Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Dernières lectures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 126, 127, 128, 129, 130  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 15/06/19 11:58    Sujet du message: Répondre en citant

Blizzard Axel 1 : Fubuki Kitazato est un lycéen qui ne se démarque par aucun talent particulier, ce qui pousse ses parents à l'ignorer, voire à le mépriser, au profit du reste de sa fratrie. Dès lors, il cherche par tous les moyens à se faire remarquer, notamment, au début du manga, en se battant avec diverses racailles. Mais, à son grand désarroi, cela ne fonctionne guère et, au contraire, à l'exception de deux amis proche, fait fuir les gens. Jusqu'au jour où, dans une patinoire, il se révèle capable de prouesses physiques hors normes qui vont séduire le public, même s'il manque encore de technique.

Il y a beaucoup d'aspects de shônens sportifs classiques dans ce manga ; et comme c'est un genre qui me plaît et que j'apprécie l'auteur, ce manga aurait dû me séduire. Mais pour l'instant, je reste mitigé et j'attendrai le second volume avant de décider d'acheter ou non : les dessins sont bons, il y a des passages drôles et d'autres plus étonnants (notamment avec le meilleur ami du héros ou pour sa relation avec ses parents : sur ce dernier point, la fin du volume est vraiment prenante). Mais à ce stade, le manga manque peut-être encore un peu de compétition ; à confirmer, donc.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 15/06/19 20:37    Sujet du message: Répondre en citant

Beauty is the Beast : Série complète en cinq volumes, regardez à la page précédente pour lire mon avis sur le premier tome (si ce n'est déjà fait) puis revenez ici.

Ce fût une série plaisante, mais sans doute pas aussi mémorable qu'elle aurait pu l'être. Le second tome se situe dans la lignée du premier, donc avant tout porté sur l'humour, même si nous sentons que le personnage principal masculin cache un lourd passif et que les émotions du couple vedette peuvent apporter une note plus légère.

C'est par la suite que cela se gâte, avec l'introduction du "rival". Je mets les guillemets, car vraiment, l'autrice et lui sont les seuls à le voir ainsi. Sa mise-en-avant se fait au détriment des amies d'Eimi, et le tome 3 est carrément vécu de son point de vue. Or, il ne présente guère d'intérêt. Personnalité très lisse, voire effacée, il finit lui-même par admirer le héros. Surtout, l'objet de son désir ne voit même pas qu'il est là et qu'il éprouve des sentiments pour lui, tant son attirance pour le premier rôle masculin ne fait plus de doute depuis longtemps. Ce qui n'empêchera pas toutes les filles du dortoir de tout faire pour les rapprocher, de manière très artificielle puisqu'elles ne prennent absolument pas en compte l'avis de l'héroïne.

D'après l'autrice, son ajout était nécessaire, car avec leurs personnalités, les deux tourtereaux auraient pu se tourner autour pendant des lustres. Je peux comprendre, dans un sens, mais cela revient pour moi à passer à côté de ce qui faisait le charme de la série jusque-là. La suite s'avère donc plus axée sur les sentiments - si tant est que l'héroïne puisse en avoir pour quelque chose qui ne se mange pas ou n'est pas un beau gosse ténébreux avec une fâcheuse tendance à se balader à poil - et moins sur sa brochette de protagonistes décalés, ce qui est dommage. Tout cela est bien entendu toujours présent, mais moins. C'était donc une mauvaise idée.

Beauty is the Beast n'en reste pas moins une jolie réussie, une série vraiment agréable à parcourir, souvent très drôle, avec une héroïne que j'ai beaucoup apprécié. Mais il existe un décalage entre ce qu'est le manga sur ses deux premiers volumes, et ce qu'il devient par la suite. Sans être à jeter, c'est tout simplement moins bon. Nous passons donc d'un excellent titre à un titre sympathique ; c'est déjà bien, mais c'est frustrant.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 22/06/19 19:50    Sujet du message: Répondre en citant

The Red Rat in Hollywood T2 : Le premier tome m'avait plu, tout en trouvant l'exercice un peu vain. Le second m'a paru plus pertinent en tant que manga, comme si le mangaka devait d'abord mettre tout son décor en place avant de pouvoir y faire évoluer ses personnages. Le résultat, qui se recentre sur Dalton Trumbo, William Wyler, et Lester Koening, permet de donner un récit plus dynamique, plus vivant, qui ne se contente pas de décrire les événements comme le premier tome pouvait le faire parfois. Autant dire que je suis très curieux de lire la suite, même si je sais comment cette première histoire, consacré aux Vacances Romaines, va se terminer.

A noter que ce tome contient enfin des explications du mangaka concernant ce qui tient de la réalité ou de la fiction dans chaque chapitre. C'était indispensable.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 23/06/19 17:25    Sujet du message: Répondre en citant



Ce manga édité par Blackbox nous conte l'histoire de Ryoma Sakamoto, un samouraï ayant réellement existé au milieu du dix-neuvième siècle et ayant oeuvré pour le renversement du shogunat Tokugawa. Il ne s'agit pas d'une biographie au sens strict, mais d'une version romancée en 3 volumes édités par Blackbox.

Et cette version ne m'a pas vraiment convaincu. Le personnage n'apparaît pas charismatique, quoi qu'en disent les autres : il se contente de convaincre les autres en ayant des yeux bizarres et en balançant des idées censées être visionnaires (et qui peuvent l'être effectivement) mais sans prendre la peine de les démontrer, de les développer, d'argumenter face aux idées de ses adversaires. Il l'emporte toujours bien trop facilement. Les discussions politiques sont ainsi présentes mais traitées de façon trop superficielle.
Autre problème : on a, notamment dans le volume 3, l'idée que la révolution Meiji est pour une bonne part le résultat d'un complot maçonnique visant à diviser le Japon. Je ne sais pas trop ce qu'il en est au Japon sur le sujet mais en Europe, le coup du complot maçonnique est clairement marqué à l'extrême-droite.

J'hésite à garder la série ou à la revendre, pour l'instant.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 28/06/19 23:57    Sujet du message: Répondre en citant

Papa told me T1 : Merci Kana de garder vos séries disponibles aussi longtemps, cela me permet aujourd'hui de découvrir Papa told me de Nanae Haruno, un titre dont j'avais entendu beaucoup de bien.

La raison pour laquelle je n'avais pas lu ce titre jusqu'à présent, c'est car il s'agit d'une anthologie.

D'un côté, je comprends parfaitement que ce format resserré - l'éditeur ne garde qu'environ 1200 pages de ce manga de 27 volumes - ait été perçu comme le seul moyen de faire découvrir ce titre au public français malgré sa longueur. J'aurais beau dire que nous ne saurons jamais si la série se serait bien vendu si publiée dans son intégralité, même moi, je n'y crois pas un seul instant. J'estime donc que nous pouvons effectivement remercier Kana pour cette anthologie.

D'un autre côté, le principe de l'anthologie est forcément frustrant. Parce que cela condamne de fait une publication intégrale (même si je sais qu'elle n'aurait jamais eu lieu de toute façon), et parce que rien ne dit que les chapitres gardés sont les meilleurs ou que nous ne passons pas à côté de petites merveilles. J'ignore d'où vient cette version, si elle correspond à une édition existante au Japon, s'il s'agit de choix faits par l'autrice ou son éditeur.

Surtout, les histoires sont présentées dans le désordre, et il manque des chapitres d'introduction à mon sens nécessaires. En le lisant, je me suis posé de nombreuses questions quant aux relations entre les personnages. Relations déjà en place et qu'ils n'ont donc pas besoin de souligner. Une jeune femme que je prends pour une amie proche du père se révélera quelques chapitres plus tard sa sœur. Il semblerait que le mariage des parents n'ait pas été approuvé par leurs familles, mais nous n'en saurons guère plus. Et si je me doute que Maho et Masao ne sont qu'une seule et même personne, à aucun moment l'héroïne ne fait réellement la connaissance de ce-dernier. Cela a parfois nuit à ma lecture.

C'est d'autant plus dommage que Papa told me est bel et bien une réussite. Mais qui en doutait ?
Depuis la disparition de sa mère, Chisé vit seule avec son père, romancier. La série tourne essentiellement autour de leur quotidien, ou de celui d'autres personnages auxquels ils sont liés de près ou de loin. Parfois, ils ne font vraiment que passer dans une histoire qui n'est pas la leur. Un format qui permet de multiplier les récits, mais toujours avec la même poésie et la même mélancolie ; et même quelques très rares touches de merveilleux, d'autant plus précieuses.

Chisé est une héroïne au comportement étrange. Très enfantine, parfois capricieuse, elle possède aussi une personnalité plus complexe. Il s'agit pas d'un de ces personnages parlant comme une adulte parce que son créateur ne sait pas comment s'exprime les enfants. Chisé, de par sa situation familiale particulière, a dû grandir trop vite pour son propre bien. C'est aussi une fille brillante, qui sait se montrer anormalement raisonnable, et une lectrice avide de découvertes. Elle fonctionne car son passé la rend crédible, et car elle peut aussi redevenir une enfant aussi rapidement qu'elle peut sortir une réplique tellement mature qu'elle laisse son entourage sur le carreau.
Il y a d'autres personnages récurrents, mais le manga tourne essentiellement autour d'elle, même si elle n'intervient pas toujours consciemment sur le quotidien des individus qu'elle croise.

Papa told me repose donc avant tout sur une héroïne, un ton, et une ambiance. Le trait de la mangaka donne à ses protagonistes l'impression d'être toujours tristes, alors qu'il y a aussi beaucoup de bonheur dans leur environnement. Mais la vie de chacun connait aussi des hauts et des bas, et c'est ce qu'il faut retenir du premier tome de cette anthologie. Nanae Haruno nous propose une galerie de portraits, des petits instants de vie, mais aussi des moments où ils devront faire des choix radicaux. Une étude de caractères à la fois douce et amère, mais qui se laisse parcourir avec un très grand plaisir. D'autant plus que le trait de la mangaka est très maitrisé.

Je continuerai ma lecture, en espérant qu'arrivé à la fin, je ne regrette pas trop qu'il ne s'agisse que d'une anthologie.


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
samizo kouhei
Mangaversien·ne


Inscrit le : 01 Juil 2004

Message Posté le : 29/06/19 21:01    Sujet du message: Répondre en citant

Les Montagnes hallucinées 1 et 2 : j’avais été très déçu par l’adaptation en comic book avec son style Ligne claire peu inspirée, mais j'étais intrigué par cette adaptation en manga par un auteur que je ne connaissais pas, mais au coup de crayon inspirant. Et j’ai trouvé ça très bien, avec le style très détaillé et l’ambiance angoissante. Les plus de 400 pages de ces 2 tomes permet de bien développer la narration

Dernière édition : samizo kouhei le 14/08/19 10:18; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tuc
Mangaversien·ne


Inscrit le : 30 Juil 2006

Message Posté le : 02/07/19 14:05    Sujet du message: Répondre en citant

Magus of the Library Tome 1 et 2



Je me rends compte que je n'ai pas parlé de cette série, sortie relativement discrètement chez Ki-Oon en dehors d'un jeu-concours (avec lequel je n'ai pour l'instant rien gagné mais je ne désespère pas ^^)

Il s'agit d'une série Shonen assez typique mais avec du reste une véritable identité tant au niveau de l'univers qu'au niveau de l'histoire

L'histoire rapidement : le héros de cette histoire est le Livre (avec un L majuscule), Livre qui représente dans l'univers que l'on nous décrit un des biens les plus précieux, protégé par tout un ordre de bibliothécaire. On suit Shio, enfant ostracisé de son village, qui rencontre des membres de cet ordre, rencontre qui va évidemment changer sa vie en lui donnant envie de s'élever socialement
Oui je sais je raconte mal ^^ c'est juste que ce début n'a en soi rien d'original, c'est le début de 1000 shonen et dans ce synopsis on peut remplacer Shio par Gon et bibliothécaire par Hunter par exemple, ou par Luffy et les Pirates, donc ok rien d'original à ce niveau là donc les allergiques au shonen peuvent passer leur chemin

En dehors de ce classicisme assumé, l'univers dépeint à travers ces deux tomes est déjà incroyablement fouillé, et graphiquement beau (je ne dirais pas la même chose d'un HxH et d'un OP dans ses débuts), le premier tome sert à mettre en place les Bibliothécaires avec leur différentes fonctions et les particularités de certains livres (car évidemment certains sont magiques) ainsi qu'à sortir Shio de cet ostracisation. Le deuxième tome narre le voyage de Shio pour la capitale afin de passer l'examen pour être bibliothécaire et se terminant sur la fin de la première épreuve. Entre chaque chapitre nous avons droit à deux pages mettant le personnage en situation avec une petite note sur un paysage ou un animal, ce qui permet de vraiment s'immerger dans l'univers

Bref un shonen bien sympathique, ou les combats se font avec un peu de force certes mais aussi de la réflexion
_________________
Collection MS
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kent
Mangaversien·ne


Inscrit le : 24 Jan 2003
Localisation : in ze kenthouse

Message Posté le : 17/07/19 10:41    Sujet du message: Répondre en citant

Il n'est pas sorti discrètement du tout
On a même eu droit à une bande annonce au cinéma pour ce titre...
J'étais bouche bée avant le film X-men Dark Phoenix
_________________
Si je meurs, embrasses moi!
Si tu meurs je te rejoindrai
Ma collection :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 29/07/19 23:18    Sujet du message: Répondre en citant

I Married My Best Friend to Shut My Parents Up : Lassée que ses parents fassent pression pour qu'elle se marie, Machi décide de leur annoncer être en couple avec Hana, sa meilleure amie.

Petite précision, car le titre US est trompeur : ce manga se déroule bien dans le Japon contemporain, mais non, le mariage entre personnes du même sexe n'y est toujours pas légal. Néanmoins, il est effectivement possible pour les couples d'obtenir des certificats auprès de plusieurs municipalités, facilitant notamment certaines démarches administratives. C'est de cela - et non de mariage - qu'il est question dans ce manga, même si j'ignore si cela s'applique dans l'arrondissement de Shibuya, où se déroule l'histoire.

Récemment, je lisais un article intéressant sur la question suivante : les manga yuri sont-ils queer, ou si vous préférez, ont-ils pour vocation de présenter une vision réaliste de l'homosexualité féminine ? La réponse, vous vous en doutez, est : "cela dépend". Certain·e·s mangakas n'ont aucune autre ambition que le pur divertissement sans se soucier du monde qui entoure leurs personnages, là où d'autres inscrivent leurs histoires dans un quotidien qui se veut crédible. Cela dépend aussi de ce que le lectorat verra (et Daphné) dans chaque titre.

I Married My Best Friend to Shut My Parents Up, manga en un tome de Naoko Kodama, appartiendrait plutôt à la deuxième catégorie. Les protagonistes vivent dans le Japon actuel, où les relations homosexuelles ne vont pas de soi. Même si l'habituel "mais que vont dire les voisins ?" parait typiquement japonais, les parents de l'héroïne réagissent toutefois comme de très nombreux Français réagiraient (et il existe bien pire). Les réflexions autour des questions LGBT+ restent donc superficielles, et j'en retiendrai finalement surtout la vision du monde de l'entreprise vis-à-vis des femmes ; étant entendu que Machi va forcément se marier et avoir des enfants, il est plus intéressant pour ses supérieurs d'investir sur un de ses collègues masculins - même si moins compétent - sur le long-terme. Ce sujet est rarement abordé de manière aussi frontale dans les manga.

Néanmoins, ne nous méprenons pas. I Married My Best Friend to Shut My Parents Up n'est pas non plus un manga sur la société japonaise. Il s'agit d'un yuri, avant tout mignon - sans aucune scène réellement aguicheuse, pour celle·eux qui recherchent cet aspect en particulier dans ce genre - focalisé sur la relation entre Machi et Hana. D'abord un simple échange de bons procédés, et progressivement un peu plus, avec une Machi qui au passage s'ouvre de plus en plus aux autres, après une adolescence et une vie de jeune adulte compliquées.

Je l'ai déjà dit, mais leur relation est avant tout mignonne. Les personnages principaux sont attachants, il y a des pointes d'humour, et c'est très facile à lire. Pas déplaisant sur l'instant, loin s'en faut, mais la série ne dure jamais que trois chapitres - le tome contenant une histoire courte en supplément pour atteindre le nombre de pages habituel. C'est un peu dommage, non seulement car j'aurais volontiers suivi les héroïnes plus longtemps, mais aussi car je trouve que tous les enjeux ne sont pas réglés. Cet arrêt précoce évite à la mangaka d'évoquer plus longuement les relations de travail de Machi, et évidemment celles avec ses parents.

Il y avait matière à proposer une histoire plus longue ; là, j'ai l'impression de m'être arrêté à la fin du prologue. Donc même si j'ai passé un moment sympathique, je reste sur ma fin.


_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Tuc
Mangaversien·ne


Inscrit le : 30 Juil 2006

Message Posté le : 04/08/19 11:45    Sujet du message: Répondre en citant

kent a écrit:
Il n'est pas sorti discrètement du tout
On a même eu droit à une bande annonce au cinéma pour ce titre...
J'étais bouche bée avant le film X-men Dark Phoenix

Je l'ignorais pour la bande-annonce au ciné
Mais en tout cas c'était discret sur Mangaverse ^^ (bon c'est normal c''est un Shonen)
Après je n'ai vu que très peu de pub sur cette série en dehors du jeu-concours, c'est ça que j'ai trouvé discret, y compris Ki-oon que j'ai trouvé plutôt discret par rapport à d'autres oeuvres
_________________
Collection MS
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 10/08/19 22:09    Sujet du message: Mes lectures Répondre en citant

Ce ne sont pas tout à fait mes dernières lectures. Du moins, ce sont les dernières lectures qui m'ont vraiment emballé. Il y a quatre nouvelles séries qui sont concernées et j'en parle dans mon billet WordPress : Le manga, un renouvellement sans fin ?


_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 10/08/19 23:36    Sujet du message: Répondre en citant

Je pense qu'on est arrivé au bout du bout de l'originalité (pas encore lu l'interview des éditeurs de Kôdansha dans ATOM, mais il semble qu'ils en soient là aussi). Par contre, je rebondis sur ton texte pour confirmer le coup de coeur sur FROM END, dont je n'attendais rien et qui m'a scotché au bouquin d'un bout à l'autre. (Et si je le compare à NOISE - dont le concept "vie quotidienne de gens qui bascule suite à un meurtre + voir comment ils géreront l'après" - il est plusieurs crans au-dessus du titre de Tsutsui, à nombre de tomes comparables (un partout))
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 11/08/19 09:26    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

Moi aussi, je n'attendais rien de From End, ce qui a dû jouer dans l'appréciation (extrêmement) positive de cette lecture. En fait, la couverture agissait en repoussoir et si je n'avais pas lu l'extrait gratuit (merci T.), je n'en aurai pas tenté la lecture (même pas en PDF presse) avant pas mal de temps, je pense. Il faudrait que je m'intéresse plus à ces extraits distribués en librairie, en fait, car c'est aussi avec ça que j'ai franchi le pas pour Hi Score Girl Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 11/08/19 12:27    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
Je pense qu'on est arrivé au bout du bout de l'originalité (pas encore lu l'interview des éditeurs de Kôdansha dans ATOM, mais il semble qu'ils en soient là aussi).


Je ne trouve pas : chaque année, il y a des titres qui sortent du lot (et je ne parle que des catégories qui m'intéressent) et me surprennent : outre BL Métamorphose et Hi schore girl, il y a par exemple Beastars pour cette année. Il y a aussi, de temps en temps, quelques vieilleries qui sortent (exemple : Hibari-kun l'année dernière) et qui apportent un ton différent de la plupart des oeuvres. J'arrive toujours à être surpris par quelques oeuvres et j'en suis bien content.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 11/08/19 12:33    Sujet du message: Répondre en citant

Quand je vois certains titres sortant aux US, ou d'autres confinés au Japon et dont Jocelyne Allen parle sur son blog, je me dis que nous sommes encore très, très loin d'avoir faire le tour des titres originaux. Sans parler de tous les petits éditeurs nippons plus ou moins de niches, ou ce que Akata dégote pour son label WTF (le bouquin sur les paraphilies là Choqué ). Ce qui ne veut pas dire que je suis client de tout, mais nous avons de la marge.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 126, 127, 128, 129, 130  Suivante
Page 127 sur 130

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation