout le personnage de Mel, mais je trouve aussi le récit très réussi. Et il aborde des thèmes réalistes qui font vraiment partie de la vie. Quant à Mel, je ne sais pas pour la suite, mais en 2 volumes, il lui arrive effectivement tellement de merdes... bien que dans la réalité aussi, il y a des personnes particulièrement mal loties aussi (surtout que quand on déjà subi des agressions sexuelles, on a plus de chance d'en subir d'autres finalement). Par contre, son air angélique, sa pureté, est plus fictive. Ce que je trouve super bien traité, c'est aussi toute l'homophobie intégrée de Kain, qui a un regard très dur envers lui-même, vis-à-vis de son homosexualité.

Côté homophobie, ce n'est donc pas uniquement du point de vue extérieur, mais cela montre aussi que les valeurs imposées par la société dans son ensemble peuvent aussi influencer celles qui en sont victimes elles-mêmes (de même la misogynie intégrée quand on est une femme).

J'ai été surprise d'ailleurs, dans le volume 2
Citation:
que c'est finalement la mère, et non le père qui a du mal à accepter l'homosexualité de Kain. Dés qu'on voit les parents de Kain, je me dis, ah oui, le père va tiquer. Puis en fait, non. Mais le père explique en effet qu'il a aussi eu un comportement homophobe par le passé, l'ayant beaucoup fait réfléchir depuis. De même pour le chef de Kain, qui dit ne pas comprendre, mais qui soutient tout de même son collaborateur.


Je pense que je ne lirai pas beaucoup de Marimo Ragawa, en tout cas en français. Son Mashiro no oto me titille un peu (même si son dessin s'est pas mal affiné, snif), avec son joueur de shamisen rebelle. EN anglais était aussi sorti Akachan to boku chez Viz Surpris . Quant à son Shanimuni GO, les avis (des lecteurs et lectrices de scan) sont plutôt bons. Il faudrait que je tente un jour (mais priorité à Moto Hagio si je lis des scans Mort de rire ).

Ce qui m'a fait tilter, c'est l’astérisque pour expliquer le terme d'homophobe. C'est vrai que le manga est sorti en 2003, mais aujourd'hui on n'aurait plus besoin d'en mettre. Comme quoi par certains aspects, les choses changent...
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 06/12/17 12:28    Sujet du message: Répondre en citant

Tout ce que tu dis sur NYNY est très juste : c'est surtout l'homophobie de Kain qui est très réussie. Le contexte est réaliste, et cela joue beaucoup sur la crédibilité d'une histoire d'amour qui sinon ne l'aurait pas été.
C'est peut-être parce que c'est la seule incursion vers le BL de Ragawa que c'est si réussi.

Aka-chan to Boku est adorable, mais bien niais quand même, je les ai en bunko et je crois en avoir lu 6 sur 10... je suis un peu trop vieille pour être le public, je pense ?
J'ai du mal avec Mashiro no Oto, le personnage principal ne m'intéresse pas, en fait. Il y a plus de joie de vivre dans les autres séries de l'auteur (bon, pas vraiment NYNY) et ça manque un peu dans Mashiro no Oto. Je préfère sa dernière série avec un vampire Américain complètement con qui se fait congelé et envoyé au Japon par erreur.
J'ai Itsudemo o tenki kibun qui traîne que je n'ai pas encore essayé. Les premiers tomes sont très vieux mais les derniers semblent récents, j'imagine que c'est une série qui avance très doucement en parallèle de ses projets principaux. Je dois dire que je ne sais même pas de quoi ça parle.
Shanimuni GO c'est vraiment un manga de sport ultra-bien conçu. Le manga fait 32 tomes. Chaque dizaine de tome couvre une année de lycée des deux protagonistes principaux. Les amourettes sont vraiment un thème très très secondaire et la galerie de personnages est ultra-attendrissante... En plus de ça, un certain nombre de matchs entretiennent un suspense de ouf. Contrairement à un shônen de sport, on n'a pas L' unique compétition où si tu perds c'est la fin. Du coup, les enjeux sont très différents. En plus j'ai adoré la fin (traduction : c'est celui que je voulais qui gagne qui gagne).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 07/12/17 14:48    Sujet du message: Lyrical Beads (Yuki Fujine), collection Lolita Répondre en citant

Promis, je tenterai un jour (même illégalement) la lecture de Shanimuni GO. On voit bien la fan de manga de sport que tu es Flore Sourire



Lyrical Beads de Yuki Fujine

A force de traîner à faire les okkaz, je vois pas mal de titres de la décennie précédente peu chers. C'est ce qui m'a poussé à faire l'acquisition de ce one-shot de la collection Lolita chez Asuka, lorsque l'éditeur croyait au shôjo mature, ainsi qu'au josei typé Feel Young, accompagné d'autres éditeurs. La collection Lolita, j'en ai pas mal entendu parler ici mais je crois bien que j'étais en Allemagne à cette époque. Bref, je me suis dit qu'histoire de mourir moins bête, fallait au moins que je tente un titre de cette collection. Et mieux encore si le dessin me plaît.

Car en feuilletant Lyrical Beads, j'ai cru que c'était Akiko Monden au dessin! C'est ce qui m'a attiré dans un premier temps, je trouve d'ailleurs tout le manga très joliment dessiné. Mais non, c'est Yuki Fujine, auteure que je ne connais pas. De plus, Lyrical Beads met en scène des personnages adultes, sortant d'un cadre lycéen. Et d'après les résumés, je ne voyais pas trop de chantage (comme ça a souvent été le cas dans d'autres titres que j'ai vus chroniqués ici).

Lyrical Beads se compose de 3 histoires:
- La première, éponyme, se déroule sur 3 chapitres. Une jeune femme dans la vingtaine aime dessiner des bijoux et travaille donc dans une boutique de bijoux. Sa meilleure amie est une fille à papa très riche. Alors qu'elle n'est pas spécialement portée sur la chose, elle fait depuis plusieurs nuits un rêve récurrent érotique. Lorsque son amie lui présente son petit copain, ce dernier lui fait du rentre dedans et elle tombe amoureuse de lui.
- La seconde histoire parle d'une jeune femme qui ne jure que par l'argent pour trouver un homme, ne croyant pas au grand amour. Mais un beau homme désargenté va peut-être changer ce point de vue...
- La dernière histoire parle d'une jeune femme très très belle qui travaille à l'accueil d'une grande entreprise. Elle sort (et joue) avec certains employés. Un soir, suite à un quiproquo, elle tombe sur un très bel homme arrogant et odieux dans un hôtel, et passe même la nuit avec. Quelle surprise pour elle de voir qu'il est le fils du grand PDG de sa boîte.

Pas d'histoires malsaines, des jeunes adultes (et pas des lycéennes sous chantage), de l'érotisme assez classique (où l'homme prend plutôt l'initiative), pas grand chose à signaler à part les dessins très jolis de Yuki Fujine. Je ne suis pas fan des histoires d'homme qui s'interpose entre deux amies, surtout quand l'héroïne dit "mais c'est ma seule et meilleure amie" et que l'autre lui réplique qu'il est là et qu'il sera là pour elle... comme si un homme, ça suffisait et que l'amitié c'est pas si grave de la perdre. Je ne suis pas trop dans ce délire, je dois le dire. Les rapports hommes-femmes restent donc clichés. Ce n'est pas illisible et c'est peut-être parce que la mangaka se débrouille bien côté dessins et découpage. La lecture est donc fluide, mais il ne se passe pas grand chose ^^; .
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 07/12/17 22:58    Sujet du message: Réaction Répondre en citant

Pour ma part, je n'ai vraiment pas aimé Lyrical Beads. Seul le dessin surnage un peu, ainsi que l'érotisme un peu poussé. Mais les histoires et les personnages...

Après, c'était seulement le deuxième shôjo/josei de cul que je lisais... Mais le Taifu que j'avais lu à l'époque de la rédaction du Manga 10 000 images 3 était bien plus intéressant... Je n'ai rien lu relevant du genre depuis...
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 08/12/17 21:56    Sujet du message: Répondre en citant

Non mais pour Lyrical Beads, on est bien d'accord, c'est quand même d'une banalité Mort de rire . Néanmoins, le dessin sauve vraiment le tout, c'est quand même bien découpé, ça reste un travail très honnête de ce côté. Dommage que ça ne se démarque juste pas côté histoire ou même érotisme.


Le fabuleux destin de Taro Yamada 4 (Ai Morinaga): Décidément on ne s'ennuie jamais avec Taro. Son père Kazuo débarque, suivi d'une Italienne capricieuse bien décidée à devenir la numéro 1 de l'homme de sa vie. Tout cela chamboule évidemment Taro car le père est aussi irresponsable que sa mère! Quant à la seconde partie, elle se consacre à un voyage scolaire qui ne se passe pas à Kyôto comme c'est souvent le cas mais à Shanghai, terre promise de notre pingre de héros (on peut dire que ça a quand même beaucoup changé aujourd'hui Mort de rire ). Mais c'est surtout l'occasion de remettre sur le devant de la scène le personnage de Takako et ses sentiments!

Je regrette de ne pas avoir acheté cette série plus tôt car chaque volume est excellent Mort de rire . Pour ne rien gâcher, le dessin de Morinaga est effectivement dans un style shôjo mainstream de l'époque, mais celui-ci se trouve très réussi et même très joli! Je dois dire que le père, Kazuo, me fait vaguement penser à Ash de Banana Fish avec sa jolie chevelure. Le point d'orgue revient au moment où il va aider Takako lors d'une agression Mort de rire (ce qui m'a valu des regards dans le métro...). Je trouve en tout cas Le fabuleux destin de Taro Yamada bien plus réussi que Le vilain petit canard de la même mangaka, ce dernier étant plus axé romance.



Somali et l'esprit de la forêt 1 (Yako Gureishi): Une fille et une créature fantastique, c'est la grande tendance du moment. Et tous ces titres sortent chez Komikku. Dans cette série, on suit se situe dans un univers où les humains ne sont plus l'espèce majoritaire. Un golem voyage avec une petite fille humaine, Somali, qu'il cache par un costume pour dissimuler son aspect humain. Les deux voyagent ensemble.

J'avais bien accroché à l'extrait gratuit et puis j'ai profité d'une occasion pour l'acheter. Finalement, j'accroche beaucoup à cet univers peuplé de non-humains. L'auteure s'amuse à créer toutes sortes de créatures, et cela m'amuse aussi de les voir Sourire . C'est évidemment bien mignon et graphiquement, j'aime beaucoup les décors foisonnants! Le seul hic vient du design de la petite Somali, beaucoup trop "manga" qui détonne donc un peu... Un titre vraiment sympa, agréable, dans lequel il ne s'y passe finalement pas grand chose. J'achèterai donc la suite (il a été mis dans les séries commencées du bilan quoi Sourire ).
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 13/12/17 00:56    Sujet du message: Répondre en citant

Je continue toujours avec mes lectures un peu en vrac, c'est-à-dire n'ayant pas de sujet dédié. Encore une fois, je tente de reprendre l'habitude d'écrire des phrases en parlant de mes manga ici au lieu de me contenter d'un certain réseau social commençant par la même lettre que mon pseudo...


Le fabuleux destin de Taro Yamada 5 (Ai Morinaga): Suite et fin du voyage scolaire à Shanghai où notre héros pense toujours autant à l'argent alors que des filles, dont Takako, se battent pour conquérir son coeur. D'ordinaire, ce type de scénario me donne de l'urticaire mais je dois dire que c'est tellement déjanté et débile ici que j'en ris Mort de rire . Pauvre Takako qui tente d'accepter ses sentiments alors qu'elle voudrait avoir son riche prince charmant... La suite nous montre un Keiichi qui hésite à redoubler juste pour que pouvoir admirer Taro une année supplémentaire. La réaction de Takuya est vraiment tordante, sûrement le chapitre le plus drôle pour les fujoshi Mort de rire. Je pense ressembler à Nakai en fait. La fin du volume voit la mère de Taro furieuse que son mari ne rentre plus depuis plusieurs jours. Elle décide donc de se prendre un amant, une pauvre victime collatéral Mort de rire jusqu'à une nouvelle assez effrayante pour le pauvre Taro, qui doit se démener. D'ailleurs, tomberait-il amoureux d'une femme plus âgée que lui (une employée)? Heureusement que ses frères et soeurs sont toujours derrière lui pour le soutenir!

La série se montre toujours aussi drôle, voire hilarante. J'ai souvent lu que cette série était lourdingue et je dois dire que non, du tout. Même (et surtout) l'épisode de l'amant (le détournement...) m'a beaucoup fait rire! Morinaga est tellement cruelle avec ses personnages, et ceux-ci ont tous des réactions tellement imprévisibles Mort de rire . Même si l'amour est présent, c'est toujours traité de manière tellement détournée et folledingue que la romance, elle, est bien loin. En bref, je ne m'en lasse donc pas du tout, loin de là!!!


Ai Suru Hito 3-4 (Yuki Yoshihara): suite et fin de ce triangle amoureux et sexy complètement déjanté. Dans le volume 3, la femme du professeur chéri de Sakiko rentre au Japon! C'est l'occasion de faire connaissance entre la maîtresse et l'officielle! Dans le volume 4, Sakiko ne sait toujours pas lequel choisir, mais les choses se précipitent et il faut officialiser les choses. Un dernier adversaire fait son apparition Mort de rire ...

J'ai espacé la lecture après les volumes 1 et 2 très lourdingues tant les gags étaient répétitifs. J'ai trouvé les volumes 3 et 4 plus axés sur la romance. Il y a toujours de l'humour, mais les gags sont moins lourds et répétitifs. Cependant, on perd hélas le petit grain de folie et on se retrouve donc avec un titre romantique et rigolo, beaucoup moins déjanté qu'au début. La fin est aussi plutôt convenue finalement. J'aime bien les groupies qui parlent toutes en choeur sinon Mort de rire. Quant à l'oncle, il ressemble décidément à Yut-long de Banana Fish, à croire que les personnages sadiques étaient souvent habillés en tenue chinoise, avec des cheveux longs, dans les shôjo des années 90.


NYNY 3-4 (Marimo Ragawa): les volumes 3, ainsi qu'une partie du 4 forment une longue enquête policière dans laquelle Kain se met à la recherche de Mel, disparu à la fin du volume 2, alors que le bonheur était enfin à portée de main. Changement total de ton pour la série, qui devient donc un thriller avec un serial killer, comme cela a été la mode dans le cinéma de la seconde moitié des années 90! C'est déroutant, c'est sûr, cela n'apporte pas spécialement à la romance, mais j'ai trouvé le tout vraiment réussi. Il faut croire que j'accroche décidément beaucoup à la narration et aux dessins de Ragawa. La mangaka en profite aussi pour critiquer un certain comportement misogyne à travers Luna, une agente du FBI qui prête main forte à Kain. Il y a, dans cette série, un côté désuet très daté années 90 qui me plaît beaucoup. Mel s'en prend encore plein la gueule et là, oui, je trouve sa malchance plutôt abusée Mort de rire .

Le dernier chapitre du volume 4 est un épilogue et montre les personnages jusqu'à leur mort. L'homoparentalité est effectivement abordée dans ce chapitre. Ragawa permet donc de clore son histoire en disant tout de ses personnages. Comme pour le reste de la série, l'émotion est évidemment présente, et montre que la vie réserve de beaux moments comme des moments plus difficiles. En tout cas, je dois dire que NYNY fut une excellente découverte.

La fin du volume 4 offre une histoire inédite, parue dans le Melody et intitulée De toi à moi dans lequel on suit l'histoire d'une amitié plus ou moins ratée. Le héros, un jeune adulte, apprend le décès d'un ami qu'il a connu 24 ans plus tôt, lorsqu'il était encore écolier. L'amitié a lieu, mais c'est une amitié sporadique car les deux garçons sont très différents, que ce soit par leurs caractères, leurs aspirations ou leurs milieux sociaux. On retrouve un caractère dramatique très fort, avec une vie difficile et de la maltraitance paternelle pour l'un des personnages, ce qui rappelle un thème déjà traité dans NYNY. Un récit touchant, avec toujours cette touche old school et un dessin que je trouve beaucoup moins maîtrisé que sur NYNY.
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 13/12/17 11:39    Sujet du message: Répondre en citant

Yamada Tarô lourdingue ? C'est une des séries les plus drôles qui soit !! En tout cas tes posts me donnent envie de me remettre à Kirara no Hoshi qui est la série que j'ai en cours de Morinaga Ai.
Je doute fort qu'on ait un jour une autre série de cette auteur chez nous, mais au moins c'est en général pas trop compliqué à lire en japonais ^^;
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 13/12/17 20:41    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

Je viens de réaliser que j'ai lu Ai Suru Ito en son temps et que j'avais bien apprécié (merci à bubulle qui est ma mémoire). Je n'en ai aucun souvenir, je vais pouvoir taxer T. en même temps que Le fabuleux destin de Taro Yamada Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 16/12/17 00:26    Sujet du message: Répondre en citant

@herbv: Je te prêterai Le fabuleux destin de Taro Yamada avec plaisir ^^ . Seule la deuxième partie du volume 1 m'a moins plu mais le reste est un pur moment de comédie déjantée qui pourrait bien te faire rire! Quant à Ai Suru Hito, je peux bien te les prêter mais je ne sais pas si tu aimeras de nouveau.

@Flore: et si je me souviens bien, c'est aussi toi et namtrac qui m'avez donné envie de lire Taro Yamada! Et tu as souvent évoqué Marimo Ragawa, c'est aussi peut-être la raison pour laquelle NYNY est toujours resté dans un coin de ma tête Sourire bref merci!
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 17/12/17 07:38    Sujet du message: Répondre en citant

Ad astra 11 : j'ai bien aimé ce volume. L'histoire avance très rapidement (du coup, je pense qu'on n'aura plus que 2 tomes ; 3 au maximum) puisque Scipion rentre à Rome, devient consul et, après quelques difficultés politiques, finit par partir en Afrique pour vaincre Hannibal et Carthage.

Scipion se montre toujours un redoutable stratège et tacticien, sachant utiliser ses faiblesses comme des forces et tirer parti de ses échecs, comme avec Massinissa et comme le faisait Hannibal, dont il retourne habituellement les stratagèmes retors (et peu moraux, au point que ses amis le lui reprochent ; mais... c'est la guerre) contre les Carthaginois. Le manga sait bien montrer les intentions et les faiblesses des uns et des autres. Je regrette juste de voir assez peu Hannibal dans ce volume et j'ai hâte d'assister à l'ultime confrontation avec Scipion.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 112, 113, 114
Page 114 sur 114

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation