Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[MAISON IKKOKU]
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Therru
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Avr 2007
Localisation : Liège

Message Posté le : 31/01/20 19:54    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai essayé de relire Maison Ikkoku.

C'est triste, mais je n'y arrive plus.

Les relations entre les personnages sont trop vieillies et je n'arrive plus à m'y attacher. Yusaku qui n'a même jamais eu un rdv avec Kyoko et qui saute direct à l'étape du mariage, les malentendus qui seraient dissipés en un clin d'oeil si les personnages se parlaient, le reset permanent des situations, Godaï qui n'a rien réellement pour lui et on ne comprend pas trop pourquoi Kyoko s'y attache...

Le temps est passé, et je n'arrive plus à entrer dans ce genre de récits. Ca passe très bien dans les Rumik Theaters, mais pas en série longue.

Il faudrait que je me remette à l'édition perfect de Ranma, Rinne m'a ennuyée profondément au fil des tomes (à cause en partie de la traduction très plate), et je n'ai pas encore eu le courage de me relancer dans Inu-Yasha en allemand (parce qu'il faut commander sur le net)...

Mon statut de fan de Rumiko Takahashi en prend un coup.

Heureusement, "Urusei Yatsura" reste toujours aussi intemporel et hilarant et attachant et une de mes trois séries préférées de tous les temps.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pikenshin
Mangaversien·ne


Inscrit le : 12 Avr 2004

Message Posté le : 31/01/20 21:29    Sujet du message: Répondre en citant

oh merde, la douche froide en lisant vos avis. Je voulais profiter de cette édition pour enfin faire la collec, mais là j'hésite beaucoup ... Confus
_________________
http://karakuri.bb-fr.com/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 01/02/20 07:02    Sujet du message: Répondre en citant

Therru a écrit:


Les relations entre les personnages sont trop vieillies et je n'arrive plus à m'y attacher. Yusaku qui n'a même jamais eu un rdv avec Kyoko et qui saute direct à l'étape du mariage, les malentendus qui seraient dissipés en un clin d'oeil si les personnages se parlaient, le reset permanent des situations, Godaï qui n'a rien réellement pour lui et on ne comprend pas trop pourquoi Kyoko s'y attache...



Pas de déception pour ma part puisque ces aspects du manga et quelques autres (je pense notamment aux parents qui se mêlent de la vie amoureuse de leurs enfants et veulent imposer leurs choix), ça me dérangeait déjà lorsque je regardais le dessin animé au Club Dorothée. Du coup, ça me permet de passer par dessus ces inconvénients et de toujours apprécier le manga pour ses autres qualités.

Pas de déception non plus pour la qualité de cette édition parce que, après celle de Fruits Basket, je m'attendais à une nouvelle édition de mauvaise qualité. Maléfique Je n'ai plus confiance en l'éditeur.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
melvin
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 02/02/20 21:04    Sujet du message: Répondre en citant

Quand on voit Aria the Masterpiece qui sort chez Ki-Oon en même temps au prix de 15€ avec les pages couleurs, un meilleur papier, une couverture avec effet doré et un format plus grand, on se pose des questions sur la stratégie de Tonkam... La suite sera-t'elle vraiment à 15€ ?
Sinon, la traduction est un peu maladroite par moment mais ce n'est pas non plus une catastrophe, ça passe. Le titre vaut quand même le coup d'être lu si c'est la seule édition disponible. Mais c'est cher pour ce que c'est au regard des tarifs actuels sur le marché...

En feuilletant ce premier volume, j'ai retrouvé ces petits moments de bonheur avec l'humour de Takahashi et les personnages si attachants, et j'ai bien envie de me faire une relecture !
C'est quand même un sacré classique (et sa seule série qu'elle n'a pas copié/collé bordel !!!).
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
melvin
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 16/06/20 15:00    Sujet du message: Répondre en citant


Lorsque j'ai feuilleté la nouvelle édition de Maison Ikkoku publiée en début d'année cela m'a donné une furieuse envie de relecture et le confinement en fût l'occasion !
Dire que la 1ère édition chez tonkam date de 2001, soit déjà presque 20 ans, c'est fou comme le temps passe... Choqué
C'est, je crois bien, ma 3ème lecture de la série et cela doit faire facilement 10 ans que je ne m'étais pas replongé dedans. Je me demandais si cela me plairait toujours autant et au final : oui, c'est définitivement le cas !
J'ai adoré retrouver cette galerie de personnages hauts en couleur et Maison Ikkoku reste bien pour moi une référence, un incontournable du manga. Déjà rien que de revoir Mme Ichinosé, Yotsuya et Akémi débarquer dans la chambre de Godaï pour faire la fête pendant ses révisions j'étais réjouit, voir plié en deux. On retrouve cet humour ravageur et pour une fois on lit une histoire de Rumiko Takahashi qui se déroule sur la longueur car, à part le début, on ne pourrait pas lire les chapitres dans le désordre comme pour Lamu ou Rinne.
J'avais oublié quelques péripéties et personnages secondaires comme Nikkaido le voisin qui arrive en cours de route au volume 5 ou la cousine de Godaï qui passe le voir quand il se casse la jambe, donc le plaisir de la redécouverte était quand même là. Il y a effectivement quelques longueurs vers le volume 4-5, la fin du 4 étant étrangement moins bonne (selon moi) avec justement un enchaînement de petits chapitres auto-conclusifs moins inspirés mais alors la dernière ligne droite, qu'est-ce je l'aime !
A partir du moment où Godaï a son diplôme et que la jeune Ibuki débarque comme une tornade ce n'est que du très bon. L'humour fait place a un peu de mélancolie par moment et les 2 derniers volumes sont un sommet dans l'oeuvre de Takahashi. Je ne me souvenais pas que c'était aussi émouvant, il y a de quoi lâcher une petite larme plusieurs fois et on referme la série avec une grande satisfaction, une des meilleures fins qu'il m'ait été donné de lire, vraiment. Personne n'est oublié, même Kozué qui a pourtant été mise de côté de façon un peu maladroite, revient faire une apparition pour mettre les choses au point. Mitaka gagne aussi en profondeur dans le dénouement avec un duel finalement si classique pour ravir le cœur de la belle concierge, classique certes mais très bien exécuté par l'auteure.
Quel bonheur d'avoir à nouveau lu ce manga, pour l'édition elle est vraiment chouette, la 1ère édition reste la plus belle, celle à posséder, le seul défaut étant les inversions de bulles très présentes dans le volume 6 et quelques oublis de texte fâcheux (!), la traduction reste très convenable finalement, en tout cas j'aime bien le ton des différents personnages. Bon ben, on y retourne dans 10 ans sans faute ! Sinon, j'ai relu aussi tous les Rumik Theater dans la foulée, avec un enthousiasme ravivé pour la Rumiko Takahashi qui fait du tranche de vie, un très bon moment de lecture là aussi.
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
melvin
Mangaversien·ne


Inscrit le : 25 Jan 2004
Localisation : Paris

Message Posté le : 03/08/20 11:20    Sujet du message: Répondre en citant


Ayant relu la série récemment, je suis tombé sur le drama que j'ai regardé par curiosité et aussi pour me moquer un peu avouons-le. Bien sûr, les acteurs sont très mauvais, comme souvent, c'est surjoué (avec une Kyoko horripilante) et le casting n'est pas très réussi avec par exemple un Yotsuya joué par un mec trop vieux selon moi. Malgré tout, il y a un très bon point dans ce drama : c'est le décor. La résidence Ikkoku est superbement bien faite, identique en tout point à celle du manga et cela permet au spectateur de remettre les choses en perspective par rapport au format papier. On se rend mieux compte de la disposition des pièces dans le bâtiment, et de la taille des lieux. Ainsi on remarquera les toilettes collectives sur le palier et la taille réduite de la chambre de Godaï. Très sympa pour rendre cet univers plus concret.

Sinon, je rajoute quelques mots au passage en repensant à la fin de la série. Je voulais reparler de la scène où Godaï et Kyoko couchent ensemble. Cette scène toute simple se joue en 2 actes et je l'ai trouvé très marquante, Rumiko Takahashi rend cela particulièrement touchant, sans faire le moindre racolage. Dans un premier temps, ils vont au Love Hotel et le stress rend Godaï incapable de faire quoi que ce soit, alors qu'il fantasme depuis plusieurs années sur la concierge, une fois nu sous les draps il va penser à son défunt mari et faire un blocage psychologique (Accueilli au cabaret par le patron qui lui dit : "Alors tu n'as pas réussi à te lever ?" lol). On sent aussi l'émotion de Kyoko qui aura mis des années à faire le deuil de sa 1ère relation, avec toute la douleur de cette tragédie vécue si jeune. Puis finalement, ils vont consommer leur relation pour la première fois à la résidence Ikkoku (évidemment) dans la chambre de la concierge avec une jolie étreinte, présentée de manière si pudique par l'auteure.
Eh bien, cela peut sembler tout bête mais la 1ère fois que j'ai lu ce passage, je me suis dit : Waouh un manga où on voit une relation sexuelle entre 2 personnages amoureux qui se tournent autour depuis le début de la série. En fait, je ne vois pas trop d'autres séries où quelque chose d'aussi naturel nous est montré. Pour voir du fan service facile, il y a des dizaines d'exemples qui viennent avec le héros qui surprend la fille sous la douche, où alors la nana qui tombe en montrant sa culotte au lecteur, mais dès qu'il s'agit de passer à l'acte : plus rien. Maison Ikkoku est donc un parfait contre exemple malgré un côté tellement classique pour 95% de la série. En plus, on voit même leur enfant dans les dernières pages pour concrétiser cette union si longue à survenir !
Je pense également à tous les beaux passages comme le père de Kyoko, refusant le re-mariage de sa fille pour ne plus la voir pleurer à nouveau ou encore la grand-mère de Godaï qui avance l'argent de son enterrement pour financer la cérémonie de son petit fils. Plein de belles choses, vraiment ce dernier volume est à un niveau stratosphérique !
_________________
"Music is an indirect force for change, because it provides an anchor against human tragedy. In this sense, it works towards a reconcilied world." Tim Armstrong
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Manuka
Mangaversien·ne


Inscrit le : 26 Juin 2004
Localisation : dans le Tea tree !

Message Posté le : 03/08/20 14:16    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne connais de ce drama que l'extrait qu'en montrait le JdG dans son épisode sur les live actions... Mort de rire
_________________
Emmène Lucy Hole dans un ciel de diamants. ©
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 03/08/20 19:13    Sujet du message: Répondre en citant

melvin a écrit:

Eh bien, cela peut sembler tout bête mais la 1ère fois que j'ai lu ce passage, je me suis dit : Waouh un manga où on voit une relation sexuelle entre 2 personnages amoureux qui se tournent autour depuis le début de la série.!


Ce n'est pas dans le manga proprement dit mais, pour les vieilleries, il y a Orange road (roman et 2ème film). Ca reste rare cependant, dans les comédies romantiques de type shônen (voire seinen) dans lesquels, souvent, on aura le couple officiellement formé à la fin ; c'est probablement plus fréquent dans les shojos.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation