Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Chroniques littéraires (3)
Se rendre à la page : Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> Tribune libre
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
muse
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 06 Fév 2008

Message Posté le : 20/03/16 20:43    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis à la recherche de conseils sur la littérature japonaise ( ancienne ou moderne)

J'ai lu quelques Murakami (j'aime bien mais ne suis pas fan non plus)
Des œuvres de Yoko Ogawa mais je me suis un peu lassée
J'ai découvert Kawakami Hiromi récemment que j'apprécie bien.
Et récemment j'ai beaucoup aimé Le restaurant de l'amour retrouvé d 'Ito Ogawa et Les délices de Tokyo de Sukegawa. J'en profite pour signaler que le film de Naomie Kawase inspiré du livre est très beau.
J'ai aussi commencé à lire des policier de Higashino.
Suis assez fan de Natsume Soseki

Bref mes questions:
-Connaissez vous MAYUZUMI Madoka ?
-Avez vous des suggestions de lecture en littérature japonaise ? Des œuvres qui sortent peut-être des sentiers battus (ou pas) surtout qu'il faut qu'elle soit en français

merci
_________________
https://lespetiteslecturesdevirginie.wordpress.com/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flore
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Mars 2008
Localisation : Strasbourg

Message Posté le : 21/03/16 13:48    Sujet du message: Répondre en citant

Je dois dire que je suis en général très hermétique à la littérature japonaise. Je pense que c'est dû surtout à une différence dans l'écriture qui est inhérente à la langue qui fait que j'ai du mal avec le style des passages descriptifs.
Une exception, j'ai bien aimé Ikebukuro West Gate Park de Ishida Ira, qui ne révolutionne rien du tout mais qui se lit avec plaisir (et qui se déroule dans mon quartier préféré de Tôkyô).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Moonkey
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 07 Sept 2005
Localisation : Saint Marc

Message Posté le : 21/03/16 15:35    Sujet du message: Répondre en citant

j'ai bien aimé Ikebukuro West Gate Park aussi.
J'ai lu un bouquin des enquêtes de Kindaichi qui était bien aussi.
_________________
Mon blog: http://www.gameblog.fr/blogs/moonkey/
Facebook:
http://www.facebook.com/pages/Moonkey/24786153307
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
muse
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 06 Fév 2008

Message Posté le : 22/03/16 18:36    Sujet du message: Répondre en citant

ok. merci
je vais tenter Ikeburo west gate park
_________________
https://lespetiteslecturesdevirginie.wordpress.com/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 09/09/16 22:41    Sujet du message: L'investiture des dieux (Fengshen Yanyi) Répondre en citant

L'investiture des dieux (Fengshen yanyi) de Xü Zhonglin



Grande fan de Hôshin de Ryû Fujisaki depuis ses débuts, j'ai toujours eu envie de lire ce livre. D'autant plus qu'aux débuts des années 2000, je découvrais l'existence de classiques chinois souvent traduits dans la collection onéreuse de La Pléiade, format assez difficile à lire (expérimenté avec Xiyouji...). En 2004, je reçois en cadeau le roman à l'origine du manga dont je suis fan absolue. Avec les aléas de la vie, je n'ai pas pu le lire en 2004, puis des années plus tard, je l'ai un peu oublié (je l'ai commencé plusieurs fois sans jamais dépasser la page 100, c'est que le format, les pages lourdes, le rendaient pénible à porter sur soi). En gros, ce roman est devenu mon plus grand adversaire, la némésis de ma bibliothèque. Chaque fois que mes yeux se posaient sur lui, ma conscience me disait d'arrêter de remplir mes bibliothèques... Il y avait un autre livre dans cette catégorie, et je suis fière de l'avoir terminé cette année aussi: Au bord de l'eau. A la différence que ça ne fait "que" 10 ans qu'il est chez moi Mort de rire .

Ceux et celles qui ont lu le manga connaissent l'histoire, puisque Fujisaki a effectivement gardé celles-ci, tout en y ajoutant ses délires. En lisant ce roman, j'ai trouvé que Fujisaki a vraiment fait une excellente adaptation. J'ai d'ailleurs très envie de relire les 23 volumes (ma dernière lecture date de l'été 2010). Je me suis aussi rendu compte à quel point Fuyumi Ono a pu être influencée par ce roman pour sa série Les 12 royaumes (hâte de lire un nouvel opus, en cours d'écriture, qui ne sortira probablement pas ici Triste ). Le roman est attribué à Xü Zhonglin (Hsü Chonglin dans la retranscription de Youfeng, très différente du pinyin adopté par Glénat dans le manga). Il s'agit d'un récit antique sûrement de tradition orale et compilé au 16ème siècle sous la dynastie Ming.

On est en 5000 avant JC, sous la dynastie Yin (aussi connue sous le nom de Shang). Le Roi Zhou est le 28ème souverain ou Fils du Ciel d'un Empire prospère. Malheureusement, il a un point faible (comme notre cher DSK): les femmes. C'est ainsi qu'il insulte la déesse Nüwa qui va se venger en essayant de détruire cette dynastie vieille de 600 ans. Et puis, c'est aussi la Volonté du Ciel (non pas du D) puisque ce souverain n'a plus vraiment les faveurs. Car le nouveau souverain, lui, se trouve à l'Ouest, à Xiqi, pour fonder la dynastie Zhou. En épousant Su Daji, le Roi Zhou devient un souverain cruel avec son peuple, se vautrant dans la débauche, massacrant ses censeurs, bafouant la morale (et ses ancêtres). La révolte gronde et c'est le taoïste Jiang Ziya (Taigong Wang dans le manga) qui est chargé d'aider le futur souverain bénéficiant des faveurs du ciel.

Le livre est édité en France par Youfeng, maison dont j'entends souvent peu de bien à propos des traductions. Le format est grand, les pages sont fines mais le papier lourd, la couverture est souple, bref ce n'est pas l'idéal à lire dans les transports (là où j'ai le plus de temps). Je ne parle même pas des moments où je ne trouve pas de place dans le métro. Youfeng ne trahit pas sa réputation: si je n'ai rien à redire sur le style du traducteur - et son français - (Mr Garnier), ce n'est pas le cas de la relecture. En effet, j'ai cru que celle-ci manquait à l'appel jusqu'au mot de remerciement à la relectrice pour sa patience Mort de rire . Le livre est en effet peu avare en coquilles en tout genre: conjugaison de verbes à la mauvaise personne, problème d'articles (le/la), noms de personnages (parfois tout attaché parfois séparés par exemple Huang Tianxia ou Tian Xia), noms de personnages erronés (alors qu'il y en a beaucoup, les confusions peuvent empirer la lecture). Mais au moins, j'ai trouvé la traduction bonne, contrairement à d'autres livres de l'éditeur (le tome 2 du Héros chasseur d'aigles de Jin Yong est apparemment à pleurer, ou encore Les trois royaumes, pas celui chez Gallimard). Précisons aussi qu'il ne s'agit pas d'une traduction, mais d'une adaptation: le traducteur résume parfois des passages (petite police) et jugez plutôt: le livre fait 3000 pages à l'origine et en fait 900 en français. J'avoue que ça a arrangé mon affaire car je ne vais pas vous le cacher: j'ai dû batailler pour sortir de ce livre tellement c'était difficile.

La première moitié du livre est plutôt facile à lire. On se concentre sur l'intrigue dans le monde des humains, et dans la cour de Zhaoge, capitale de l'empire. On y voit, comme dans le manga, la cruauté du souverain, la manipulation de Daji, le gril (paolao dans le manga), la fosse aux serpents et j'en passe. Taigong Wang (Jiang Ziya) n'apparaît qu'au 15ème chapitres (environ page 170) du roman. Dans le manga, on ne sait pas que Daji est la fille d'un ministre possédée par l'esprit d'une renarde, ou l'existence de Nüwa, on sait juste que Daji manipule l'Empereur alors que dans le roman, on voit que Zhou a avant tout insulté la déesse Nüwa. On sait dés le départ dans le roman que Daji était une jeune fille innocente. La première partie est donc facile à lire, intéressante, même si les redondances ont déjà lieu: l'énumération des cruautés de Zhou à quasiment chaque chapitre par exemple.

La difficulté se fait sentir à la moitié de l'oeuvre, lorsque Wenwang décide de se rebeller contre l'Empereur en écoutant Jiang Ziya. Car c'est simple, les combats entre taoïstes (pas tous immortels, contrairement à ce qu'on peut croire en lisant le manga Surpris seuls quelques uns le sont) sont interminables. Surtout, il y a tellement de personnages, tellement de combats qu'on ne sait plus trop qui est mort, qu'on ne se souvient pas de tous. En effet, les personnages ne sont pas travaillés (c'est tout de même un récit antique, pas comme dans le manga) ni très charismatiques et on a donc du mal à ressentir de l'empathie pendant les multiples décès. Les combats sont extrêmement monotones qui plus est, en particulier au moment où les membres de la secte hétérodoxe (les immortels de Jin Ao dans le manga) font leur apparition avec les dix machines (période Zhao Gongming): on provoque un personnage du camp de Ziya, on combat, on se fait avaler par la méchante machine, un autre taoïste va libérer et détruire la dite machine et ainsi de suite... La fin du roman s'intéresse de nouveau à l'Empereur (50 dernières pages?). En plus des machines, il y a aussi les cinq passes qui gardent la capitale à franchir. Chacun de redire pourquoi il défend telle position (redondances!!! débauche de l'Empereur d'un côté, non respect des liens père-fils, souverain-sujet de l'autre), combats ennuyeux à la clé aussi... Il y a plus de combats que dans le manga car plus de personnages, plus d'étapes aussi (à mon grand dam).

Autre chose, l'ambiance sympa du manga n'y est pas (on s'y attendait). Chose qui m'a surprise, alors que Taigong Wang est pacifiste, il n'en est rien de Jiang Ziya dans le roman. En effet, celui-ci se révèle cruel et même sadique, adorant les têtes décapitées!!! Il se délecte du spectacle de têtes juchées sur des piques par exemple ^^; . Il est même prêt à tuer des soldats de son armée pour la moindre faute aussi... L'autre point dérangeant est la vision des femmes, mais ce n'est pas surprenant dans les romans de cette époque (Au bord de l'eau dans le genre misogyne...). Ici, il y a l'union entre Tu Xingsun (la taupe du manga) et Deng Chanyu (l'espionne) qui est un mariage forcé (parce qu'un des taoïstes a vu que les deux sont unis par un fil rouge => destinés à devenir époux) voire pire: un enlèvement puis un viol (Tu Xingsun fait tout pour avoir des relations sexuelles en convainquant avec cette histoire de fil rouge Choqué ) puis dés qu'il la caresse, évidemment elle ne résiste plus... Autre mariage quasi forcé: celui de Ziya avec une femme décrite comme, évidemment, acariâtre. Celle-ci se sépare de notre héros en demandant le divorce alors qu'il lui dit qu'il est promis à de grandes choses. Punition à la fin car il devient effectivement Premier ministre du nouveau souverain: elle finit par se suicider car mariée à un paysan pauvre alors qu'elle a eu tort (bouuuuh). Sans parler de Huang Feihu qui se rebelle parce que l'Empereur a voulu toucher à sa femme (et celle-ci "garde sa vertu" en se suicidant, quelle attitude pure et tout et tout...) et a tué sa soeur, mais voyons, pourquoi, ce ne sont que des "histoires de bonnes femmes". Mais quand ton frère ou ton père meurt, là, c'est une autre histoire Mort de rire (la vengeance étant un devoir).

J'aurais dû parler d'Au bord de l'eau quelque part car je ne pense pas le relire un jour (et les souvenirs ne restent pas ad vitam eternam). Ce dernier est plus long (2000 pages) mais beaucoup plus fluide (malgré certaines répétitions, le running gag des dépeçage était assez tordant ceci dit) et moins moralisateur aussi.

Je me sens aujourd'hui soulagée Sourire . Jusqu'au bout, l'auteur du cadeau aura réussi à m'agacer Mort de rire (en même temps, je l'aurais toujours gardé dans un coin pour le lire, ce livre). Enfin, L'investiture des dieux, contrairement à ce qu'on nous fait croire, ne fait PAS partie des 4 grands livres. Le quatrième est Le rêve dans le pavillon rouge (dont la lecture est aussi prévue, autre némésis). Je continue mon oeuvre: finir mes lectures passées pour pouvoir, un jour, lire ce que j'achète Sourire .
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Corti
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 31 Mai 2006
Localisation : Sous la pluie... C'est pas dur de trouver où.

Message Posté le : 11/09/16 22:53    Sujet du message: Répondre en citant

Intéressant tout ça, en tout cas, tu ne donnes pas vraiment envie de le lire tant ça semble redondant. ^^"

Quoi, les femmes sont maltraitées dans Au Bord de l'Eau ? Je ne vois pas DU TOUT ce que tu veux dire Très content
Après tout, y'en a bien une ou deux dans les Étoiles du Destin, elles sont traitées honorablement (ou pas).

Je me permets de disgresser sinon :

Citation:
Fuyumi Ono a pu être influencée par ce roman pour sa série Les 12 royaumes (hâte de lire un nouvel opus, en cours d'écriture, qui ne sortira probablement pas ici Triste


Tu as une source sur ce point ? Ça fait tellement longtemps que je n'avais pas de nouvelles de l'auteur que je suis preneur de toutes infos ![/i]
_________________
(ou pas ?)
"That Others May Live" -- Rescue Wings
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 12/09/16 10:29    Sujet du message: Répondre en citant

Oui il y a bien deux femmes ou trois de la bande qui sont pas trop mal traitées, dont Sun l'Ogresse qui tient une auberge (où je ne mettrai jamais les pieds Mort de rire Mort de rire ). J'adore le coup de Wu Song quand il va chez son frère et l'autre "pétasse" de belle-sœur qui drague tout ce qui bouge...

D'après Manga-news, un volume serait en cours. Apparemment, ce n'était pas le carton chez Milan et même La charmeuse de bêtes n'a jamais terminé (2/4)


(je sais que la description que je fais de L'investiture des dieux ne donne pas envie. Après sur Amazon.fr il y a des avis plus positifs que le mien. J'ai galéré à le lire et j'étais vraiment soulagée à la fin)
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
muse
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 06 Fév 2008

Message Posté le : 15/09/16 09:43    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Précisons aussi qu'il ne s'agit pas d'une traduction, mais d'une adaptation: le traducteur résume parfois des passages (petite police) et jugez plutôt: le livre fait 3000 pages à l'origine et en fait 900 en français.


Je viens de découvrir un truc. je ne savais pas que cela existait l'adaptation d'un livre par un livre !
Merci pour ton post. c'est intéressant Clin d'oeil
_________________
https://lespetiteslecturesdevirginie.wordpress.com/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 15/09/16 12:23    Sujet du message: Répondre en citant

Si ça existe, et je pense que Les quatre filles du docteur March a été en réalité plus une adaptation qu'une véritable traduction. Je l'ai découvert en lisant des articles sur Internet car il y a eu de nombreuses analyses de traduction, notamment le personnage de Jo dont le langage, la gestuelle est gommée pour la faire paraître bien moins "garçon manqué". De plus, le titre même est une trahison, le titre anglais étant Little Women, des femmes "en devenir" mais qui ne le sont pas encore (et qui peuvent du coup aspirer, peut-être, à autre chose). Là, elles sont réduites aux quatre filles d'un personnage que l'on ne voit même pas ou presque Mort de rire

Je crois que même au Japon, L'investiture des dieux a été traduit mais fortement adapté (d'après ce que j'ai pu lire en bonus des manga de Hôshin)
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 15/12/16 01:45    Sujet du message: Répondre en citant

Cette année, je considère avoir accompli un exploit. J'ai pu lire trois longs romans chinois:
- Au bord de l'eau
- L'investiture des dieux
- Le rêve dans le pavillon rouge

Mes plus grands adversaires enfin affrontés! C'était parfois bien difficile de lutter contre l'envie de lire quelque chose de plus simple (et voir tous les manga défiler sur Twitter n'a pas du tout aidé!!!!).

Un post qui ne sert à rien mais je voulais exprimer ma joie ^^ . Sur les 3 romans, un seul était vraiment pénible à lire. Le dernier m'a beaucoup plu, c'est le moins connu des 4 grands romans chinois mais celui que j'ai préféré.
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> Tribune libre Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation