Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[LE SABLIER]
Se rendre à la page : Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
cosmos
Mangaversien·ne


Inscrit le : 02 Sept 2002
Localisation : Suspended between being a nobody, nothing and everything.

Message Posté le : 02/10/08 03:21    Sujet du message: Répondre en citant

Pas totalement convaincu pour ma part. Les drames familiaux et leur cortèges d'événements totalement improbables (genre "tu pensais que je t'avais abandonnée mais en fait je veillais sur toi depuis tout ce temps, oh oui pleurons ensemble" : mais bien sûûûr... =_=) m'ont franchement rebuté. Autrement, je trouve que la sensation du temps qui s'écoule est franchement mal rendue : même si chaque chapitre marque une saison et donc une période conséquente, je n'arrive pas à avoir l'impression à la lecture que les mois défilent à ce point.

Ceci dit, maintenant que le décor est planté (et aussi invraisemblable soit-il), on s'attache plus aux sentiments des personnages et là c'est un peu plus intéressant. Par exemple, j'ai particulièrement aimé le passage du tome 4 où l'un d'eux se rend compte qu'il n'est pas le seul à avoir des soucis, que chacun porte son fardeau et se débrouille pour vivre sans en faire un mélodrame. M'enfin je continue surtout de lire parce que le manga est censé couvrir 14 ans de la vie d'An. Là où la plupart des romances s'arrêtent au moment où les deux tourtereaux peuvent enfin être ensemble, Le sablier explore ce qu'il y a après : les difficultés qui surviennent au fil du temps, comme les deux amoureux qui se retrouvent à vivre à des centaines de kilomètres l'un de l'autre et doivent continuer leur histoire à distance etc. Un peu de nouveauté, en quelque sorte.
_________________
"Dude, I accept the truth of your lived experiences, and I'm not going to tell you that your feelings were wrong." Squirrel Girl
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
skye
Mangaversien·ne


Inscrit le : 26 Mai 2007

Message Posté le : 06/10/08 18:13    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai moins aimé ce volume 4. L'histoire de Daigo et An piétine et Shiika passe à l'action dans les 2,3 dernieres pages seulement.

Celle de Fuji et de son ange gardien (mère divorcée, 4 enfants) reste la seule chose potable à se mettre sous la dent.

J'ai apprécié l'apparition d'un nouveau perso, la cousine de Fuji, qui peut être sera développé et réutilisé plus tard. Ce qui pourrait relancer l'histoire au niveau des liens d'amitié ou amoureux entre les perso principaux.

Le passage d'An-hôtesse de bar m'a bien fait marrer (le sourire). Et Daigo est toujours aussi mignon. Miam-miam ! Très content
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 09/10/08 17:24    Sujet du message: Répondre en citant

Je me suis posé beaucoup de questions à la lecture de ce tome, sur ses qualités, mon attachement à l'histoire ou aux personnages, ou encore sur ma façon de "consommer" la série.

Mais en fait, mon avis/ressenti rejoint à 200% celui de skye. J'en conclu donc que le problème ne vient pas forcément de moi...
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 09/10/08 17:38    Sujet du message: Idem Répondre en citant

Pour ma part, le tome 4 m'est tombé des mains et je n'ai pas encore réussi à le terminer. Déjà que j'avais trouvé le volume 3 plutôt "bof"... Quand je pense qu'il y a encore 6 tomes à lire...
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Laotzi
Mangaversien·ne


Inscrit le : 07 Jan 2003
Localisation : Paris

Message Posté le : 09/10/08 20:40    Sujet du message: Répondre en citant

Bah oui ça vient de vous Moqueur J'ai trouvé ce tome 4 tout aussi excellent, vraiment. Extrêmement tendre, sensible, émouvant et fin, comme les précédents. Y a que Shiika que je n'aime pas trop. On voit moins le temps passer également (on passe seulement d'une saison à l'autre) mais c'était prévisible.

Herbv > Heu, rien ne t'oblige à continuer la série et les "6 tomes à lire", ça te laissera plus de temps pour Ichigo 100% Moqueur
_________________
"Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. (...) Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse." Victor Hugo, Napoléon Le Petit.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
shun
Mangaversien·ne


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 19/01/09 11:55    Sujet du message: Répondre en citant

un très bon volume 6, dans la continuité des précédents. l'auteur mise tout sur les sentiments, les questionnements, les doutes et peurs.
an doute et l'ombre de sa mère est une des raisons.
l'évolution sur ce tome était par contre un peu moyenne, dommage que fuji n'ai servi qu'a "ça", même s'il est bon que l'auteur ne traine pas trop cette histoire, dés le début de leur relation le doute est là. j'ai bien aimé qu'on oublie pas forcément la grand mère.
ça ma fait bizarre l'histoire du premier baiser avec fuji, après tout ce qui c'est passé et avec un tel traitement psychologique, se prendre la tête pour "si peu", la vision est très différente entre nos 2 pays.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
welcomecharles
Mangaversien·ne


Inscrit le : 08 Fév 2003
Localisation : Clermont-Ferrand (le pays des rangers et des bishonên)

Message Posté le : 16/02/09 01:12    Sujet du message: Répondre en citant

Celà fait longtemps que je n'ai pas donné mon avis sur un manga Très content

Alors voilà j'ai acheté la premier tome de "LE SABLIER" et j'ai bcp bcp aimé Moqueur Moqueur


Il faut dire que je suis en période fleur bleue, du coup j'avais aussi acheté le premier tome de COMME ELLES car j'avais bien aimé la façon dont la série avait été vendu par AKATA, c a d comme un série sans amour à la con avec des personnages suranés qui serait en phase avec notre époque, dans la veine de Nana et tout... Et ben BOF BOF BOF ! Série réaliste ? Moi quand j'étais en 3eme je faisait pas des apero-rencontre et je me tapais pas des meufs à tour d bras dans des love hôtels , d'ailleurs j'aurais jamais eu les moyens de me payer des hotels Roulement des yeux . J'ai donc laissé tomber cette série aussi mauvaise que la moyenne des shojos (et je rugis de voir que je suis encore capable de tomber dans le panneau d'un éditeur qui m'assume pas d'éditer des mangas moyens).

Bref je me suis laissé tenter par la jolies couverture du SABLIER de Kana, et je ne le regrette pas !

J'aime beaucoup la façon dont est raconté l'histoire, en flash back.
J'aime aussi beaucoup le fait que l'action se passe à la campagne, c'est beaucoup plus proche de ma propre jeunesse que Tokyo, ce qui ce qui rajoute un côté nostalgie
Les thèmes sont intéressants, assez sombre au premier abord, mais l'auteur sait y mettre des pointes d'humour avec beaucoup de talents, ce qui allège le tout, du coup on tombe pas dans le pathos. En parlant de thèmes, les protagonistes ne baisent pas le premier soir, le mec n'a pas le regard nonchalant de bogossitude à la con, autre bon point Mort de rire

Le dessin est très agréable, à mon goût, avec des SD marrants !


Voilà, je vais vite m'acheter le tome 2 et les autres.
Je suis content, ça faisait longtemps que j'avais pas aprécié un shojo ! Et en plus là j'ai les mêmes gouts que Laotzi, et ça c'est la classe Cool
_________________
Et en plus j'ai même pas acheter Ichigo 100% !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Saishû Heiki Kareshi
Mangaversien·ne


Inscrit le : 02 Déc 2002

Message Posté le : 16/02/09 02:03    Sujet du message: Répondre en citant

welcomecharles a écrit:
Il faut dire que je suis en période fleur bleue, du coup j'avais aussi acheté le premier tome de COMME ELLES (...) J'ai donc laissé tomber cette série aussi mauvaise que la moyenne des shojos


Haaaaaaaaaan !!!

Je peux comprendre et admettre sans problème qu'on n'aime / n'adhère pas (à) "Comme elles", mais pas qu'on le compare à "la moyenne des mauvais shôjo".

Perso, "Comme elles", je vais mettre des années à en revenir. Dans 10 ans, je suis convaincu que quand on regardera en arrière, on ne pourra que s'accorder à dire que Sakura Fujisue est l'auteure qui a stigmatisé avec le plus de pertinence et de justesse les doutes de la générations des jeunes d'aujourd'hui.

Moi non plus, quand j'étais au collège (et même au lycée), je ne faisais pas des soirées de rencontres arrangées, je n'allais pas à l'hotel pour baiser. Mais, déjà, j'étais très clairement un bisounours, et j'étais dans une certaine bulle de naïveté. En outre les jeunes d'aujourd'hui me semblent être, au moins dans les apparences qu'ils tentent de se donner, beaucoup plus précoces qu'à mon époque (je ne connais pas ton âge, donc je ne me permets pas d'utiliser un "notre époque").

De toute façon, des garçons plus âgés qui abusent de la naïveté de filles plus jeunes, ça a toujours existé, ça existera toujours. On ne peut pas le nier. Alors non, tous les garçons ne sont pas comme ça, bien heureusement. Mais Sakura Fujisue parle quand même de réalités sociales bien réelles. D'ailleurs, au début de la publication de la série, les lycées et les universités avaient tous des vrais noms, c'était localisé (à Nagoya). Et puis, certains incidents sont réellement arrivés : des jeunes étudiants de "l'université S" avaient abusés de jeunes lycéennes. Ca a été dévoilé dans les média locaux, ça a fait beaucoup de bruit.... Pour éviter tout problème, Shueisha a changé le nom des établissements en remplaçant par des lettres les noms, dans toutes les rééditions. N'empêche, le récit de Sakura Fujisue était tellement réaliste que, quelques temps après ses débuts, on découvrait que des faits très similaires avaient lieu en même temps.

En outre, Sakura Fujisue aborde tant de choses dans son manga : le regard de l'autre, la bienséance sociale (car quoiqu'on en dise, chez les jeunes, l'adage "mieux vaut être seul que mal entouré" est complètement illusoire, et ça, l'auteure le montre parfaitement bien), les rapports de domination dans l'amour, les incompréhensions entre les parents et les enfants... Sa description des relations humaines est juste troublante. Ou comment à partir d'un petit rien, une "amitié" naissante peut tomber à l'eau. Ou comment une fille peut se mentir à elle même, pour chercher à atteindre un faux bonheur, et comment cela finit par la détruire petit à petit, de l'intérieur. Je sais que certaines personnes trouvent Kazumi cruche et naïve, qu'elle ne se bouge pas. Pourtant, des filles comme ça, j'en ai rencontrées plein, parfois dans mon entourage proche. D'ailleurs, j'ai filé les volumes de "comme elles" à mon amie d'enfance, et j'avais une idée derrière la tête : lui faire ouvrir les yeux sur sa relation. Ca n'a pas loupé... Des filles qui n'ont pas la force de voir la réalité de leur relation, il en existe trop. Beaucoup trop. Il n'y a qu'à voir les courriers des lectrices qu'on reçoit, pour "Comme elles", justement. C'est flippant parfois de voir la naïveté. En fait, je ne devrais même pas m'exciter comme ça, parce que de toute façon, ces courriers qu'on reçoit, avec des filles qui nous disent "merci pour cette série, ça me donne de la force, je n'arrive pas encore à le quitte, mais petit à petit...", c'est la preuve parfaite qu'on a eu raison de sortir "Comme elles" en France, qu'on ne s'est pas tromper.

Pour moi, "Nana" est à des lieues de "Comme elles", beaucoup moins réalistes. Le but de "Nana", c'est d'émouvoir, de tirer la larme, de faire ressentir au lecteur des émotions. Alors que le regard de Sakura Fujisue dans "Comme elles" est plus cru, plus désillusionné, mais en même temps profondément attendri. C'est pas fleur bleue pour un sous, c'est direct, rugueux.

J'ai hâte qu'on avance dans la série, qu'on arrive au volume 9 / 10 en France. "Comme elles" peut être dur à cerner, car les personnages évoluent lentement, au fil des volumes. Et du coup, il est facile de douter des intentions de l'auteur. Mais ses intentions deviennent justement plus claires vers les volumes 9 / 10, quand Kazumi se prend en main. J'ai beaucoup d'admiration pour ce personnage, pour sa force. J'espère sincèrement qu'elle entraînera avec elle une grande partie des lectrices de "Comme elles".

Kanori, je l'apprécie pour des raisons très différentes. Disons, pour sa droiture d'esprit, surtout. Elle sait ce qu'elle veut, mais elle n'en a pas vraiment confiance. Elle a une grande éthique, une vraie grandeur d'âme, une considération pour l'autre. Mais elle a peur, peur de ses propres doutes, peur car elle n'a pas conscience de sa propre valeur. La scène où elle rencontre Ena, au karaoke, est particulièrement révélatrice du personnage : elle se laisse emporter, elle dit ce qu'elle pense, avec sincérité et honnêteté, et puis ensuite, elle culpabilise, ayant peur d'avoir finalement causé du tord à Kazumi. Idem, sa réaction quand elle apprend que Kôta était au courant du viol de Kazumi est particulièrement belle, rare : elle est capable de remettre en question son propre bonheur, sa propre relation, à partir d'une chose que beaucoup de personnes se contenteraient d'ignorer.

welcomecharles a écrit:
(et je rugis de voir que je suis encore capable de tomber dans le panneau d'un éditeur qui m'assume pas d'éditer des mangas moyens)


On a des séries aux qualités inégales, c'est une certitude. Tous les éditeurs en ont. Mais bien que certains titres soient perfectibles, ils correspondent toujours à une volonté éditoriale, à l'envie de défendre un sujet, de transmettre quelque chose. Tous, sans exception (mais des fois, effectivement, les qualités d'une série ne sont pas à la hauteur des ambitions éditoriales qui vont avec).

Sinon ben, le Sablier, c'est vachement bien.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 16/02/09 09:53    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

Ça c'est du plaidoyer Sourire.

Et ça me fait penser qu'il faut que j'achète (et lise) mes tomes en retard du Sablier et de Comme elles (et que je commence Lollipop...).
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
muse
Mangaversien·ne


Inscrit le : 06 Fév 2008

Message Posté le : 17/02/09 18:21    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
De toute façon, des garçons plus âgés qui abusent de la naïveté de filles plus jeunes, ça a toujours existé, ça existera toujours. On ne peut pas le nier. Alors non, tous les garçons ne sont pas comme ça, bien heureusement. Mais Sakura Fujisue parle quand même de réalités sociales bien réelles. D'ailleurs, au début de la publication de la série, les lycées et les universités avaient tous des vrais noms, c'était localisé (à Nagoya). Et puis, certains incidents sont réellement arrivés : des jeunes étudiants de "l'université S" avaient abusés de jeunes lycéennes. Ca a été dévoilé dans les média locaux, ça a fait beaucoup de bruit.... Pour éviter tout problème, Shueisha a changé le nom des établissements en remplaçant par des lettres les noms, dans toutes les rééditions. N'empêche, le récit de Sakura Fujisue était tellement réaliste que, quelques temps après ses débuts, on découvrait que des faits très similaires avaient lieu en même temps.

En outre, Sakura Fujisue aborde tant de choses dans son manga : le regard de l'autre, la bienséance sociale (car quoiqu'on en dise, chez les jeunes, l'adage "mieux vaut être seul que mal entouré" est complètement illusoire, et ça, l'auteure le montre parfaitement bien), les rapports de domination dans l'amour, les incompréhensions entre les parents et les enfants... Sa description des relations humaines est juste troublante. Ou comment à partir d'un petit rien, une "amitié" naissante peut tomber à l'eau. Ou comment une fille peut se mentir à elle même, pour chercher à atteindre un faux bonheur, et comment cela finit par la détruire petit à petit, de l'intérieur. Je sais que certaines personnes trouvent Kazumi cruche et naïve, qu'elle ne se bouge pas. Pourtant, des filles comme ça, j'en ai rencontrées plein, parfois dans mon entourage proche. D'ailleurs, j'ai filé les volumes de "comme elles" à mon amie d'enfance, et j'avais une idée derrière la tête : lui faire ouvrir les yeux sur sa relation. Ca n'a pas loupé... Des filles qui n'ont pas la force de voir la réalité de leur relation, il en existe trop. Beaucoup trop. Il n'y a qu'à voir les courriers des lectrices qu'on reçoit, pour "Comme elles", justement. C'est flippant parfois de voir la naïveté. En fait, je ne devrais même pas m'exciter comme ça, parce que de toute façon, ces courriers qu'on reçoit, avec des filles qui nous disent "merci pour cette série, ça me donne de la force, je n'arrive pas encore à le quitte, mais petit à petit...", c'est la preuve parfaite qu'on a eu raison de sortir "Comme elles" en France, qu'on ne s'est pas tromper.

Pour moi, "Nana" est à des lieues de "Comme elles", beaucoup moins réalistes. Le but de "Nana", c'est d'émouvoir, de tirer la larme, de faire ressentir au lecteur des émotions. Alors que le regard de Sakura Fujisue dans "Comme elles" est plus cru, plus désillusionné, mais en même temps profondément attendri. C'est pas fleur bleue pour un sous, c'est direct, rugueux.

J'ai hâte qu'on avance dans la série, qu'on arrive au volume 9 / 10 en France. "Comme elles" peut être dur à cerner, car les personnages évoluent lentement, au fil des volumes. Et du coup, il est facile de douter des intentions de l'auteur. Mais ses intentions deviennent justement plus claires vers les volumes 9 / 10, quand Kazumi se prend en main. J'ai beaucoup d'admiration pour ce personnage, pour sa force. J'espère sincèrement qu'elle entraînera avec elle une grande partie des lectrices de "Comme elles".

Kanori, je l'apprécie pour des raisons très différentes. Disons, pour sa droiture d'esprit, surtout. Elle sait ce qu'elle veut, mais elle n'en a pas vraiment confiance. Elle a une grande éthique, une vraie grandeur d'âme, une considération pour l'autre. Mais elle a peur, peur de ses propres doutes, peur car elle n'a pas conscience de sa propre valeur. La scène où elle rencontre Ena, au karaoke, est particulièrement révélatrice du personnage : elle se laisse emporter, elle dit ce qu'elle pense, avec sincérité et honnêteté, et puis ensuite, elle culpabilise, ayant peur d'avoir finalement causé du tord à Kazumi. Idem, sa réaction quand elle apprend que Kôta était au courant du viol de Kazumi est particulièrement belle, rare : elle est capable de remettre en question son propre bonheur, sa propre relation, à partir d'une chose que beaucoup de personnes se contenteraient d'ignorer.


Je suis d'accord sur quelques points avec ce que tu viens de dire .
Kazumi peut effectivement apparaître naïve par son comportement vis à vis d'Ena mais son âge, son amour pour lui et peut-être l'idéalisation qu'elle a d'une relation amoureuse l'empêche de voir ou de vouloir voir ce qui pourrait l'alerter .Peut-être même qu'insonsciemment , elle sait déjà mais c'est trop dure pour elle de l'accepter. C'est un comportement plausible et réaliste qui peut exister .
Kanori semble en apparence forte, battante, mais finalement un peu incapable de prendre le risque d'aimer et de s'ouvrir à l'autre, que ce soit en famille ou en couple, tandis que Kazumi se révèle complètement entière dans son amour pour Ena. Elle donne tout jusqu'à se perdre elle-même et fuir une réalité trop difficile à supporter.
Mettre en opposition ces deux comportements rend interessant ce manga ainsi que l'évolution de ces deux personnages mais c'est pour moi, le seul intérêt !
Par contre , il est irréaliste sur un point : une femme ou une jeune fille qui se fait violer ne réagit pas comme cela , passons , cela peut aussi être en adéquation avec son comportement initial. Mais quand on arrive au passage où elle rappelle son violeur pour lui demander des conseils ou prendre des renseignements sur Ena , quand elle accepte un rendez-vous avec lui et accepte même de monter dans sa voiture ..... INCOMPREHENSIBLE Roulement des yeux Roulement des yeux . Je veux bien qu'elle soit jeune, naïve , un peu perturbée ou complétemnt folle amoureuse mais là faut pas exagérer quand même!!!! ET en plus c'est écrit par une femme Roulement des yeux Ce n'est absolument pas réaliste sur ce point (enfin à mon goût). Ce manga est effectivement difficilement comparable à Nana ou même le Sablier et il s'inscrit dans notre société actuelle et présente une certaine modernité . Modernité complétement ruiné par le passage cité ci-dessus . On se croirait revenu à des temps trés anciens et encore même lorsque les femmes ne connaissaient rien et n'avaient aucune liberté vis à vis de la gente masculine , elles n'étaient pas aussi cruches !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien·ne


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 20/06/20 20:10    Sujet du message: Répondre en citant

La vie est parfois étrange. A sa sortie, je n'avais même remarqué l'existence du Sablier. Quelques années plus tard, c'est par hasard que j'ai découvert Piece, à un endroit alors inattendu. Ayant adoré Piece, je me suis tourné vers le précédent manga de l'autrice.

Il se trouve que j'avais lu les deux premiers tomes, commandé la suite, pour la laisser de côté et ne reprendre ma lecture que la semaine dernière. Le temps d'oublier que la série débute avec une héroïne adulte. Ce fût donc une surprise de la voir grandir, avec parfois des ellipses de plusieurs années. Ce n'est pas si fréquent d'accompagner des personnages sur une période aussi longue de leur vie. Il y a Descending Stories, évidemment. La Nouvelle Vie de Niina couvre il me semble une dizaine d'années. Le plus souvent, nous aurons au mieux une sorte de "que sont-ils devenus" dans le dernier chapitre. Ce que Le Sablier fait aussi, mais à son échelle.

Ce format fonctionne parfaitement. Dans un premier temps, j'ai trouvé dommage de ne pas s'appesantir plus longuement sur les années de lycée, de manière classique. Mais l'autrice a sans doute fait le tour de ce qu'elle voulait raconter à cette période.
Dans la plupart des séries impliquant de la romance, le bonheur des personnages principaux semble acté dès la fin du lycée pour le reste de leur vie, car nous n'avons aucun doute qu'ils resteront ensemble. Ce n'est pas très réaliste. Combien de couples connaissons-nous, dans notre vie de tous les jours, ensemble depuis avant leur majorité et formant un duo toujours aussi solide et amoureux ?
La vie sentimentale d'An parait donc plus crédible. Forcément, elle fait bien moins rêver. Et contrairement à nombre d'héroïnes de shôjo lycéens, elle possède un passé lourd à gérer, et des défauts dont elle a parfaitement conscience. Certains de ses proches diront même qu'ils pourraient être plus heureux si elle n'était pas entré dans leur quotidien. C'est horrible ! Mais c'est la vérité. Et malgré ça, ils restent près d'elle et la soutienne.

Le Sablier m'a bouleversé. C'est (aussi) pour cela que je lis des shôjo et que je ne pourrai pas m'arrêter. Mais en même temps, je me fais du mal ! Ce n'est pas sain de voir ses émotions triturées dans tous les sens comme ça. Non pas que je le regrette, car il s'agit d'un titre magnifique, que j'ai même préféré à Piece. Sans non plus paraitre sadique, l'autrice n'hésite pas à mettre de terribles épreuves sur le chemin de son héroïne. Car cela existe aussi, et que toutes les relations sont pas toujours heureuses et satisfaisantes. Le pic émotionnel des tomes 7 et 8 fait vraiment mal. Et Hinako Ashihara possède un trait splendide pour sublimer l'ensemble.

Un grand titre que je regrette de ne pas avoir découvert lors de sa sortie, mais que j'ai pris un immense plaisir à découvrir aujourd'hui. Et cela m'inquiète, quand je pense aux nombreux titres passés sous mon radar alors que j'aurais pu les adorer tout autant. Certains ne se trouvent sans doute plus, tout le monde ne gère pas son catalogue comme Kana. Et à propos de Kana, j'ai beaucoup aimé les textes en fin de tome, notamment celui sur le Betsucomi. Globalement, l'édition est excellente.

PS : Plus de 11 ans après le dernier message, une belle prouesse !
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 20/06/20 20:43    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

Moi, 11 ans après, je n'ai toujours pas terminé Le Sablier (alors que ça fait des années que j'ai tous les tomes). Comme elles, je ne suis pas allé plus loin que le tome 1 d'après mes bullenotes et Lollipop... j'ai tout lu et bien aimé Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation