Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[GOYÔ], [GENTE] et les séries de Natsume Ono
Se rendre à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 11/02/09 01:38    Sujet du message: [GOYÔ], [GENTE] et les séries de Natsume Ono Répondre en citant



Acheté sur le conseil d’une amie, le premier volume Goyô, seinen écrit et dessiné par la mangaka Ono Natsume, s’est avéré une excellente surprise pour moi.

L’histoire en quelques mots : Après avoir quitté son fief, Masa est venu s’installer à Edo. Les premiers temps sont difficiles pour le rônin : très pauvre, il doit cependant trouver de l’argent pour aider sa famille. Malheureusement, son caractère très réservé, inhabituel chez un samouraï, l’empêche de trouver du travail. Jusqu’à ce qu’il rencontre Yaichi, un homme mystérieux qui lui propose une place de garde du corps. Très vite, Masa se rend compte que son nouvel employeur est à la tête d’un groupe de brigands, les Goyô. Bien que mal à l’aise à l’idée de devenir un bandit, le rônin se rapproche de plus en plus de cette bande. Si son besoin d’argent le pousse à travailler avec eux, il est aussi très intrigué par leurs motivations et les secrets de leur passé, notamment celui de Yaichi.

Goyô est un manga qui s’éloigne beaucoup de la trame classique des séries de samouraï. Si les combats ne sont pas absents, ils ne représentent pas le principal intérêt de la série. Dès le départ, l’auteur se concentre sur les personnages, leurs caractères, leurs relations et tout ce qu’ils cachent. C’est en suivant Masa que le lecteur en apprendra plus sur les personnes qu’il rencontre. Le héros allie un caractère timide à une sincérité déconcertante, qui déstabilise plus d’une fois ses interlocuteurs. Mais elle permet aussi de mieux comprendre les différents personnages. D’ailleurs, si le passé des Goyô semble complexe, celui de Masa n’est pas plus simple. Par exemple, on ne sait pas exactement ce qui l’a obligé à s’éloigner de la région où il est né.

La relation entre Masa est Yaichi est l’un des éléments importants de la première partie. Le rônin se pose beaucoup de questions sur le chef des Goyô, car il sent que son attitude désinvolte dissimule certains secrets. De plus, il l’admire pour son assurance et sa répartie, si différentes de sa timidité. On peut donc comprendre que Masa s’attache à Yaichi, mais l’inverse est plus surprenant. Même si le rônin est doté d’un réel talent pour le combat, cela ne paraît pas une raison suffisante pour motiver l’intérêt du brigand. Est-il intrigué par un samouraï au caractère si étrange ? Voit-il, dans cet individu franc et soucieux des autres, son reflet inverse ? Lui rappelle-t-il ce qu’il n’est plus aujourd’hui ? Y a-t-il une autre raison ? Pour l’instant, on en sait trop peu sur Yaichi pour tirer des conclusions.

Après deux volumes, Masa semble de mieux en mieux intégré aux Goyô. Les rapports entre lui et ses nouveaux "amis" donnent lieu à quelques scènes de vie quotidienne amusantes. Certaines maladresses du rônin prêtent aussi à sourire. Personnellement, j’ai ri à plusieurs reprises au cours de ma lecture, mais cet aspect humoristique ne sera peut-être pas apprécié par tout le monde. La seconde partie est surtout consacrée au passé de Ume, membre de la bande et aubergiste de son état. Ce dernier suscite aussi la curiosité et l’intérêt amical de Masa, ce qui l’ennuie quelque peu. Comme il le dit : "Il n’y a que les malotrus qui interrogent les autres sur tout". Mais, plus que ses paroles, son attitude est révélatrice de son opinion sur le rônin.

Comparé à d’autres mangas concernant la même époque, le graphisme de cet ouvrage est plutôt original. Le trait est simple, voire simpliste, ce qu’on peut voir comme un défaut. Pour moi, il est au contraire très utile au développement de l’histoire. Ici, seuls les traits essentiels sont dessinés, ce qui rend plus expressifs le visage ou l’attitude des personnages. De même, les décors restent réduits, comme pour mettre en valeur les gestes, les actions ou les combats. Au sujet du dessin, je rajouterais que l’auteur de Goyô a réalisé plusieurs mangas boy’s love sous le pseudonyme de Basso. Le graphisme peu classique de ces ouvrages m’a semblé plus proche du josei que du shôjo ou du BL.

A titre d'information, les couvertures de deux des BL en question :
Kuma to Interi (2005) - Amato Amaro (2007)


Dernière édition : Natth le 22/01/10 00:21; Edité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
muse
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 06 Fév 2008

Message Posté le : 12/02/09 14:33    Sujet du message: Répondre en citant

Ah tiens il m'avait interpellée , j'avais hésité à le commander .
en tout cas , belle présentation qui vient de balayer mes dernières hésitations Sourire
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Manuka
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 26 Juin 2004
Localisation : dans le Tea tree !

Message Posté le : 12/02/09 14:53    Sujet du message: Re: [GOYÔ] Répondre en citant

Et bien tu vois, Natth, que ton message ne fut pas vain. Malgré la couverture du tome 1 qui tout de même ressemble à une couv' de BL. (Bon, Ok, j'y connais rien. Clin d'oeil )

Sinon tu dis que c'est un seinen, mais tu le traites vraiment comme un manga pour fille/femme. Crois-tu qu'il puisse intéresser les messieurs ? Ou penses-tu qu'ici, l'étiquette éditoriale seinen est cousue totalement inadéquatement ?
_________________
Emmène Lucy Hole dans un ciel de diamants. ©
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 12/02/09 15:59    Sujet du message: Répondre en citant

Muse >> Merci, contente de t'avoir convaincue Surpris
*Fait un petit trait sur le coin de son clavier XD *
Bonne lecture, j'espère que la série te plaira ^^

Manuka >> Tssss, je n'ai jamais pensé que poster sur ce forum pouvait être inutile. Même s'il n'y a pas de réponse, le simple fait d'attirer l'attention sur une série peut suffire pour que les gens s'y intéressent Cool

Et la couv' du tome 1 ne ressemble pas du tout à celle d'un BL. Yaichi serait assis dans l'autre sens si c'était le cas ^o^

Je pense qu'il est classé comme un seinen parce qu'il est sorti dans un magazine seinen. Cependant, il est vrai que les personnages et leurs relations sont au centre du manga. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que ce genre de thématique ne s'adresse pas aux messieurs, je ne me le permettrais pas ^^

On peut aussi noter que l'histoire se déroule dans un univers impliquant une certaine violence, même si elle est plus sous-entendue qu'affichée, qu'il y a plusieurs scènes d'action, surtout dans le volume 1, et qu'on s'éloigne du "slice of life" classique. Cela peut aussi expliquer le classement en seinen.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Manuka
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 26 Juin 2004
Localisation : dans le Tea tree !

Message Posté le : 14/02/09 19:53    Sujet du message: Répondre en citant

Une chronique de Goyô tome 1 par Rohagus sur Bulledair :

_________________
Emmène Lucy Hole dans un ciel de diamants. ©
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
muse
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 06 Fév 2008

Message Posté le : 26/02/09 15:08    Sujet du message: Répondre en citant

Ayez , viens de finir les deux premiers tomes et effectivement c'est une bonne surprise Très content .
c'est vrai que cette histoire de samouraïs n'est pas des plus habituelles et c'est ce qui fait son charme aussi . On est vraiment plus dans une intrigue basée sur les intéractions entre les différents personnages et leur aspect psychologique que dans une série de combats même si quelques uns sont présents . Le tome 2 laisse entrevoir une évolution à ce niveau là d'ailleurs. Le duo Yaïchi/Masa est interessant et intrigue vraiment de part son opposition et son incongruité .
La mangaka donne vraiment une ambiance particulière à son intrigue , une sorte de désinvolture et légèreté un peu à l'image de Yaïchi. et en même temps elle arrive à toucher le lecteur . Je ne saurais dire si c'est grâce à son graphisme particulier ou à la narration ou peut-être les 2?
Bon par contre , le personnage de Masa est parfois à la limite du supportable par sa faiblesse et son côté niais mais apparaît peut-être plus complexe qu'il n'y paraît sur la fin du tome 2.

Donc merci natth pour cette découverte Exclamation
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
beanie_xz
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Fév 2004
Localisation : Campagne française

Message Posté le : 25/07/09 10:03    Sujet du message: Répondre en citant

Allez, on remonte le topic pour parler un peu plus de ce seinen singulier qu’est Goyô.

Le graphisme de la couverture m’avait tout de suite tapé dans l’œil, pour ainsi dire, dès que je l’avait vu. Il y a quelque chose de paradoxale qui donne un charme à son trait – à la fois une maladresse et un semblant de crayonné qui donne un côté vivant, ainsi qu’ne maîtrise du détail et un expressionisme impressionnant dans le côté très épuré du dessin.
C’est bien sur le conseil de Natth que je me suis lancée dessus. Et au bout de 2 volumes, j’ai trouvé que la qualité de l’histoire était égale au charme graphique et à mon impression première – c’est-à-dire que je sentais que ça pourrait bien plaire. C’est donc tout à fait à la hauteur des recommandations de Natth, auxquelles je voudrais joindre les miennes.
Le talent de Natsume Ono réside, pour moi, principalement dans son graphisme personnelle. Le découpage des pages donne lieu à des scènes plutôt carrées, étirées en longueurs ou en largeurs, et à une grande diversité d’angles de vue. Ceci couplé à un trait épuré et appuyé contribue à la maîtrise de la narration dans une ambiance lancinante et très « slice-of-life » (littéralement, « tranches de vie »).
L’histoire peu singulière de ce samouraï timide et naïf (Masa) qui se joint à une bande de brigands (les Goyôs) marque quelques lacunes dans la caractérisation des personnages qui sont plutôt unidimensionnel et caricatural. Même si au fil de la découverte ils prennent plus d’ampleur et de profondeur, le développement de l’histoire reste dans la mesure du prévisible.
C’est donc aussi là que réside le talent d’un bon auteur : réussir à approprier ce qui est prévisible et à rendre cela intéressant (faute d’étonnant) pour le lecteur. Sur ce point, Goyô est tout à mon goût et ménage bien le rythme entre un quotidien parfois drôle du jeune Masa et le développement plus rapide des histoires de fond.
En sommes, les deux premiers volumes de Goyô fut une bonne surprise et je recommanderai vivement ce titre à ceux qui ne l’ont pas encore découvert.
_________________
"Dans la fresque, je suis une des figures en arrière plan."
Q ou l'Oeil de Carafa, Luther Blisset.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Shuichi
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 05 Mars 2009

Message Posté le : 25/07/09 12:09    Sujet du message: Répondre en citant

Après avoir lu ton message Natth, ça m'a donné envie de commencer Gôyo =) et pourtant je ne suis pas fana d'histoires de samuraï ^^ ! Mais là ça m'a donné envie xD donc dès que je trouverai le tome 1 je le prendrerai volontier ^^
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 02/08/09 13:05    Sujet du message: Mangaka Répondre en citant

Le présent sujet m'a décidé de me lancer enfin dans la série Goyô et je dois dire que j'ai adoré. En attendant de poster ma chronique sur le tome 3, voici quelques informations sur Natsume Ono :


(représentation de l'auteure, devenue le personnage d'une gamme de produits dérivés sous le nom de OnoKuma-ya)

La carrière professionnelle de Natsume Ono a commencé en 2003, un peu avant qu’elle ait 26 ans. Malgré des débuts tardifs dans la profession, la mangaka est particulièrement prolifique.

Entre mars 2003 et avril 2004, elle a réalisé La Quinta Camera pour le défunt magazine manga en ligne Comic Seed!, titre publié par Shôgakukan (collection Seedcomics, actuellement disponible dans la collection Ikki comics). Ensuite, elle a créé une autre histoire courte en un tome, not simple, entre octobre 2004 et septembre 2005, toujours pour Comic Seed! (réédité depuis chez Ikki comics). Durant l’année 2005, elle a publié aussi plusieurs nouvelles dans le magazine alternatif Ikki (que l’on peut lire dans le recueil Tesoro sorti en 2008). Toujours pour Ikki, Ono a débuté en janvier 2006 la série Goyô qui est toujours en cours et qui totalise pour l’instant 6 volumes.


(cliquer sur la miniature pour avoir l'image en plus grand)

Depuis 2005, elle crée aussi des histoires pour le magazine Manga Erotics F (chez Ohta Shuppan). On y trouve ainsi une courte série, Ristorante Paradisio, prépubliée entre mai 2005 et mars 2006, éditée en version reliée en un tome dans la collection FxComics et une autre, toujours en cours, Gente - Ristorante no Hitobito, qui compte pour l’instant 3 volumes reliés. Ces deux récits, situés dans le même restaurant, ont été adaptés en série d’animation et se passent en Italie où l’auteure a séjourné en 2001 pendant 10 mois avant de devenir mangaka. On peut noter qu’une partie du numéro 57 (mai 2009) de Manga Erotics F est consacrée à Ristorante Paradisio et sa suite par le biais de plusieurs articles.



(Les miniatures cliquables permettent d'avoir l'image en plus grand)

Natsume Ono travaille aussi pour un troisième éditeur, Kodansha. En septembre 2006, elle a débuté une série de six nouvelles indépendantes publiées dans le magazine Morning, regroupées en un recueil Danza dont la dernière nouvelle sert de base à une courte série, Coppers, prépubliée dans le magazine Morning 2 entre 2008 et 2009, et récemment achevée en deux volumes. L’histoire de Coppers se déroule au sein de la NYPD aux Etats-Unis, dans le quartier du Bronx. Le titre a été adapté en drama CD.



Enfin, comme indiqué par Natth, l’auteure prépublie des boys love sous le pseudonyme de Basso dans le magazine Opera de l’éditeur Akane Shinsha plus connu pour ses publications hentai que pour ses BL. Outre Kuma to Interi (2005) et Amato Amaro (2007), la mangaka vient de publier en version reliée un troisième OS : Gad Sfortunato (juin 2009).

La mangaka a deux sites où l 'on peut voir quelques illustrations (sur Ikki) et même des travaux datant de ses débuts sur son blog FC2).
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 04/08/09 00:14    Sujet du message: Répondre en citant

Le troisième tome donc :



Goyô 3 reste fidèle aux deux volumes précédents. Cette fois-ci, nous découvrons le passé de Matsukichi, l'informateur de la bande des Goyô. Cependant, si nous avons droit à quelques flash-backs, la plupart des anciens évènements nous sont révélés par les personnages eux-mêmes. Cela nous permet d'en apprendre plus, sans pour autant nuire à l'action. Car il se passe pas mal de choses dans cette troisième partie.

Si le style du récit reste contemplatif, de nombreuses informations sont distillées au cours des différents chapitres. Nous gardons donc cette sensation de récit paisible et tranquille, tout en suivant une trame narrative plus dense que pour les deux premiers épisodes. J'ai d'ailleurs relu quelques pages sur la fin, pour être sûre de ne rien rater (et tout compte fait, je ne suis sûre de rien, car on n'en sait pas assez pour l'instant >_> ).

J'ai gardé l'impression d'un volume qui pose plusieurs jalons, mais qui garde suffisamment de suspense pour que l'on souhaite lire la suite rapidement. Du point de vue graphique, cette partie est aussi réussie que les précédentes. Je noterai tout particulièrement le contraste de l'ombre et de la lumière, particulièrement travaillé sur certains passages. De même, la première page de chaque chapitre bénéficie d'un trait large, à mon avis idéal pour une illustration ou un dessin de grande taille.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 16/08/09 11:52    Sujet du message: Chroniques Répondre en citant

Voici en petite avant-première ma chronique du tome 3 rédigée pour MangaVoraces :

Samouraï rejeté par son seigneur à cause de sa timidité maladive, Masanosuke Akitsu n’en impose pas malgré sa grande taille et sa maîtrise de l’art du sabre. Il a ainsi le plus grand mal à rester garde du corps, étant continuellement renvoyé par les employeurs, de riches bourgeois de la ville d’Edo. Il a pourtant un besoin important d’argent afin de pouvoir rembourser les dettes contractées par son petit frère resté sur les terres familiales. C’est alors qu’il est remarqué par un mystérieux individu, Yaichi, qui se révèle être le chef d’une bande de brigands qui se font appeler les Goyô et qui sont spécialisés dans les enlèvements dans le but de toucher une rançon.

Avec le troisième tome de la série Goyô, toujours en cours au Japon et qui compte actuellement six volumes, Natsume Ono, l’auteure, continue de développer son histoire. Ainsi, elle nous permet d’en apprendre plus sur le passé d’un autre personnage secondaire d’importance. Après Ume, le tenancier du bar qui héberge les réunions des Goyô, c’est au tour de Matsu, le spécialiste du renseignement du groupe, d’être présenté plus en détail au lecteur. Cependant, la mangaka ne se contente pas d’une narration simple où les informations sont distillées à coup d’analepses ou de dialogues entre les protagonistes. Son récit est bien plus riche et complexe que cela.

En effet, Natsume Ono profite des différents enlèvements et péripéties qui en découlent pour mettre en scène ses personnages et apporter les éléments nécessaires à la mise en place des interactions entre Masa et les différents membres des Goyô. Les relations du jeune et lamentable samouraï ainsi que les changements qu’il provoque sont de plus en plus au centre de la série. Néanmoins, l’auteure ne s’en contente pas et tisse une trame scénaristique plus complexe grâce à de nombreux apports, comme celui du retour d’un ancien chef de gang, mais aussi celui d’un homme mystérieux qui fait la connaissance de Masa, ou encore de possibles rivalités amoureuses. Ce sont autant de dangers qui pourraient peser sur les Goyô.

Ainsi, la tension narrative ne faiblit jamais tout au long des six nouveaux chapitres proposés. Ajoutons à cela un dessin très particulier et fascinant, d’une très grande efficacité malgré une apparente maladresse, et on obtient un résultat des plus réussis, ce qui en fait un des mangas les plus intéressants du moment. On peut toutefois regretter un mauvais rendu des trames, ce qui est malheureusement une spécialité de Kana, quelque soit l’imprimeur auquel l’éditeur fait appel. Par contre, la traduction empesée de Pascale Simon correspond bien à la solennité de l’œuvre, ce qui est tout à fait appréciable. On se retrouve donc à attendre la suite avec impatience tant les trois premiers tomes de Goyô se révèlent être addictifs.


(cliquer sur la miniature pour avoir l'image en plus grand)
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
cosmos
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 02 Sept 2002
Localisation : Suspended between being a nobody, nothing and everything.

Message Posté le : 12/10/09 18:21    Sujet du message: Répondre en citant

Natth a écrit:
Je pense qu'il est classé comme un seinen parce qu'il est sorti dans un magazine seinen. Cependant, il est vrai que les personnages et leurs relations sont au centre du manga. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que ce genre de thématique ne s'adresse pas aux messieurs, je ne me le permettrais pas ^^

Ca va peut-être paraître un peu cliché, mais je trouve qu'il y a quelque chose d'assez féminin dans ce titre (je compte sur vous pour me contredire si je dis des bêtises ^^). La bande des Goyô est principalement masculine et dans l'ensemble des personnages récurrents on ne doit croiser 2 ou 3 femmes, pourtant les préoccupations des héros trahissent le fait que l'auteur soit une femme. Je n'ai jamais vu des groupes des mecs se préoccuper à ce point de ce que ressentent les autres, or dans ce titre on ne parle que de ça : quel est le passé d'untel, quelles sont ses motivations actuelles, est-ce que tu trouves que bidule a changé à l'arrivée de machin, que pense trucmuche de tout cela... Des sujets de conversation intéressants mais que personnellement j'ai surtout retrouvé en parlant avec des filles.

Sinon, comme d'autres dans ce sujet apparemment, c'est le message de Natth qui m'a fait m'intéresser à cette oeuvre, et pour l'instant je ne le regrette pas. Même si l'histoire se déroule à l'époque des samourais, elle pourrait tout aussi bien se jouer de nos jours vu qu'il est surtout question de ce que cachent et ressentent les uns et les autres. Si on ajoute à ça le graphisme plutôt actuel de l'auteur, on obtient un résultat très proche des récits façon "tranches de vie contemporaine" que j'aime beaucoup, mais avec une pincée d'atypisme (due au décalage entre le style graphique et l'époque du récit). Le seul souci c'est que j'ai du mal à lire les tomes d'une traite, en général je m'y reprends à deux ou trois reprises : même si j'aime bien les récits très lents où il ne se passe pas grand-chose, là il se passe grave rien, difficile de de sentir captivé.

Vu que le tome 4 est sorti récemment, on notera l'arrivée d'un nouveau personnage assez important. Si certains trouvaient les questions de Masa assez déplacées, celles du nouveau venu sont carrément intrusives et ne le rendent pas très sympathique. L'avantage, c'est que ça force certains persos à se dévoiler plus vite Très content
_________________
"Dude, I accept the truth of your lived experiences, and I'm not going to tell you that your feelings were wrong." Squirrel Girl
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 12/10/09 18:43    Sujet du message: Oui Répondre en citant

Oui, ce nouveau personnage, que je trouve moyennement crédible, notamment dans sa façon de s'habiller et dans son comportement, fait avancer pas mal les choses dans ce tome 4. Enfin, avancer... pour du Goyô car on pourrait considérer que ça ne bouge pas beaucoup, une fois de plus. En tout cas, j'ai été scotché et, pour ma part, je n'ai eu aucune difficulté à avaler d'une traite les 200 pages.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 04/11/09 22:50    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais vu les couvertures étranges de Goyô quand la série est sortie mais j'ai eu des apriori sur le côté samouraï. Je me suis dit "encore!". Donc, Natth, ton topic n'est pas vain car il m'a donné envie de lire cette série Sourire.

J'ai donc pu découvrir le premier volume et ça m'a beaucoup plu Sourire. On ne peut pas dire que ça "bouge", mais j'aime beaucoup le héros dont le caractère ne convient pas à son rang de samouraï et qui est donc jugé comme "incompétent". Après, cosmos, je n'ai pas lu les autres volumes mais je trouve aussi qu'on voit bien que cette série est de la main d'une femme. Rien que la relation entre Yaichi et Masa, avec ce dernier qui observe tous les faits et gestes de celui qui le fascine. Mais point de shônen-ai derrière ^^;. Seulement, les personnages font tellement attention aux uns et aux autres...

Dans la présentation de herbv, je ne cache pas mon intérêt pour Coppers... Je ne sais pas, la couverture, le dessin de Natsume Ono et le côté NYPD (avec peut-être de l'exotisme américain par une Japonaise?) m'attirent Sourire. J'aimerais bien voir ça débarquer chez nous Clin d'oeil
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 24/11/09 03:07    Sujet du message: Répondre en citant

La série Sarai-ya Goyô sera adaptée en anime au cours de l'année 2010.

Selon le site Mata-Web, le studio Manglobe (Samurai Champloo, Ergo Proxy...) serait chargé de cette adaptation :
http://www.mata-web.com/japon/index.php?option=com_content&view=article&id=954:sarai-ya-goyou-natsume-ono-adapte-par-manglobe&catid=20:actualite-des-series-televisees&Itemid=4

Selon News-Paradise, de nouvelles informations seront publiées dans la revue Ikki #02, qui sortira le 25 décembre au Japon :
http://www.news-paradise.fr/article-sarai-ya-goyo-adapte-en-anime-39775438.html

Le futur site officiel de l'anime (vide pour l'instant) :
http://www.goyou-anime.jp/

En parallèle, la mangaka Natsume Ono vient de commencer Tsuratsurawaraji - Bizen Kumada-ke Sankin Emaki, une nouvelle série se déroulant durant l'ère Edo. Ce titre est prépublié dans la revue Morning 2 de Kodansha.

Annonce de Animenewsnetwork :
http://www.animenewsnetwork.com/news/2009-11-22/ristorante-paradiso-ono-starts-tsuratsurawaraji-manga

Fiche de Tsuratsurawaraji - Bizen Kumada-ke Sankin Emaki sur Manga-News :
http://www.manga-news.com/index.php/serie-vo/Tsuratsurawaraji-Bizen-Kumada-ke-Sankin-Emaki-vo
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 1 sur 7

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation