Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[LE SABLIER]
Se rendre à la page : 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Laotzi
Mangaversien·ne


Inscrit le : 07 Jan 2003
Localisation : Paris

Message Posté le : 23/03/08 15:48    Sujet du message: [LE SABLIER] Répondre en citant

Le Sablier, Hinako Ashihara, 10 tomes, Kana (prépublié dans le Betsucomi)



La vie d’An se trouve bouleversée à la suite du divorce de ses parents et d’un déménagement à la campagne. Heureusement que Daigo, son nouveau voisin, l’aide à accepter sa nouvelle vie ! Toutefois, An va découvrir que l’amour est à la fois précieux et fugace. [résumé de l’éditeur]

Cela fait extrêmement longtemps que je n’avais pas ouvert un nouveau sujet, mais ce premier tome du Sablier m’a enthousiasmé !

Tout d’abord, le parti pris narratif est original. En effet, ce premier volume est construit, toutes proportions gardées, sur le principe de la Madeleine de Proust. L’histoire débute avec deux sœurs (?), dont la plus âgée semble quitter le domicile familial et fait le tri de ses affaires. Elle remet alors la main sur un petit sablier qu’elle cachait précieusement dans sa boite au trésor. Cela déclenche alors une vaste analepse en deux parties, qui constituent les deux chapitres de ce premier volume, plongeant le lecteur dans l’enfance de la grande sœur, An. Première conséquence de ce choix, outre le fait d’envelopper l’histoire dans un voile nostalgique, le temps de la narration progresse rapidement. Si le premier chapitre nous plonge dans la petite enfance d’An, alors que sa mère vient tout juste de divorcer, le second chapitre intervient après une ellipse d’un an et demi.

Première dimension de l’œuvre, son caractère dramatique. La situation de l’héroïne amène l’empathie du lecteur. Sa mère vient tout juste de divorcer après un mariage totalement raté à Tokyo, qui a entraîné une dépression, si bien qu’elles retournent vivre dans son village d’origine chez les grands-parents. Pour la petite An, il faut alors s’adapter au changement radical d’environnement. La vie autarcique et communautaire de ce petit village est bien décrite par l’auteur, sans abus et sans caricature, mais toujours avec une certaine bienveillance. De plus, sa mère, très fragile, a bien du mal à faire face à la situation et l’auteur nous présente alors une petite fille courageuse qui fait face, mais, ici aussi, avec toujours une grande finesse, une grande subtilité, sans jamais forcer le trait.

Deuxième dimension, son caractère comique. Si le ton de l’œuvre paraît dramatique, l’auteur n’en oublie pas moins d’introduire une part d’humour, essentiellement grâce à la description amusée et amusante des personnages. Malgré leur sort, les personnages n’en continuent pas moins de vivre et de vibrer, et l’auteur nous fait également ressentir cela.

Troisième dimension, son caractère romantique. C’est un shôjo, et si l’histoire est originale au regard des shôjo lycéens classiques, il y a évidemment une histoire d’amour qui intervient. Cependant, elle reste encore tout à fait marginale dans ce premier tome, et n’est présente finalement qu’au terme du tome pour le moment, même si l’on se doute qu’elle va occuper une plus grande place dans les tomes à venir. Elle est, là aussi, amenée avec une grande finesse, une grande douceur, et s’intègre admirablement bien à la narration et à l’histoire.

Le dessin est, certes, assez classique, mais tout à fait adapté et réussi. On sent une parenté assez proche avec l’auteur de C’était Nous, jusque dans les couvertures, dont la série a été prépubliée dans le même magazine. Bref, pas de surprise de ce côté-là, pas de grande originalité non plus, mais un dessin conforme aux standards du genre, assez proche aussi, par exemple, de ce que l’on peut trouver dans Lovely Complex. L’auteur utilise, avec parcimonie, les SD, et l’essentiel des codes graphiques du manga en général, et du shôjo en particulier, mais sans jamais en abuser. Certes, on a déjà la présence d’une rivale, qui apparaît d’emblée être une « méchante » classique, en mettant des battons dans les roues de l’héroïne, et qui s’attire donc les foudres du lecteur. Cependant, outre son apport comique, cette rivale est avant tout un ressort narratif plutôt bien intégré à l’histoire. Surtout, cette rivalité est vite expédiée.

L’édition de Kana me semble globalement de bonne facture. L’adaptation (textuelle) paraît tout à fait réussie. Je serais plus réservé sur le choix traditionnel de Kana de conserver les onomatopées japonaises en les sous-titrant en tout petit, puisqu’une onomatopée doit faire sens et s’imposer de façon visuelle, et non obliger un lecteur à trouver où se trouve la traduction en tout petit. Certains passages peuvent ainsi perdre de leur force, puisqu’on ne comprend pas immédiatement certaines actions si le sens de l’onomatopée ne jaillit pas.

Ainsi, ce premier tome est vraiment une très grande réussite. Une lecture à la fois douce, émouvante, tendre, triste, amusante. Evidemment, ce n’est qu’un premier tome, et il va falloir attendre de voir l’ampleur que prendra l’histoire, le talent de l’auteur pour caractériser ses personnages et décrire leurs relations. Pour le moment, cela est amené avec beaucoup de talent, de subtilité et de retenue. On peut donc être extrêmement confiant pour la suite. J’ai hâte, en tous les cas, de découvrir la suite, et de savoir, notamment, comment va évoluer la narration : si elle va ralentir et se focaliser le reste du temps sur une époque de l’enfance de l’héroïne ou si elle va continuer à progresser dans le temps par chapitre, avec des ellipses entre chacun d’eux, ou bien encore si elle va se complexifier davantage en jouant sur les époques.
_________________
"Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. (...) Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse." Victor Hugo, Napoléon Le Petit.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sakumoyo
Mangaversien·ne


Inscrit le : 02 Sept 2002

Message Posté le : 26/03/08 16:34    Sujet du message: Répondre en citant

C'est exactement ce que j'ai ressentie avec ce premier tome!
J'ai d'abord été très sceptique sur ce shojo quant au dessin, à la quatrième de couv' et au bandeau très aguicheur "L'amour est à la fois précieux et fugace"... Et j'ai quand même tenté le coup! Au final, une histoire belle, mélancolique, drôle et triste.
Juste un détail, avant je ne faisais pas vraiment attention au nombre de volumes, maintenant oui et savoir que cette série est en 10 tomes est réellement un plus, par rapport à d'autres shojo (ou même de shonen) de bonne, voire de très bonne qualité, qui eux vont jusqu'à 25-30 tomes et plus parfois. Avec le temps et les lectures, je crois que j'en ai eu un peu marre des histoires à rallonge Neutre. M'enfin.
Je ne crois pas pouvoir en dire plus que Laotzi sur la qualité de ce premier tome! Y a plus qu'à attendre la suite!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 26/03/08 20:24    Sujet du message: Répondre en citant

Laotzi a écrit:
Cela fait extrêmement longtemps que je n’avais pas ouvert un nouveau sujet

Et ça fait plaisir !! Clin d'oeil
Citation:
mais ce premier tome du Sablier m’a enthousiasmé !

Je serais un poil plus réservé que toi, justement à cause de ton enthousiasme. En fait, ça avait l'air de tellement te plaire que pendant ma lecture, j'ai été partagé entre l'envie d'aimer et la peur d'être déçu. Du coup, je crois que je ne suis pas aussi bien entré dans l'histoire que ce que j'aurais dû. Du coup, je ne ressens pas cette empathie pour les personnages dont tu as parlé.
Citation:
ce premier volume est construit, toutes proportions gardées, sur le principe de la Madeleine de Proust

Tu peux préciser, pour les incultes comme moi, stp ?
Citation:
Première dimension de l’œuvre, son caractère dramatique. [...] et l’auteur nous présente alors une petite fille courageuse qui fait face, mais, ici aussi, avec toujours une grande finesse, une grande subtilité, sans jamais forcer le trait.

Pour moi, c'est là la grande force de ce titre : ne pas en faire des caisses sur la tragédie. On a plus l'impression de lire un récit autobiographique qu'une BD marquetée. Quand il arrive des ennuis aux personnages, c'est naturel, ça ne tombe pas du ciel juste pour relancer l'intrigue. Sakumoyo évoque l'évolution de ses attentes de lectrice, moi c'est pareil : sauf que ce n'est pas le nombre de tome qui m'ennuie, c'est le délayage artificiel.
Citation:
Deuxième dimension, son caractère comique.

Là aussi je suis d'accord. L'humour est frais, léger, teenage. Et ça a bien pris sur moi. C'est pas à se tordre de rire comme un "Fabuleux destin de Tarô Yamada", mais ce n'est pas non plus son ambition. En lisant le Sablier, j'ai un peu eu l'impression de voir une série américaine pour teenager... bien écrite. Sourire
Citation:
si l’histoire est originale au regard des shôjo lycéens classiques

Je ne sais pas si on peut vraiment aller si loin que ça... Bon, en même temps, je ne suis pas spécialiste ès Shôjos. En tout cas, ce genre de récit a davantage de chances de me toucher.
Citation:
Cependant, elle reste encore tout à fait marginale dans ce premier tome

Je ne trouve pas, justement. La tension amoureuse, limite sexuelle, de ses adolescents est palpable tout au long du tome. Seulement, An a d'autres soucis en tête, d'autres priorités. C'est d'ailleurs seulement après la scène de l'orage (qui boucle la boucle du chapitre précédent) que la situation se débloque. Et pour cause. Mais ça ne changeait rien au vœu formulé dans le chapitre 1.
Citation:
Le dessin est, certes, assez classique, mais tout à fait adapté et réussi.

Rien à ajouter, si ce n'est qu'il est vraiment agréable à l'œil et lisible. Il n'a pas ce côté foutraque qu'ont certains shôjos au demeurant très bien.
Citation:
L’édition de Kana me semble globalement de bonne facture.

Y aurait un ou deux points à souligner, mais j'ai pitié d'omikun, je prendrais donc sur moi pour garder le silence. ^^;;

Je reviens quand même sur cette histoire de bandeau. J'ai trouvé ça particulièrement culotté de la part de l'éditeur de dire qu'il y avait des infos cachées en dessous pour finalement n'y trouver qu'une pub pour un autre de leurs titres. Je suis bon public, donc ça m'a fait rire, mais c'est quand même un beau foutage de gueule >_<
(bon, et bien sûr, le titre à eu un prix au Japon - d'ailleurs, le même que "C'était nous" la même année ^^ - et c'est un best-seller à 7 millions d'exemplaires)
Citation:
Une lecture à la fois douce, émouvante, tendre, triste, amusante. Evidemment, ce n’est qu’un premier tome, et il va falloir attendre de voir l’ampleur que prendra l’histoire, le talent de l’auteur pour caractériser ses personnages et décrire leurs relations. Pour le moment, cela est amené avec beaucoup de talent, de subtilité et de retenue. On peut donc être extrêmement confiant pour la suite. J’ai hâte, en tous les cas, de découvrir la suite, et de savoir, notamment, comment va évoluer la narration : si elle va ralentir et se focaliser le reste du temps sur une époque de l’enfance de l’héroïne ou si elle va continuer à progresser dans le temps par chapitre, avec des ellipses entre chacun d’eux, ou bien encore si elle va se complexifier davantage en jouant sur les époques.

Tout pareil, en fait Sourire
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
namtrac
Mangaversien·ne


Inscrit le : 02 Déc 2003
Localisation : The dark side of the road

Message Posté le : 26/03/08 21:19    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
ce premier volume est construit, toutes proportions gardées, sur le principe de la Madeleine de Proust


Pour moi c'est surtout une narration du style Great Expectations où le héros plus âgé commente de temps à autre son enfance avec le regard de l'adulte (mais ça avait peut-être déjà été fait avant, je sais pas).

Sinon la madeleine de Proust c'est juste une madeleine qui rappelle des souvenirs au narrateur et lance un récit dans le passé. Ici c'est le sablier le déclencheur.
_________________
"Sometimes in our lives, we all have pain, we all have sorrow
But if we are wise, we know that there's always tomorrow"
------------------------------------------------------
http://www.freerice.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Laotzi
Mangaversien·ne


Inscrit le : 07 Jan 2003
Localisation : Paris

Message Posté le : 26/03/08 21:56    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de n'avoir pas laissé ce topic solitaire Sourire.

namtrac a écrit:
Pour moi c'est surtout une narration du style Great Expectations où le héros plus âgé commente de temps à autre son enfance avec le regard de l'adulte (mais ça avait peut-être déjà été fait avant, je sais pas).


Les deux ne sont pas forcément incompatibles Sourire. Mon allusion à la Madeleine de Proust était surtout de signifier, comme tu l'as précisé, que cette vaste analepse (si l'on considère que les premières pages forment la trame temporelle du récit - sinon on peut considérer au contraire que ces premières pages forment une prolepse - ça revient au même en fait globalement même s'il y a des nuances) est provoquée par la vision du sablier, de même que le goût de la madeleine trempée dans le thé provoque des souvenirs involontaires chez le narrateur de la Recherche. Après, en effet, la narration est plutôt au passé (même si c'est à certains moments discutables) et tend à commenter son enfance. Le parallèle avec la madeleine proustienne vient donc du fait qu'il s'agit d'une mémoire involontaire, d'une réminiscence totale d'un passé oublié et enfoui qui ressort dans sa globalité, passé dont ne se contente pas de se souvenir mais que l'on revit, à travers tous les sens et toutes les émotions. Ce n'est pas, dans son principe originel en tout cas, un récit volontaire de sa vie (même si ça tend à la devenir avec les monologues par la suite - c'est là que l'on s'écarte en effet de Proust).

sushi > désolé si mon message a pu, en quelque sorte, sinon te gâcher, tout du moins ne pas te faire profiter autant que tu aurais pu de ta lecture Embarassé. C'est là un effet inverse à celui auquel un tel sujet prétend.

Par histoire originale, même si évidemment ce n'est pas la seule, la première ou la dernière, je voulais simplement signifier qu'elle s'écartait un peu de la romance prenant cadre au lycée (même si le cadre scolaire tend à se faire de plus en plus présent au cours de ce premier tome), qui se retrouve dans un grand nombre de shôjo.

Tu n'as pas tort concernant la tension amoureuse, si je perçois bien ce que tu veux dire. Je voulais simplement signifier, pour ma part, que l'histoire d'amour, certes naissante, entre les protagonistes, ne me semblait pas constituer l'enjeu essentiel de ce premier tome, en tous les cas. En effet, on perçoit bien déjà les sentiments, encore implicites, de Fuji (le brun). Par contre, "limite sexuelle" Choqué, tu n'es pas un lecteur des Petites Fraises pour rien Moqueur. J'ai, au contraire, ressenti une grande "pureté" (terme maladroit dans l'opposition à "sexuelle" mais je n'en trouve pas d'autres tout de suite) dans la relation entre ces enfants ou jeunes adolescents, bien que, en effet, l'auteur aborde la question des règles de l'héroïne et donc de la puberté naissante (d'une façon extrêmement sensible et juste par ailleurs, c'est l'un des points qui m'a le plus séduit).

Pour le bandeau, en effet, c'est tout à fait ridicule. Enfin, ça reste un détail qui ne doit jouer en rien dans l'achat du titre (le comble serait qu'il fasse fuir d'éventuels lecteurs, comme cela a failli être le cas apparemment avec sakumoyo).
_________________
"Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. (...) Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse." Victor Hugo, Napoléon Le Petit.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 26/03/08 22:31    Sujet du message: Répondre en citant

Laotzi a écrit:
sushi > désolé si mon message a pu, en quelque sorte, sinon te gâcher, tout du moins ne pas te faire profiter autant que tu aurais pu de ta lecture Embarassé. C'est là un effet inverse à celui auquel un tel sujet prétend.

Ce n'est pas ton message qui a eu un impact sur moi, mais ton enthousiasme et la façon dont il s'est manifesté. Mais ce n'est pas grave, ne t'en fait !
Clin d'oeil
Citation:
Par contre, "limite sexuelle" Choqué

J'y ai peut-être été un peu fort, c'est vrai ^^;;
Citation:
tu n'es pas un lecteur des Petites Fraises pour rien Moqueur.

ah c'est petit, ça !!! Fou
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
omikun
Mangaversien·ne


Inscrit le : 12 Juil 2004

Message Posté le : 02/04/08 10:01    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Laotzi !!
J'avais repéré ce manga sur les rayons de mon libraire et en le feuilletant il m'a effectivement fait penser à "C'était nous" que j'adore. Je l'ai reposé en me disant qu'il était inutile d'acheter un sous"c'était nous" !
En lisant ta critique et les avis positifs qui ont suivi, je me suis laissé tenter et j'ai adoré !!!
Ce titre est magnifique et il me tarde de découvrir la suite !!
Donc merci à toi Laotzi
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Laotzi
Mangaversien·ne


Inscrit le : 07 Jan 2003
Localisation : Paris

Message Posté le : 02/04/08 19:30    Sujet du message: Répondre en citant

Merci omikun Très content. Tu viens de justifier l'utilité d'un tel topic, à savoir qu'il puisse donner envie au moins à une personne de lire cette série.

Au passage, je signale qu'il vient d'obtenir le coup de cœur sur mangavoraces (même si des forces obscures ont tenté de l'empêcher), donc avec trois belles chroniques à lire d'Isumi, namtrac et SHK.
_________________
"Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. (...) Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse." Victor Hugo, Napoléon Le Petit.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
namtrac
Mangaversien·ne


Inscrit le : 02 Déc 2003
Localisation : The dark side of the road

Message Posté le : 28/05/08 13:44    Sujet du message: Répondre en citant

Le deuxième tome confirme tout le bien qu'on pouvait penser de ce manga Sourire

Alors il y a bien 2-3 endroits bien localisés où la narration est un peu lourde (dialogues informatifs pas subtils) mais c'est bref donc, et ça ne gêne pas l'ensemble.

Côté intrigue, les évènements ne sont pas d'une originalité extraordinaire mais…le déroulement et les réflexions d'An font oublier tout ça. Le tout est très naturel, la lecture est fluide, on est complètement dans le récit. Et lorsque le récit bascule dans l'émotion et les larmes, juste après, le rire vient soulager la tension et empêcher qu'on ne sombre dans l'auto-apitoiement. Il y a beaucoup de moments chargés en émotion dans le manga, c'est à fleur de peau, mais l'humour vient désamorcer, et du coup ce qui pourrait être épuisant émotionnellement ne l'est pas. A côté des moments tristes, il y a d'autres moments bien plus joyeux (les copines d'An apportent une vraie bouffée de fraîcheur Sourire).

Du côté de la relation amoureuse, ça reste très naturel, pas de complications artificielles ou peu crédibles. Les premiers empêchements et les premières complications ne sont pas encore de vrais problèmes ni des obstacles insurmontables, mais tout ça fait avancer la relation d'An et Daigo (prises de conscience, resserrement des liens…les grands sentimentaux trouveront leur relation très touchante ^^).

Le volume s'achève sur une scène qui annonce une nouvelle dynamique pour le tome 3 et donne furieusement envie de voir comment tout ça va évoluer. Vivement le mois de juillet !
_________________
"Sometimes in our lives, we all have pain, we all have sorrow
But if we are wise, we know that there's always tomorrow"
------------------------------------------------------
http://www.freerice.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
skye
Mangaversien·ne


Inscrit le : 26 Mai 2007

Message Posté le : 31/05/08 19:13    Sujet du message: Répondre en citant

Mais quelle nulle je fais, j'avais pas vu qu'il y avait un topic sur le sablier. Choqué

J'avais un peu peur que ce soit une simple bleuette entre collégiens-lycéens, mais finalement ce titre se revèle être bien plus intéressant qu'il n'y parait, avec


*SPOIL*

quelques passages sombres, tristes: le divorce des parents de An et surtout le suicide de sa mère, mais aussi fuji et son père biologique.

Ce que j'apprécie avec Le sablier, c'est que l'auteure enchaine les evênements assez rapidement, elle ne se complait pas dans certaines situations plutôt tristes. Elle ne force pas trop sur l'effet nostalgie. ca c'est un bon point.
Les persos pour l'instant sont intéressants et attachants (j'aime bien Daigo, il est mignon Embarassé ), pas superficiels. Bon l'héroine pleurniche quand même un peu beaucoup. Moqueur

Bref, pour l'instant les 2 premiers tomes ont été un vrai plaisir à lire. Très content
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
omikun
Mangaversien·ne


Inscrit le : 12 Juil 2004

Message Posté le : 04/06/08 11:36    Sujet du message: Répondre en citant

Tout le bien que je pensais de ce titre depuis la lecture de ce premier tome, s'en voit confirmer avec ce deuxième volume !
Tout simplement magnifique !
C'est vrai et touchant à la fois !
Merci encore Laotzi de m'avoir fait découvrir ce titre !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
skye
Mangaversien·ne


Inscrit le : 26 Mai 2007

Message Posté le : 10/07/08 15:44    Sujet du message: Répondre en citant

Un bon volume 3 pour son rebondissement autour de la famille Tsukishima auquel je ne m'attendais pas du tout.
Pour l'instant c'est ce que j'apprécie dans ce titre. A côté des histoires d'amour, il y a les drames familiaux qui rendent l'histoire du Sablier vraiment intéressante à suivre.
Le seul bémol, c'est le dessin. Non pas que je le trouve moche, mais ça m'énerve de voir les attitudes et les expressions des persos exagérées dans certaines situations, que ce soit pour un effet humoristique ou dramatique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sushikouli
Mangaversien·ne


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 12/07/08 19:36    Sujet du message: Répondre en citant

Lecture de volume 3 très agréable. Ceci dit, très bizarre également. Bizarre dans le sens où j'ai beaucoup ri grâce aux dialogues et à la narration alors que l'histoire était tout sauf joyeuse. Lorsqu'on réfléchit après coup sur ce tome, on se rend compte que les persos vivent des choses très difficiles (bien que très différentes) et ce décalage avec la narration est très intéressant. Vivement la suite #Puppy dog

Mode teasing : Oh mon dieu ! Mais ça couche ! Choqué
Clin d'oeil
_________________
Entre ce que je pense, je veux dire, je crois dire, je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 raisons de ne pas se comprendre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
skye
Mangaversien·ne


Inscrit le : 26 Mai 2007

Message Posté le : 14/07/08 13:04    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Mode teasing : Oh mon dieu ! Mais ça couche !

Eh ouais ! On n'a pas une histoire d'amour nianniante, car seulement platonique. Et c'est très bien ainsi.

Moi, je dois avoir un coeur de pierre, car même si j'aime bien cette histoire, pour l'instant je n'ai ni pleuré ni ri.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
shun
Mangaversien·ne


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 29/09/08 23:36    Sujet du message: Répondre en citant

Le Sablier Tome 4 :

Dans la continuité des précédents, un peu plus posé peut être comme l'auteur le dit dans ses free talk.
Leur relation prend un tournant, petite ou grande embûche en vue ?
L’évolution de Fuji est le bienvenue, on ne trainera pas cette histoire ainsi tout le temps.

Ce titre est clairement Le nouveau shojo, depuis que je lis des manga je dirais que le marché a été marqués par de grand moments, tels que please save my earth par la suite on a eu mars, y'a eu nana, l'infirmerie après les cours et maintenant c'est ce dernier.*

* liste non exhaustive

J’ai beaucoup de mal a me lancer dans la lecture de chaque nouveau tome, tant la force de ce dernier m'imprègne, on ne ressort pas indemne de la lecture de ce manga, énormément d'émotions qui vont de la joie a la tristesse.
La narration apporte aussi beaucoup a l'histoire, le temps marque chaque chapitre tel un tableau ou une photo, imprégné d'un souvenir tant le temps passe vite.
_________________
Groupe facebook de vente manga en Belgique :
https://www.facebook.com/groups/1024308591038526/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation