Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[GUNNM]bouche de poulpe et panzer kunst

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
asakura
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 15 Jan 2006

Message Posté le : 22/02/13 01:01    Sujet du message: [GUNNM]bouche de poulpe et panzer kunst Répondre en citant



Synopsi :"En parcourant la décharge, Ido découvre une tête de cyborg encore intacte parmi les débris et décide de la sauver. Ido Daisuke est un « docteur en cybernétique », il répare les cyborgs endommagés dans son atelier de Kuzutetsu, ville poubelle au-dessus de laquelle flotte Zalem, la mystérieuse cité volante. À son réveil, le cyborg n'a aucun souvenir. Ido l'appelle Gally et l'adopte, lui offre un nouveau corps mécanique et la traite comme sa propre fille. Afin de lui donner le meilleur, Ido a besoin d'argent. Il reprend alors discrètement son travail de « Hunter Warrior » car dans la décharge, ce sont les chasseurs de primes qui traquent les criminels, sous l'autorité des usines qui ravitaillent Zalem.

Gally, innocente aux yeux d'Ido, sera confrontée à la violence et retrouvera certaines sensations de son passé, redécouvrant son talent pour le combat. En affrontant de nombreux adversaires et en se lançant dans l'aventure, Gally combat avant tout pour son humanité."
Synopsi wikipedia


Je suis étonné de voir qu'il n'existe pas de sujet Gunnm tandis que sa suite Last Order a de nombreuses pages. Peut-être a-t-il disparu lors d'un nettoyage du forum ?

Cela est-il que je viens de terminer pour la première fois l'intégralité de la série GUNNM. Aussi je viens apporter mon petit commentaire sur cette série.
Je l'ai en réalité lu en deux temps puisque j'avais acquis la 1ère partie, soit les tomes 1 à 5 il y a bientôt dix ans, puis avec l'acquisition des quatre derniers j'ai relu l'ensemble de l'oeuvre.
Je constate cependant, ou cela vient peut-être du fait que j'étais plus jeune en lisant la première partie et donc plus impressionnable (j'avais 13 ans), qu'il y a une baisse qualitative à partir du sixième tome. L'univers en lui-même est très intéressant. Une cité flottant dans le ciel où se concentre l'élite de la société qui déverse ses déchets sur le triste peuple du dessous livré à lui-même dans un monde sans loi. La violence règne et pire encore puisqu'elle a été institutionnalisée. Lors de conflits c'est aux citoyens de se charger des "rebelles" qui portent alors le titre de Hunter Warrior qui en apportant la tête des déviants sont réconpensés. Le tout dans un monde où il ne sera jamais possible de s'élever. Tous vivent le regard tourné vers la cité mais aucun ne pourra l'atteindre. Regards par ailleurs attirés par le mystère de Zalem puisque nul ne sait vraiment le mode de vie qui y a lieu et seules des rumeurs circulent.
Dans tout ce beau merdier, il faut le dire, Yukito Kishiro a su créer des personnages charismatique avec en tête Gally. Un personnage à différentes facettes. On suit son évolution, un peu comme un enfant qui grandit. Elle a le comportement d'une pré-adolescente dans le premier tome puis prend confiance en elle, découvre l'amour pour devenir une femme sûr d'elle. Mais autant elle est une guerrière impitoyable lors de combat, autant elle se montre aussi parfois plus fragile. Autour d'elle gravitent d'autres personnages comme Ido, la figure paternelle dont la relation avec Gally est parfois un peu ambigu.
Là où je trouve la fracture entre la première et la seconde partie, c'est qu'au cours des cinq premiers tomes l'on suit Gally dans son nouvel apprentissage de la vie mais en même temps à la poursuite de son passé disparu. Elle se donne un but et devient HunterWarrior. Clairement, nos héros évolue dans une toile sombre, violente où il n'y a finalement pas de but, pas de raison à donner à son existence hormis la survit. Les ennemies qui apparaissent, particulièrement cruel se révèlent eux aussi simplement détruit par la vie qu'ils ont menés. Car il a fallut se battre. Ainsi les victoires paraissent d'autant plus ameres. L'amour brisé de Gally qui renforce ce fait la poussera à quitter Ido au profit de courses toujours hypers violentes pour un but qui est son passé, jamais l'avenir. Un passé révolu dont elle a tout oublié.

En revanche, avec le sixième tome débute cette seconde partie. Les personnages hormis exception semblent terriblement moins charismatique et certaines mises en scène assez moyenne comme le combat de Gally contre des ninjas dissimulés dans le desert. L'histoire d'amour avec Fogia également se montre des plus artificielles alors que l'auteur avait pris le temps de développer les sentiments naissant de l'héroïne sur plus d'un tome pour Yugo. En s'éloignant de la décharge, l'atmosphère parait de même beaucoup moins tragique, avec des fermes où la vie semble paisible.

Malgré tout, tout n'est pas noir dans cette partie. Je trouve notamment l'idée de tenter de faire tomber Zalem à l'aide d'un armement lourd bien trouvé surtout dans ce monde où la violence est permanente. Nous y retrouvons aussi de l'émotion avec en tête de liste les retrouvailles avec Ido. Le personnage de Desty Nova y est développé et est un personnage que je trouve fascinant, complètement barjo mais aussi un vrai génie. Dans un même temps est développé la vie présente sur Zalem même si je repprocherai le manque de "vie parfaite". Notamment à la première apparition de Lou celle-ci est appeuré en passant dans une ruelle étroite et hurle au violeur. Dans ce monde proné comme parfait il y a donc de l'insécurité dans les rues et des violeurs ?

En somme, j'ai passé avec tout ça une excellente lecture avec des personnages attachants et une histoire prenante. Le dernier tome est par ailleurs très émouvant que ce soit sur la fin de la partie Barjack comme de la conclusion finale.
_________________
Qu'est-ce que le bronzage à part une cuisson pas terminé ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 22/02/13 09:55    Sujet du message: Répondre en citant

Un manga que j'ai découvert sur le tard, en 2011 pour être précis (à l'instar de Yuyu Hakusho et de Akira). Mais c'était une bonne chose, cela permet de garder en réserve quelques bons titres potentiels pour les jours de disette. Depuis, Gunnm appartient à mes manga favoris.
Je vous remets ma chronique d'époque :

Avec la prolifération des sites de collection et de notation, le 10/10 – la « note ultime », le « Saint Graal » – est désormais tellement employé qu’il en perd tout son sens… Je connais même des endroits qui proposent la note de 11/10 pour les œuvres "vraiment exceptionnelles", ce qui est – avouons-le – absolument ridicule.
Pour ma part, je considère que cette attribution doit rester extrêmement rare, et se limiter à la crème de la crème. Prenons les manga : cela fait plus d’une dizaine d’années que j’en lis, et je n’ai pas chômé puisque j’ai depuis longtemps dépassé les 2000 tomes parcourus pour quelques 150 séries environ. Pour autant, je considère avoir donné une telle appréciation à moins d’un manga par an en moyenne. Et aujourd’hui, je viens de terminer le 9ème titre que je place ainsi au panthéon de ce média.

A mon sens, cette appréciation – toute personnelle, j’en conviens – dénote à elle-seule tout le bien que je peux penser de Gunnm. Mais il s’agit d’une œuvre qui le mérite amplement.
Gunnm est un manga qui repose moins sur un scénario que sur un environnement et des personnages, même s’il serait plus juste de dire que tout est lié, et que le mangaka utilise judicieusement les arcs du début – qui semblent manquer d’une direction claire – dans la trame qui se met progressivement en place.
Le monde de Gunnm constitue probablement le point fort de la série, ainsi que son utilisation par l’auteur. La société de la Décharge s’est organisé sous Zalem, ville mythique reliée à la Terre par des câbles qu’il est impossible d’atteindre depuis la surface, et qui impose sa loi sur les habitants. Ici, le corps humain est une marchandise, et le quotidien fait de violence. Un univers qui permet d’aborder de nombreuses histoires : manipulation physique d’êtres humains pour les transformer en monstres, chasseurs de prime financés par Zalem pour éliminer tous les contrevenants, sports extrêmes, rébellion contre le système, eugénisme, complots, et autres mystères seront au programme. Cet environnement offre énormément de possibilités, et si certaines de ses exploitations semblent futiles, non seulement cela permet de voir évoluer le personnage de Gally – femme combattante magnifique et captivante – mais surtout l’écriture demeure à un tel niveau de qualité que le plaisir de lecture reste toujours intact.

Cette diversité, qui prend toujours comme toile de fond ce monde sanglant et immoral, permet aussi de varier les émotions proposées. Gunnm est un manga qui peut ne pas manquer d’un certain humour, tout en déployant des séquences dramatiques ou morbides voire même glauques. Gally étant conçue pour le combat, l’action ne manquera pas ; et dans un univers aussi impitoyable, cela signifie qu’elle s’accompagne toujours de morts parfois bien dégueulasses et que même des personnages principaux peuvent y passer, augmentant au passage la charge émotionnelle de l’œuvre.
Gunnm se distingue par son alchimie, cet équilibre où chaque point semble pensé pour contribuer à la création d’un titre culte. Outre son environnement cyberpunk original, ce manga s’impose par sa richesse en terme de contenu, et la qualité avec laquelle ce contenu se trouve traité par un mangaka en état de grâce. Gunnm captive et prend aux tripes, avec des arcs parfois uniquement orientés vers l’action brute chargée en adrénaline, et d’autres beaucoup plus sombres et inquiétants, faits de mystères et de secrets inavouables. Et l’ensemble se concrétise toujours par des histoires passionnantes et mémorables.
Pour résumer, j’ai compris en le lisant pourquoi ce manga jouissait du statut d’œuvre culte, statut qu’il n’a certainement pas usurpé. Alors si vous ne l’avez pas lu, foncez réparer cette erreur ! Vous ne le regretterez pas.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Corti
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 22/02/13 15:10    Sujet du message: Répondre en citant

Et en lisant Gunnm, n'oubliez pas de manger du flan !

(ce message est sponsorisé par la Desty Nova Inc.)
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 14/11/18 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis étonné de ne voir aucune réaction à l'approche de la sortie du film de Gunnm sur ce forum alors que les fans du manga originel sont relativement nombreux.

La nouvelle BA est dispo depuis hier et je suis impressionné par le nombre d'éléments que semble contenir le film (il va durer 5h ou quoi ?). En tout cas, hormis le parti pris des grands yeux de Gally (déstabilisant, mais qui se défend), visuellement, ça a l'air d'être un film de grande qualité. Et j'ai bien envie de le voir.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
melvin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 15/11/18 14:40    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, j'ai vu la seconde bande annonce et elle fait plus envie que la première, surtout avec les images du Motorball. Si on arrive à passer outre le problème des gros yeux et l'aspect relativement propre et ensoleillé des visuels de la décharge, le rendu global de l'univers dans ces quelques minutes montre que le film a de bons effets spéciaux et qu'il y a quand même un budget conséquent derrière. Ce n'est pas un truc cheap ou un film bâclé.
Après, je suis toujours réticent envers ce type d'adaptation, difficile de surpasser une bande dessinée quand son créateur possède un style graphique personnel qui créé une ambiance et avec des personnages forts et marquants durs à incarner en chair et en os. Je reste curieux de voir le résultat final.
Dans les films récents, Ghost in the Shell, par exemple, était sympathique sans plus, pas la catastrophe que j'imaginais au départ mais pas non plus un film que je voudrai revoir.
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Corti
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 15/11/18 14:57    Sujet du message: Répondre en citant

Bah heureusement que c'est beau avec le pognon de Cameron derrière.

Mais je voie juste le syndrôme Avatar. C'est beau, mais totalement inintéressant derrière.

Le truc qui me déçoit, c'est qu'il n'y a que Gally en mode défiguré. Tant qu'à utiliser le concept, autant aller jusqu'au bout et avoir une grande variété faciale.

Mais non. Donc ça va être un film à la base de : J'ai pas une gueule humaine, mais je suis humaine au fond de moi, c'est le plus important. Un film qui ne va qu'effleurer la nature humaine, et qui va avoir le même travers que le film GitS où l'existentialisme de Masamune Shirow est transformé en une vulgaire quête identitaire.  

Et pis Hugo a quand même une sacrés tronche de cake.

Et pis personne ne mange de flan. (bon OK, c'est normal ça, le Desty apparaît plus tard quand même. Si le film marche, on aura ptêt une suite qui sait).

Bref, un film que je verrais à la télé avec des bières. Parce qu'il ne vaut probablement pas mieux.
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Bp
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 08 Mai 2003
Localisation : Sur la Drina

Message Posté le : 15/11/18 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Mais je voie juste le syndrôme Avatar.


C'est très bien, Avatar.
_________________
ALLIANCE, n. In international politics, the union of two thieves with hands so deeply inserted in each others pockets that they cannot separately plunder a third.

Ambrose Bierce
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Corti
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 16/11/18 16:28    Sujet du message: Répondre en citant

Ca dépend du quel tu parles évidemment. Sourire
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 06/02/19 23:41    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai envie de relire mes tomes mais ils sont chez mes parents.

Parce que je viens de sortir de Battle Angel Alita, et donc je vais imiter sushi sur Nicky Larson et en dire deux mots.

Sans avoir vu les bandes-annonces, et bien que les adaptations hollywoodiennes de productions nippones n'aient pas bonne presse - à l'exception du Speed Racer des sœurs Wachowski - je suis allé voir le film dans de bonnes dispositions. Il faut dire que le choix esthétique de Gally, très décrié, ne me dérangeait pas plus que cela. Et puis, il y a les noms derrière ce projet : James Cameron à la production, et Robert Rodriguez à la réalisation. J'apprécie ce-dernier malgré quelques projets décriés par le passé, et surtout, cela fait plaisir de voir un cinéaste expérimenté derrière la caméra, à une époque où de nombreux blockbusters semblent confiés à des inconnus.

J'ai commencé à avoir des doutes en voyant l'interdiction aux moins de 12 ans associée au film, alors que j'habite dans un pays traditionnellement plus sévère que la France en matière de classification. Nous parlons de Gunnm, manga passablement gore et violent, et même si je sais qu'une adaptation répond forcément à ses propres impératifs et que je ferais mieux d'oublier l'original, cela reste difficile de mettre une de mes séries favorites de côté.

Car il s'agit effectivement de Gunnm passé à la moulinette d'Hollywood, avec son histoire d'amour, son héroïne en pleine crise d'adolescence (entre deux larmes), ses substituts parentaux, son sang bleu, et ses chiens qui meurent hors-champ. A se demander pourquoi les habitants de la décharge veulent partir pour Zalem, puisqu'il y fait bon vivre si nous mettons de côté l'absence de police (sans doute un avantage compte-tenu du climat actuel) et quelques rares voleurs de membres (à aucun moment la prolifération de figurants avec des bras artificielles n'est réellement questionnée).

Même sans vouloir comparer l'adaptation à l'original, le scénario souffre de vouloir condenser plusieurs arcs dans une même histoire, avec chacun ses enjeux et ses antagonistes, qui se croisent et se font écho. A plusieurs reprises, j'ai été consterné par ce que je voyais, moins en raison de ce qui a été fait de la série, mais devant l'accumulation de clichés qui ont été rajoutés par-dessus pour faire joli. L'écriture pose problème, même si cela se ressent surtout à la fin. Enfin ce qui tient lieu de fin.

Pourtant, j'y ai cru, souvent. La direction artistique s'avère très réussie, originale si nous les comparons à la majorité des productions américaines, c'est vraiment agréable à l’œil et nous sentons bien les moyens mis en œuvre à l'écran. Le corps d'Alita s'avérant particulièrement fin et soigné. Autre aspect qui fait sacrément plaisir : le cinéaste sait tenir sa caméra, d'où des scènes d'action lisibles et efficaces, avec un soin particulier apporté aux quelques instants consacrés au rollerball. Cela ne vaut pas l'inventivité délirante d'un Speed Racer, mais ne boudons pas notre plaisir pour autant.

Tout cela mis bout-à-bout, ce long-métrage est logiquement décevant pour une adaptation de Gunnm, mais m'apparait comme un honnête divertissement hollywoodien, voire même dans la moyenne haute ; mais sans doute plutôt destiné à un public adolescent, du fait du traitement du personnage d'Alita. A condition de ne pas connaitre l'original ou d'arriver à le mettre de côté pendant deux heures, je pense que cela devrait passer.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation