Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Blizzard Axel - Nakaba Suzuki

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 13/09/19 18:50    Sujet du message: Blizzard Axel - Nakaba Suzuki Répondre en citant



Fukubi Kizakato est un collégien de 5ème qui passe son temps à se bagarrer. La raison : attirer l'attention des autres, et en particulier celle de ses parents qui n'ont d'yeux que pour ses frères, tous doués dans un domaine spécifique. Sans succès hélas, puisqu'il n'a que quelques rares amis et que personne ne lui prête beaucoup d'attention. Mais, passant un jour dans une patinoire, il attire l'attention du public qui est impressionné par ses capacités athlétiques hors normes. Cela va l'amener à s'adonner à ce sport, à découvrir ses limites et à vouloir les dépasser.

Blizzard Axel est un shônen manga en 11 tomes, qui nous est proposé ici en une édition de 6 tomes doubles. Il est l'oeuvre de Nakaba Suzuki, également auteur de Kongoh Bancho et Seven deadly sins et un chapitre pilote de la série nous avait déjà été proposé dans Seven short stories. Le premier tome de la série, sans être désagréable à lire, ne m'avait pas plus passionné que cela, la faute à une introduction peut-être un peu trop longue. Il n'était pour autant pas dénué d'intérêt, avec une originalité basée sur la réaction des parents. Dans les shônens sportifs, ceux-ci peuvent être absents (Kuroko no basket), soutenir la passion de leur enfant (Captain Tsubasa), s'inquiéter (Eyeshield 21, Hikaru no go), l'aider tout en le charriant (Prince du tennis, Food wars...). Hormis pour des personnages secondaires, ils sont cependant rarement hostiles et méprisants, ce qui est clairement le cas des parents de Fukubi qui ne s'intéressent à lui que lorsqu'il a une chance d'exceller dans un domaine, quel qu'il soit - et le début du deuxième volume nous montre qu'ils ne réagissent pas autrement avec les frères de Fubuki.

Sans qu'il ne soit plus original (au contraire), j'ai bien plus apprécié le deuxième tome que le premier. On entre cette fois-ci dans le vif du sujet puisque Fubuki est finalement pris comme élève boursier à Hakutei et va donc devoir vivre dans un internat, où il va rencontrer différents amis et rivaux qui vont lui permettre de progresser et de montrer ses dons grâce à des épreuves a priori farfelues et un entraîneur qui va lui imposer un challenge particulièrement relevé - dont notre héros va encore accroître la difficulté en voulant aider Rikka, qui est bien sûr son futur love interest (féminin, on n'est pas dans Yuri on ice) l. Celle-ci est d'ailleurs, comme lui, également en conflit avec son père, même si on peut comprendre les raisons de celui-ci, bien moins antipathique que les parents du héros.

Le scénario suit donc son cours sans surprise, mais offre une évolution plus rapide que dans le premier volume, avec l'apparition d'un grand nombre d'amis-rivaux. L'organisation de l'équipe fait fortement penser à celle de Seigaku (prince of tennis) et on peut supposer qu'après une première confrontation qui démarre à la fin de ce volume, Hakutei va probablement affronter différentes équipes japonaises dans le cadre d'un tournoi national qui permettra à chaque personnage de progresser et de se mettre en valeur. Les scènes de patinage montrées par Suzuki sont en tout cas très plaisantes, l'auteur arrivant très bien à magnifier les prouesses de son personnage, sans oublier pour autant l'humour, comme lorsque Fukubi explore les chambres de ses différents partenaires.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 05/07/20 14:40    Sujet du message: Répondre en citant

Tome 3 : la série continue à s'améliorer, en nous proposant certes du classique (le volume est entièrement consacré à l'affrontement entre l'équipe de Hakutaï et celle de Frost Queen) mais très efficace, l'auteur sachant utiliser tous les codes du genre du manga sportif en y rajoutant une bonne dose d'humour, notamment à travers les réactions de certains protagonistes aux figures effectuées par les patineurs. D'ailleurs, au bout d'un moment, c'est surtout pour ça que je tournais les pages, en me demandant ce que Nakaba Suzuki allait bien pouvoir inventer.

Les gags visuels débiles, cependant, ne sont que la cerise sur le gâteau. L'histoire fonctionne très bien, avec des explications techniques (peut-être un peu trop poussées) pour expliquer les notes et d'autres, plus intéressantes (et, ce qui ne gâche rien, historiquement justes, notamment pour la symphonie héroïque de Beethoven), sur les musiques utilisées et les interprétations qu'en font les patineurs : cela évite ainsi de larguer le lecteur tout en lui faisant comprendre les raisons pour lesquelles les patineurs adoptent telle interprétation ou font tel geste technique.
Le manga arrive à bien mettre en avant des enjeux qui parviennent à embarquer le lecteur, que ce soit pour l'équipe (vaincre l'équipe rivale), le héros (arriver à atteindre un certain nombre de points pour aider l'entraîneur qui lui a fait confiance), ses amis (rester à l'académie pour l'une, montrer que, même s'il n'est pas un surdoué, ses efforts paient pour l'autre) ou les rivaux, pas forcément très charismatiques mais assez développés pour être intéressants. Le côté nekketsu est bien présent et renforcé par des dessins qui arrivent très bien à mettre en valeur l'intensité de cette compétition, dont on attend la conclusion pour le tout début du volume 4.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 01/09/20 06:54    Sujet du message: Répondre en citant

La compétition se finit assez vite dans le tome 4 et on passe à autre chose, tout en restant dans le patinage en couple avec un nouveau tournoi. Et un nouvel entraîneur qui n'accepte les couples que s'ils ne sont pas amoureux - d'une part parce qu'une rupture amoureuse risquerait de mettre fin au couple sur la glace ; et d'autre part et surtout parce que deux amoureux auraient peur de se blesser dans un sport qui peut se révéler très risqué. Cela va vite poser problème à Rikka, qui se rend progressivement compte de ses sentiments pour Fubuki.

C'est assez rare de voir un shônen sportif faire autant de place à une relation amoureuse, d'autant plus quand elle n'est pas basée sur une relation héros sportif - supportrice ou manager. Blizzard Axel le fait d'autant mieux que cette relation est déroulée en parallèle des compétitions sportives et de la description du couple rival, chaque aspect de l'oeuvre prenant ainsi du sens en lien avec les autres. Fubuki et Rikka doivent ainsi patiner sur l'opéra de Turandot, avec une héroïne qui refuse l'amour. Mais alors que les rivaux, qui ne pensent qu'à la victoire (la fille est cependant davantage développée), font une interprétation littérale du thème, Fubuki et Rikka en développent d'autres aspects plus cachés.

Sans être complètement abandonné (les passages dans lesquels Fubuki tente de se faire détester par Rikka sont excellents ; la professeur principale foldingue est aussi amusante), l'humour est moins présent que dans le volume précédent. L'accent est davantage mis, et avec beaucoup de réussite, sur l'intensité de la compétition et des sentiments exprimés :

[img]https://www.actuabd.com/local/cache-vignettes/L500xH872/blizzardaxel4-01-30f1b.jpg?1596403536[/img]
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 15/11/20 06:44    Sujet du message: Répondre en citant

Tomes 5 et 6 : avec le 6ème tome, le manga se finit. Peut-être un poil trop vite, je n'aurais pas été contre quelques tournois supplémentaires pour créer d'autres rivaux ou en faire revenir certains ; ni contre un tournoi olympique vraiment développé - au lieu de n'être présent que dans le chapitre conclusif. Mais Nakaba Suzuki parvient à répondre à tous les enjeux posés durant sa série (et même à en reprendre et à en développer certains qui semblaient déjà réglés, comme la relation entre Fubuki et son père), quitte à le faire de façon très courte. On a donc un scénario vraiment bien maîtrisé.

Ces deux volumes se concentrent sur 2 tournois, et plus précisément 2 matchs : dans le tome 5, fubuki et Rikka affrontent leurs coéquipiers de Hakutaï, Goto et Koyuki, sur le thème de Carmen. Suzuki renoue ici avec l'humour hilarant du tome 3, que ce soit lors des quiproquos avec le père de Rikka qui entend des dialogues équivoques lorsque les deux partenaires répètent Carmen (Cette corde... Tu l'as serrée trop fort, Fubuki. Si tu me libères, peut-être que je t'aimerai) ou, lorsque les couples patinent, avec les réactions d'une équipe rivale qui espère qu'ils vont se planter et surréagit à chaque exploit, sur le thème du lac des cygnes.

Le tome 6 nous présente Gabriel White, un nouveau rival pour Fubuki, un rival qui est aussi un ancien élève de Mckenzie, le professeur de Fubuki. Au-delà du classique affrontement entre un personnage qui a renié son passé (y compris sa relation amoureuse avec Keira, la fille de Mckenzie) pour atteindre son objectif et un autre qui ne veut rien lâcher de ses rêves mais, malgré les doutes, tient non seulement à ses objectifs mais aussi à ses amis et aux moyens de parvenir à atteindre ses buts, Suzuki parvient cependant à éviter le manichéisme, en créant des personnages intéressants. Tous évoluent ainsi au fil de l'affrontement, portés par le charisme et la candeur du héros et les antagonistes - dont l'entraîneur adverse, qui aurait pu n'être qu'une machine s'intéressant seulement à la réussite de son patineur mais qui se préoccupe aussi de la santé de celui-ci - ne sont pas en reste. Le duel final est donc très intéressant et, s'il ne met pas en avant, comme les affrontements précédents, les interprétations des oeuvres choisies par les patineurs, sait nous proposer autre chose d'aussi fort et intense, avec notamment l'ultime figure de Fubuki qui donne son nom au manga.


Au final, on a donc eu, avec ces 3 tomes doubles, une excellente série, sachant mélanger humour et sport à la perfection tout en nous campant des personnes attachants et aux relations très réussies. Cela me donne envie de découvrir le manga sur le golf de Suzuki - alors que ce sport ne m'intéresse pas du tout. J'espère que Nobi Nobi nous le proposera.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
asakura
Mangaversien·ne


Inscrit le : 15 Jan 2006

Message Posté le : 15/11/20 12:36    Sujet du message: Répondre en citant

Connaissait pas du tout.
Nakaba dessine décidément des séries très variées et différentes Choqué

Je dois démarrer sous peu Kongoh Bancho que je viens d’acquérir.
_________________
Qu'est-ce que le bronzage à part une cuisson pas terminé ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien·ne


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 15/11/20 13:32    Sujet du message: Répondre en citant

Tu as eu de la chance de trouver la série, vu qu'elle est normalement épuisée. Paradoxalement au vu des sujets, je trouve que Kongoh Bancho se rapproche davantage de Blizzard Axel que de Seven deadly sins.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
asakura
Mangaversien·ne


Inscrit le : 15 Jan 2006

Message Posté le : 15/11/20 14:00    Sujet du message: Répondre en citant

Ca a été difficile mais j’ai pu avoir la série sans trop me ruiner.
Jcommence à être roder entre Kongoh Bancho et Dragon Quest - La quete de Dai.
_________________
Qu'est-ce que le bronzage à part une cuisson pas terminé ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation