Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[Simple comme l'amour]
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 01/05/17 21:40    Sujet du message: Répondre en citant

Ces dessins ont l'air beaucoup plus beau que le simple comme l'amour qui n'avait rien pour lui...
_________________
Groupe facebook de vente manga en Belgique :
https://www.facebook.com/groups/1024308591038526/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 01/05/17 21:48    Sujet du message: Répondre en citant

bah mince alors le haut de page Triste .

Je ne peux pas te laisser dire une chose pareil shun. La narration de Kuramochi dans Simple comme l'amour est d'une grande finesse et surtout pleine d'inventivité graphique pour amener certaines informations sans alourdir son récit! Quant au dessin, il est certes particulier mais je le trouve tout à fait charmant et loin de toute fadeur ^^ .

C'est sur que le dessin de Hana ni soumu est plus récent, et aussi plus facile à appréhender. J'espère surtout que sa narration est restée toujours aussi fine car j'ai été un peu déçue en lisant son As Elise en chinois, un one-shot des années 2000 parlant des relations nouées via le virtuel. Je n'ai pas retrouvé la Kuramochi que j'ai tant appréciée. N'empêche quelle fausse joie: je pensais que l'éditeur taïwanais voulait en profiter pour sortir d'autres titres, tu parles Charles! Mais pourquoi Tong Li a-t-il sorti ce titre qui avait déjà plusieurs années au moment de sa sortie? Etant donné que Taïwan ne fait QUE dans le récent Mort de rire

(et ceux qui ont raté mon post peuvent aller à la page précédente pour voir la news)
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 30/08/17 10:44    Sujet du message: Répondre en citant

Tiens, je suis en train de relire Simple comme l'amour en ce moment et je déterre du fin fond du forum ce message très intéressant de Saishû à propos de son choix d'éditeur pour cette série à l'époque. Je note que ses propos résonnent d'une manière tristement actuelle quand on pense au débat récent sur le magazine Atom. Le manque de critique de Saishû dans le topic sur Atom quand à l'orientation choisie par Fausto pour le mag (alors qu'ici il charge Animeland) est d'autant plus curieux en relisant son ancien message et je pense que c'est pourquoi on était plusieurs à parler de copinage...
Sinon vraiment très bon message sur l'oeuvre et son auteur !
Je me dis en la relisant que ses qualités ne sont pas différentes de celles de la cantine de minuit une chronique du quotidien japonais très bien faite et que ses défauts comme le graphisme difficile à vendre sont également proches. Pour moi le lectorat devrait être à peu près le même et pourtant je ne vois pas la même légitimité envers le public du Lézard Noir pour une telle oeuvre, je ne comprends vraiment pas pourquoi. J'aime les deux et j'ai du mal à voir pourquoi le public est aussi cloisonné, enfermé dans des niches un peu trop étroite et sans envie d'en sortir. Pourtant grâce à un message comme celui de Saishû ci-dessous, j'ai eu envie de tester Simple comme l'amour et je ne le regrette pas un seul instant.

Saishû Heiki Kareshi a écrit:
Honnêtement, je ne regrette pas une seule seconde d'avoir publié "Simple comme l'amour". Aurait-il fallu envisager la chose différemment ? Aurait-il fallu plutôt tenter de publier des auteures que réclament à cor et à cris des fans qui croient tout connaître de l'éditorial au Japon ? Ben ouais, le truc, c'est que je rejoins énormément ce que dit Xavier dans son article : l'éditorial en France, la presse, les critiques, le propos autour du manga, qu'il soit "pro" ou amateur, ben, il est biaisé. Parce que trop peu de personnes parlent japonais, déjà. Et parce que peu de personnes savent vraiment de quoi elles parlent. A partir de là, c'est déjà compliqué. Parmi tous ceux qui réclament des mangas de Moto Hagio, d'autres titres de Natsumi Itsuki & co, combien ont au moins essayé de lire "Simple comme l'amour" ? Bon, Shun, tu as essayé. Ok. Déjà, un gros merci ! Et à part toi ? Qui sur ce forum a fait l'effort de découvrir ce manga ?

"Ben non, ça m'intéresse pas !" "Ben non, c'est pas cette auteure que je veux".

Ben ouais, mais avant de réclamer des choses audacieuses, faudrait déjà peut-être déjà soutenir les initiatives en cours. Alors OK, personne en France n'avait jamais entendu parler de Fusako Kuramochi. Mais qui s'est seulement posé la question de savoir pourquoi on avait publié cette auteure ? Alors oui, dans "Simple comme l'amour", il y a ce côté campagne, très "Akatien". Mais ça va bien plus loin. La réalité, c'est que quiconque s'intéresse vraiment à la BD féminine devrait s'intéresser au travail de cette auteure. Qui s'intéresse à la BD, en général. Sa narration, sa mise en page, c'est juste... De la folie !

Mais non, personne ne s'est intéressé à son travail, parce que personne n'a eu la curiosité, parce qu'aucun universitaire bien pensant n'avait encore cité son nom. Mais la réalité, c'est qu'au Japon, quand on parle de shôjo manga, il y a deux noms qui ressortent tout le temps : Fusako Kuramochi et... bah tiens, Ikuemi Ryô.

Mais tout le monde s'en fout. Mais qui dans le milieu de la critique en France, ou même allons plus loin, qui chez les éditeurs français, a un véritable réseau relationnel, amical ou professionnel, qui lui permet de vraiment connaître les auteurs importants au Japon, ceux qui ont marqué leur génération, qui sait vraiment de quoi il parle ? Qui parle en connaissance de cause, et non pas simplement pour "vendre sa cam'" ? Ben, je crois que ce genre de personnes, ça doit se compter sur les doigts de... allez, deux mains, soyons gentils ! Du coup, tout le débat est faussé.

Donc, est-ce qu'on s'est planté en éditant "Simple comme l'amour" ? Commercialement, oui. Editorialement, non. Mais ça, y a personne pour le comprendre et l'affirmer. Sans Fusako Kuramochi, le shôjo manga ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui...

Alors ouais, du coup, on n'aurait peut-être pas eu tous ces shôjo lycéens, et peut-être que les shôjo de SF & co auraient continuer à cartonner ? Ou pas. Ou alors, ça aurait été la fin d'un genre, qui n'aurait pas su évoluer avec son époque. Bon évidemment, c'est bien plus compliqué que ça. Parce qu'il y a plusieurs écoles, plusieurs lignes, et que Hakusensha a probablement été parmi les éditeurs héritiers de la ligne "Moto Hagio" & co, d'une certaine manière. Mais justement, ce qui est fou, c'est que si on avait eu une presse pertinente, des lecteurs un peu curieux et intéressés, c'est le genre de débat qui aurait dû naître sur les forums, dans la presse... A la place, je dois me taper un monologue tout seul pour blablater comme un espèce d'égocentrique... Sans commentaire.

Mais la question, c'est : est-ce qu'on aurait eu plus de succès en publiant des titres comme "Jyousei" ou "Terra e", que tout le monde réclame à cor et à cri ?
Ben, la réponse on vient de l'avoir, avec "La colline aux coquelicots" : les résultats sont... très bof bof ! Et c'est pas faute d'avoir : 1/ Fait de la promo. 2/ D'avoir été complètement dans l'actualité. 3/ D'avoir pu surfer sur l'image prestige du Studio Ghibli.
Malgré ça, ça ne marche pas terrible.
Et de toute façon, quand on voit les ventes de "Ashita no Joe", pour ne citer que celui-là, la réponse, on l'avait déjà, bien évidemment. Les shôjo classiques sont probablement condamnés à n'avoir qu'un public très très confidentiel.

La faute à qui ? Ben, c'est là où je rejoins beaucoup Xavier. Sans aucun doute le manque de curiosité des lecteurs, mais aussi surtout à la presse. Réellement, il n'y a pas de média vraiment prescripteur pour le manga. Il y a Animeland, mais je pense qu'ils n'ont pas vu évoluer le public, ou peut-être qu'ils n'ont pas su gérer leur place de leader. Une place très difficile, certes. Mais si on prend un exemple concret : dans le dernier numéro, il y a un article sur Keiko Takemiya et Moto Hagio. Et à la fin, dans les pages "Mangathèque", le manga "La colline aux coquelicots" est complètement démonté... Attendez... Pardon ?! Alors je veux bien comprendre qu'on puisse ne pas accrocher, ne pas aimer. Mais quand même, il faut se poser des questions. Pourquoi quelqu'un comme Hayao Miyazaki, dont la réputation n'est plus à faire, a aimer ce manga ? Pourquoi quelqu'un comme lui a eu envie d'en faire un anime ? Il doit bien y avoir quelque chose, derrière ça... non ? En tout cas, ça mériterait débat, et surtout dans un numéro qui parle de shôjo classique. Mais non, à la place, juste une chronique qui dit que c'est nul. C'est un exemple parmi tant d'autres, et je le prends parce qu'il est récent et en plein dans notre thématique. Mais Animeland n'est pas le seul à "blâmer" (le mot est trop fort, mais bon...). La presse généraliste aussi. Surtout même. Car malgré tout, elle continue à snober le manga. Si ça s'appelle pas "Taniguchi", ou "Urasawa", ben, c'est nul... Ah non, si tu t'appelles imho ou Cornélius, t'es cool, et t'édites que de la bombe. Mais que ça soit vendu à 20€ par tome, que le travail graphique soit complètement merdique, tout le monde s'en fout. Parce que c'est chic de faire semblant de comprendre des trucs en buvant du champagne quand on est un bobo parisien (humm... Pardon d'avance à ceux qui pourraient être choqués par ça, je caricature évidemment tout à l'extrême). Le problème, c'est qu'au Japon, des mangas comme "Kitaro", par exemple, on pour vocation de s'adresser au peuple, à la populaaaace, au grand public. Pourquoi faut-il en France qu'ils arrivent à des prix aussi exorbitants? Pourquoi devraient-ils être réservés à une pseudo élite culturelle ? Ca m'horripile, ça m'énerve !!!! Le manga, sa vrai force, c'est de pouvoir s'adresser à un large public de manière pertinente. Alors voir ça repris de façon bêtement "intello" et coupé de ses vraies racines, ça me tue.

Alors peut-être que si on avait publier "Simple comme l'amour" en l'appelant "Je m'appelle Soyo et je me prends la tête en regardant mon nombril et me posant des questions existentielles", qu'on l'avait publié en grand et gros format, sans faire les onos en allant frimer dans les soirées bien pensantes en le vendant à 25€ pièce, ça aurait eu de la presse, et paradoxalement été 10 fois plus rentable ? Peut-être... Ou peut-être pas. De toute façon, on le saura jamais.

Bon, concrètement, pour vous donner un ordre d'idée, et sans dévoiler les chiffres confidentiels :
- "Fight Girl" marche mieux que "Divine Nanami"
- "Incarnations", les ventes sont... hum, difficiles et très en dessous de ce qu'on pouvait attendre sur ce genre de titre.
- Notre meilleure vente 2010, dans nos nouvelles séries, c'était "Mad Love Chase" (devant "J'aime les sushis").
- "Lady & Buttler" est la meilleure vente sur les nouveaux shôjo mangas de 2011.

Franchement, que rajouter à ça ?

Le truc, c'est que paradoxalement, y a pas non plus de règle, et il peut toujours y avoir une bonne surprise. N'empêche que, le constat est flippant. Mais la réalité, c'est que ce n'est pas propre au manga. C'est vrai en BD, en ciné, en musique... En France (je ne me permettrai pas de parler pour des pays que je ne connais pas), on ne connait pas le juste milieu. Tu as deux côtés :
1/ Les trucs grand public, considérés comme de la sous-production, comme de la merde, par les "bien-pensants".
2/ Les trucs "prises de tête", dont le peuple se contrefout.

Mais la voie du milieu, le véritable équilibre, il est quasi-inexistant. Et cet équilibre est mis de plus en plus à mal par la société, par ce monde de plus en plus fou. Pourtant, sans lui, c'est la misère sociale assurée. Il est plus que temps de reconstruire le dialogue, avec nos voisins, avec les gens qui vivent simplement autour de nous, de repenser le monde sur des bases différentes.

Bref... Du coup, non, je ne regrette pas une seule seconde d'avoir publié "Simple comme l'amour", et non plus d'avoir cru qu'il était possible de rendre cette oeuvre d'une auteure majeure accessible à tout un chacun. Je ne le regrettais jamais. J'ai voulu y croire, c'était peut-être naïf... Tant pis. Forcément, ça nous force à envisager les choses différemment. Est-ce que ça veut dire qu'on va baisser les bras ? Certainement pas ! Simplement, il faudra peut-être un peu plus de soutien "actif" de la part des lecteurs motivés. Acheter un manga, et le lire dans son coin, ça ne suffira peut-être plus, quand on aspire à un peu de diversité éditoriale.

Des auteures de shôjo des années 80/90 qui déchirent tout, et dont vous n'imaginez même pas l'existence, j'en ai des cartons entier. Aaah, si vous saviez !! Dans un premier temps, si vous voulez essayer de "soutenir" un peu notre démarche éditoriale, je vous invite à essayer de lire "Mitsuko Attitude". Shun, j'ai bien vu que ce titre ne t'intéressait pas, que ça faisait trop "Akata pour le coup". Alors attention, je ne dis pas du tout que Mamoru Kurihara est une auteure qui a révolutionner quoique ce soit. Mais, oui mais, "Mitusko Attitude" est publié dans le magazine "Kiss". Vous allez réclamer des "josei" (argh !!), et même pas essayer de lire celui-là ? Allons, soyons-sérieux 30 sec' ! Ce manga, on l'a évidemment choisi pour sa thématique (enfin, j'adorai le travail de cette auteure depuis longtemps, vu le thème de celui-là, ça été très facile de convaincre tout le monde). Ce que je peux vous dire en tout cas, c'est que sur 6 tomes, la mangaka sait parfaitement où elle va, et que la fin est... Ouaouh ! La fin, elle justifie tout, elle est comme une clé du voûte qui prouve que le propos de la mangaka tient la route, que ce n'est pas du flan. En fait, c'est une série d'humour, qui parle de santé, et tout, mais ça parle surtout de "vivre", d'apprécier le fait de vivre, que c'est primordial. Enfin bref... C'est pas le débat du moment. C'est juste pour dire quoi, si vous voulez lire des "josei" (mouarf), ben, essayez au moins de lire "Mitsuko Attitude".

Et il n'est pas trop tard non plus pour découvrir "Simple comme l'amour". Enfin, à moins que certains volumes n'aient déjà été entièrement pilonnés mais je préfère ne pas le savoir...


Et juste pour le fun dans le même vieux topic ! Lol Mort de rire
Taliesin a écrit:
@SHK: Je n'ai jamais douté des intentions d'Akata et je ne peux qu'applaudir votre démarche. Ceci dit, je ne fais malheureusement que très peu de séries chez vous, Le pacte des yôkai et Onmyôji. Je jetterai sans doute un oeil à Simple comme l'amour mais je l'avoue, le titre et le résumé ne m'ont pas donné envie (je dois aussi tenter Incarnations chez vous). Je dois admettre que j'ai surtout lu du manga pour l'action et le fantastique, et moins les titres ancrés dans la réalité quotidienne. Je ne suis pas vraiment ce type de public. Puzzle a l'air vraiment bien construit, j'avais lu Dites-moi que j'existe de Ryo Ikuemi mais je n'ai pas accroché du tout...

_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 30/08/17 11:57    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:
Pour moi le lectorat devrait être à peu près le même et pourtant je ne vois pas la même légitimité envers le public du Lézard Noir pour une telle oeuvre, je ne comprends vraiment pas pourquoi.

Outre le fait que ce manga soit l'oeuvre d'une femme, le souci ne viendrait-il pas que l'un des sujets du manga soit la romance ?

A la suite d'une discussion sur Twitter (fort intéressante au demeurant, oui ça arrive Mort de rire ), un des intervenants a évoqué l'interview du directeur de Bragelonne/Milady, qui abordait entre autres le mépris du secteur professionnel autour des littératures de l'imaginaire, notamment la romance. Je me permets de citer le passage en question, attention c'est brut de décoffrage :

Stéphane Marsan a écrit:
Indéniablement, la généalogie de la marque Milady a été traversée par des mutations successives déclenchées aussi bien par des goûts personnels que par des opportunités : nous avons débuté avec une collection de poches dédiée à l’imaginaire – et des grands formats au tout début. Ensuite est venue la Bit-Lit, en soi du fantastique, mais qui nous rapprocha d’un lectorat de romance. Logiquement, ce genre a dans la foulée trouvé sa place chez Milady, puis la romance érotique, le thriller, la littérature, etc.

Dans cette histoire, jusqu’à la romance, aucun problème ne se pose – appelons les choses par leur nom, aucun mépris de la part des libraires. En dépit de la consonance féminine de Milady, personne – personne ! – ne trouve bizarre d’apposer ce nom sur des genres ou sur des auteurs comme David Gemmell qui racontent pourtant des histoires de guerriers avec des haches. Pas plus que sur du space opera ou de l’horreur. En revanche, quand vient la romance, c’est le sceau de Caïn, encore plus féroce que celui de l’imaginaire, qui sévit et nous marque. Voilà que de nombreux libraires et journalistes vont tenir pour acquis que toute la production Milady relève peu ou prou de la romance, ou du sentimental comme on disait avant la naissance de notre collection.

À ce stade, toute la littérature du monde n’y changerait rien : la marque Milady a été assimilée au sentimental alors que c’est l’un de ses segments les plus minoritaires. Comment ne pas y voir, et ça me désole, une misogynie intellectuelle et littéraire flagrante : en somme, dès que l’on fait du féminin, tout ce que l’on fait est alors, pour ceux qui le méprisent, contaminé. Si l’imaginaire, c’est pour les débiles et les enfants, comme je le disais, eh bien Milady, ce sont des conneries pour les gonzesses.


Le reste de l'interview, publié en avril 2017 sur ActuaLitté, est ici :
https://www.actualitte.com/article/interviews/la-france-a-un-probleme-avec-l-imaginaire-stephane-marsan-bragelonne/70817
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 30/08/17 13:38    Sujet du message: Répondre en citant

@melvin: En même temps c'est vrai: lis le quatrième de couverture de Simple comme l'amour, voilà... Alors que présenté autrement: quotidien de jeunes à la campagne, je ne sais pas. Je dis souvent que je n'accrochais pas à fond à Ikuemi car c'est très ancré dans le réel, et que je manque souvent d'empathie aussi, mais que c'est une excellente mangaka et je le pense depuis toujours Clin d'oeil . Pour Simple comme l'amour, j'aimais beaucoup le dessin depuis le début, mais le côté trop axé romance du résumé (franchement, c'était un résumé fait pour attirer les fans de shôjo très romantiques comme ceux que peut sortir Panini. Dans le genre résumé foireux, il y avait Lollipop présenté comme Cendrillon des temps modernes et ça m'a tout de suite fait fuir alors que j'adorais le dessin aussi!)... c'est aussi en lisant le message de SHK que j'ai eu envie de commencer justement!!!! Je regrette juste de ne pas avoir soutenu Puzzle et Simple comme l'amour plus tôt. Pour ce qui est de Puzzle, il n'y a rien de drôle à ce qu'il figure à présent dans ma bibliothèque car j'ai vécu un truc qui m'a donné envie de relire ce récit. Sans cela, je n'aurai sans doute jamais acheté Puzzle que je lisais grâce à un pote (qui s'en séparera peut-être un jour).

Et sinon, on est bien d'accord pour la charge... mais cela s'applique à tout "expert" du monde de la BD au sens large qui ne s'intéresse pas du tout au shôjo... misogynie intellectuelle, c'est parfaitement le terme!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 30/08/17 16:20    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:
Je note que ses propos résonnent d'une manière tristement actuelle quand on pense au débat récent sur le magazine Atom.

Tu parles pour quel camp ? Celui des rédacteurs d'Atom ou des lecteurs ? Roulement des yeux Roulement des yeux
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 30/08/17 17:19    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
Tu parles pour quel camp ? Celui des rédacteurs d'Atom ou des lecteurs ?

Presse, lecteurs (aussi éditeurs et libraires) en fait rien n'a changé depuis. C'est bien ça qui est triste.

SHK, qui dit je cite : "La faute à qui ? Ben, c'est là où je rejoins beaucoup Xavier. Sans aucun doute le manque de curiosité des lecteurs, mais aussi surtout à la presse. Réellement, il n'y a pas de média vraiment prescripteur pour le manga."

Je le rejoins assez sur cet aspect des choses, les lecteurs passent à côté de séries très intéressantes par manque de curiosité mais il faudrait aussi que ces œuvres aient des canaux de diffusion dans les médias leur permettant d'être mises en avant et de dire aux gens : "Hé ho, ce truc là c'est super bien en fait, tu devrais essayer d'y jeter un oeil !".

Avec l'annonce de l'arrivée d'Atom, on aurait pu avoir un vague espoir de trouver dans la presse spécialisée un nouveau venu stimulant pour parler de bons mangas inconnus mais en fait, pour le moment, ils sont loin du fameux média prescripteur pour le manga dans toute sa diversité. Un titre tel que Simple comme l'amour ne fera jamais parler de lui.

De toute manière on finit par être résigné, le fait est que la qualité ne fait pas vendre, elle reste ignorée par la majorité.
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 30/08/17 18:02    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:
Presse, lecteurs (aussi éditeurs et libraires) en fait rien n'a changé depuis. C'est bien ça qui est triste.

SHK, qui dit je cite : "La faute à qui ? Ben, c'est là où je rejoins beaucoup Xavier. Sans aucun doute le manque de curiosité des lecteurs, mais aussi surtout à la presse. Réellement, il n'y a pas de média vraiment prescripteur pour le manga."


Sur la culture "geek" au sens très large du terme, je trouve la rubrique Pixels du Monde très bien faite, à la fois drôle, éclectique et intelligente.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 30/08/17 18:08    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:
SHK, qui dit je cite : "La faute à qui ? Ben, c'est là où je rejoins beaucoup Xavier. Sans aucun doute le manque de curiosité des lecteurs, mais aussi surtout à la presse. Réellement, il n'y a pas de média vraiment prescripteur pour le manga."

Je le rejoins assez sur cet aspect des choses, les lecteurs passent à côté de séries très intéressantes par manque de curiosité mais il faudrait aussi que ces œuvres aient des canaux de diffusion dans les médias leur permettant d'être mises en avant et de dire aux gens : "Hé ho, ce truc là c'est super bien en fait, tu devrais essayer d'y jeter un oeil !".

Et c'est très exactement ce que vous faites TOUS en rejetant les choix éditoriaux d'ATOM sous prétexte que le mag ne parle pas des auteurs que vous aimeriez lire. Vous prétendez tous être ouverts d'esprits, mais aucun(e) de vous ne l'est réellement beaucoup en réalité.

Je suis donc aussi d'accord avec Bruno, tout comme je suis d'accord avec toi quand tu dis que rien ne change, malheureusement. (Enfin si, XaV a bien évolué cette année, je trouve, par rapport à sa posture lors de nos derniers échanges ici ensemble. Et je m'en réjouis. Mais j'ai l'impression que c'est bien le seul.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 30/08/17 18:26    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

Non, Sushi, on ne rejette pas les choix éditoriaux d'ATOM, du moins la plupart d'entre nous ici. Relis bien les échanges...

Ce qu'on rejette un peu, c'est la communication disons... un peu enthousiaste... des débuts, qui a créé des espoirs et des attentes pour un certain nombre d'entre nous. Ces espoirs et ces attentes ont été vites déçus, disons à partir du numéro 2, et cette déception a été confirmée avec le numéro 3. N'oublions pas que le magazine a plus de 9 mois d'existence, maintenant, ce n'est pas un mensuel.

Cependant, ce qu'on rejette le plus, ce sont les excuses foireuses sur le manque réel de variété du contenu, la mauvaise foi de la plupart des explications données aux "récriminations" concernant le sexisme manifeste du magasine (qu'il soit involontaire ne change rien à l'affaire) que certains d'entre nous ont pu faire. Il a fallu insister, insister encore, s'énerver pour certains, pour commencer à avoir des réponses acceptables, compréhensibles.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 30/08/17 19:39    Sujet du message: Répondre en citant

sushikouli a écrit:
Et c'est très exactement ce que vous faites TOUS en rejetant les choix éditoriaux d'ATOM sous prétexte que le mag ne parle pas des auteurs que vous aimeriez lire. Vous prétendez tous être ouverts d'esprits, mais aucun(e) de vous ne l'est réellement beaucoup en réalité.

Les "auteurs que vous aimeriez lire" mais oui bien sûr lol c'est juste qu'il n'y a pas une seule femme !
Pffffff, généralisons donc avec des VOUS TOUS, bref t'as pas changé toi ! Clin d'oeil
Je reviendrai ici plus tard mais plutôt pour parler de Simple comme l'amour car j'ai fini hier ma relecture avec grand plaisir. Moqueur
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 30/08/17 19:50    Sujet du message: Répondre en citant

Saishû Heiki Kareshi a écrit:
- "Fight Girl" marche mieux que "Divine Nanami"

Je plaide coupable : je suis assidument Divine Nanami depuis le premier tome tandis que j'ai rapidement abandonné et revendu Fight Girl. La malédiction mangaverse a encore frappé. Pardon aux familles tout ça.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Saishû Heiki Kareshi
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Déc 2002

Message Posté le : 06/09/17 03:37    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:
Tiens, je suis en train de relire Simple comme l'amour en ce moment et je déterre du fin fond du forum ce message très intéressant de Saishû à propos de son choix d'éditeur pour cette série à l'époque. Je note que ses propos résonnent d'une manière tristement actuelle quand on pense au débat récent sur le magazine Atom. Le manque de critique de Saishû dans le topic sur Atom quand à l'orientation choisie par Fausto pour le mag (alors qu'ici il charge Animeland) est d'autant plus curieux en relisant son ancien message et je pense que c'est pourquoi on était plusieurs à parler de copinage...


Je persiste, et je signe tout ce que j'ai dit à l'époque, et également à propos d'ATOM. A un moment, il faut arrêter : c'est de l'acharnement pur et simple.De toute façon, comparer "ATOM" d'aujourd'hui (qui n'a même pas un an d'existence) à "Animeland" de cette époque-là, ça n'a aucun sens. Un magazine pionnier, qui existe depuis des années, tu ne le considères/juges pas de la même manière qu'un nouvel arrivé : Animeland (à l'époque) avait un rôle de prescripteur et aurait pu faire bouger des choses, ils ne l'ont pas fait, ils n'ont pas assumé. Ce n'est pas pour rien que l'équipe a de nombreuses fois changé. "ATOM", à l'inverse, essaie de proposer de l'inédit, en donnant directement la parole aux auteurs, avec pour seul filtre le choix des auteurs, et ce qui est possible d'avoir ou pas. Pas d'autre filtre, de jugement de valeur de la part de "journalistes" qui parlent d'une culture dont ils ne maîtrisaient pas les fondements. Dans "ATOM", au final, ce sont bien les auteurs qui ont la parole. Le résultat est à l'image de leurs oeuvres, et quoi qu'on en dise, ça commence à sacrément rebondir entre les numéros et les interviews, avec une parole déliée. On assiste enfin à une culture "vivante et vibrante", vécue de l'intérieure, et non pas fantasmée de loin.

De toute façon, en quoi le fait de connaître le professionnalisme et le sérieux de quelqu'un, c'est "un manque de critique" ? Peut-être qu'on parle "juste" en connaissance de cause… Qui finalement, manque le plus d'objectivité dans tout ça ? Je me le demande… (franchement, ressortir "ATOM" dans le sujet "Simple comme l'amour"… Pfuuuh…)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 06/09/17 10:57    Sujet du message: Répondre en citant

Je trouve tes commentaires sur Atom tellement en décalage avec ton message de l'époque... Confus
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 06/09/17 12:24    Sujet du message: Répondre en citant

Tu n'es pas le seul melvin.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 3 sur 5

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation