Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Le sujet sur vos mangaka favoris

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 15/07/18 22:19    Sujet du message: Le sujet sur vos mangaka favoris Répondre en citant

Dans la catégorie "les réseaux sociaux sont nos amis", et donc dans la continuité du sujet sur les manga les plus marquants, j'ai vu passé un autre jeu particulièrement chronophage intitulé 50 jours, 50 mangaka que vous aimez. Comme je n'avais rien de mieux à faire, j'y ai consacré mon après-midi. Et comme 50 jours, c'est long, j'ai préféré tout publier en cinq fournées de dix mangaka chacune.

Je veux bien que l'exercice soit un peu vain, et je me demande si cela ne m'amuse pas plus de voir quels sont les artistes de ma liste plébiscités par les autres internautes - un indice : surtout les femmes écrivant des titres invendables en France - que de constituer cette sélection. Vous la trouverez ici : https://twitter.com/FouChapelier/status/1018519922203332608 Et pour que le résultat paraisse moins vain, j'ai décidé de publier quelques explications. Alors je ne vais pas revenir sur le pourquoi du comment pour chacun des 50 artistes, cela serait long et sans doute peu intéressant. Par contre, je vais proposer quelques réflexions globales.

Pour commencer, je ne suis pas totalement d'accord avec l'intitulé. Pour moi, parler d'amour envers un mangaka implique d'accepter l'intégralité de son œuvre de manière inconditionnelle. Or, je peux compter sur les doigts d'une main les auteurs dont plus de deux ou trois titres ont été publiés en France, et dont j'ai acheté absolument tout ce qui est disponible. Wataru Yoshizumi, Masako Yoshi, sans doute Mikiyo Tsuda (à vérifier), mais cela n'ira pas plus loin. Cela aurait pu être le cas pour Leiji Matsumoto, mais comme je ne vais pas à Japan Expo, je n'ai pas pu acquérir Les Aventures d'une Abeille ; cela ne m'empêche de toute façon nullement d'être très critique envers l'auteur, en particulier en raison de son sexisme. Même pour Go Nagai, je ne possède pas toute la production en langue française. Dans son cas, c'est en partie à cause de sa mauvaise distribution.

La raison de ce phénomène est ce que j'appellerai le syndrome Osamu Tezuka, d'après le célèbre scientifique japonais : à force de faire les poubelles d'un auteur, nous tombons forcément sur des œuvres moins bonnes. Et nous ne pouvons pas exiger d'eux qu'ils soient toujours au top d'une série à l'autre, d'autant que d'autres facteurs peuvent intervenir, comme un changement de responsable éditorial voire d'éditeur. Il existe ainsi plusieurs artistes dans cette liste dont j'ai arrêté de lire systématiquement toutes les nouveautés, attendant les retours ou me reposant sur le synopsis pour me décider. Dans certains cas, je ne pensais pas qu'il me serait possible de me lasser. J'ai cité Go Nagai, mais le cas le plus emblématique reste Tsukasa Hojo, dont Angel Heart m'a eu à l'usure, tant et si bien que je l'ai arrêté à la fin de sa première saison. Dans le même ordre d'idée, nous trouvons Ryû Fujisaki, malheureusement meilleur adaptateur que scénariste ; et même s'il n'en signe pas le scénario, je m'interroge quant à commencer sa version de La Légende des Héros de la Galaxie.

A l'opposé, j'ai décidé après mûre réflexion d'inclure dans ma sélection des artistes dont je n'avais lu qu'un seul manga. A savoir Mihona Fujii (Gals), Mitsuteru Yokoyama (Au Bord de l'Eau), Miyako Maki (Les Femmes du Zodiaque), Koyomi Minamori (La Nouvelle Vie de Niina), et Yoshiki Nakamura (Skip Beat). Et pour cause : ils ont tous écrit une série que j'adore, mais c'est aussi la seule disponible en langue française (et sans doute en Anglais aussi). Mitsuteru Yokoyama et Miyako Maki, il ne faut pas chercher bien loin, c'est vieux et invendable. Pour les autres, je ne sais pas, cela vient peut-être un manque de séries disponibles au Japon. Mais cela m'étonne quand même pour Mihona Fujii, j'avais l'impression que Gals avait bien fonctionné à l'époque. Toujours est-il qu'il s'agit de mangaka dont j'aimerais lire plus d’œuvres, ce qui justifie leur présence dans cette sélection. Je m'appuie sur le fort potentiel aperçu dans le peu que j'ai pu parcourir.

Le même phénomène s'applique à d'autres auteurs dont j'ai lu l'intégralité des deux ou trois séries publiées en France et aux Etats-Unis, comme Reiko Shimizu, Akimi Yoshida, Naoko Takeuchi, Tomoko Ninomiya, Keiko Nishi, Hinako Ashihara, Takako Shimura, Riyoko Ikeda, ou Keiko Takemiya. Je mets Masato Hisa de côté dans la mesure où l'auteur est en pleine ascension en France, avec un éditeur (Sakka) apparemment prêt à le soutenir. Je veux bien que certains d'entre eux n'aient pas connu de grands succès en dehors des séries en question, mais dans l'ensemble, je suppose qu'il s'agit avant tout d'un problème commercial. Dans un sens, j'aimerais réussir à me lasser de ces artistes comme j'ai fini par me lasser de Go Nagai et Leiji Matsumoto (ce que je n'aurais jamais imaginé il y a quelques années), tout simplement car cela signifie que l'offre aura suffisamment augmenté, avec à la clé de bonnes surprises potentielles. Mais nous n'en sommes pas encore là. Si ça se trouve, tous leurs titres valables sont déjà disponibles, mais ne parlant pas Japonais, je n'ai aucun moyen de le vérifier.

Vous aurez remarqué que j'ai beaucoup parlé de mangaka de shôjo. Je viens de faire le compte, et sans le vouloir, il y a dans ma sélection autant d'auteurs spécialisés dans le shôjo/josei que dans le shônen/seinen. Par contre, en terme de parité, cela penche du côté féminin grâce à Hiromu Arakawa et Rumiko Takahashi.
En parlant de shônen, je note que Yoshihiro Togashi est le seul artiste de ma sélection avec une série en cours (façon de parler) dans le Shônen Jump, alors qu'il s'agit probablement du mangashi dont je lis le plus de séries à l'heure actuelle. Il y a d'autres mangaka issus du célèbre magazine dans ma liste, pour certains que j'apprécie justement pour les séries qu'ils y ont publiées, mais cela fait bien longtemps qu'ils n'apparaissent plus dans ses pages.

Je crois que je vais m'arrêter là, dans le cas contraire je risque de vraiment partir dans les détails, ce que personne ne souhaite.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 21/07/18 15:51    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Pour commencer, je ne suis pas totalement d'accord avec l'intitulé. Pour moi, parler d'amour envers un mangaka implique d'accepter l'intégralité de son œuvre de manière inconditionnelle.


Je n'irais pas jusque là. Je dirais qu'il faut plusieurs oeuvres, sauf s'il s'agit d'une oeuvre énorme comme One piece, ayant un impact fort ; mais on peut ne pas aimer occasionnellement certains mangas d'un auteur (leur nombre doit quand même rester minoritaire).

Je pense à Tezuka par exemple. Tout n'est pas un chef d'oeuvre mais certains de ses mangas ont tellement d'impact (je pense notamment à Phénix et Bouddha) que je ne peux pas ne pas le compter parmi mes mangakas phares - même si je n'avais mis aucun de ses mangas dans mon top 10.

Sinon, parmi les autres mangakas qu'on peut juger sur plusieurs oeuvres et sans vouloir faire un top 50 (trop long), je citerais :
- Tsukasa Hojo ; j'ai tous les mangas de cet auteur et, même si Angel Heart est un cran en dessous et trop guimauve, je reste séduit par l'oeuvre d'ensemble de cet auteur et par ses dessins fabuleux.
- Yoko Kamio : Hana yori dango était déjà très bon et Cat street était encore meilleur ; ses deux mangas suivants sont un cran en dessous (sauf graphiquement) mais comportent toujours d'excellents passages ;
- Ryoko Ikeda et Moto Hagio : dans le même sac car on n'a eu que deux oeuvres (l'un étant un recueil d'histoires courtes pour Hagio) de chacune d'entre elles, mais qui donnent envie d'en lire d'autres ; ce qui est peu probable hélas ;
- Togashi : 3 mangas marquants, avec des points communs et des particularités mais à chaque fois, un gros plaisir de lecture (ce qui tombe bien parce que, pour Level E et Hunter x Hunter, il y a à lire...) ;
- Tomoko Ninemiya : après Tensaï family company et Nodame cantabile, qui m'ont beaucoup fait rire, j'aimerais bien découvrir d'autres mangas de l'auteur. Ca semble hélas peu probable ;
- Urasawa : des mangas pas dénués de certaines faiblesses, notamment vers la fin mais une grande capacité à créer du suspens et à instiller une ambiance. J'attends toujours Yawara.

Il y a aussi des auteurs dont j'ai apprécie suffisamment certains mangas pour avoir envie d'en lire d'autres, même si certaines oeuvres m'ont déplu :
- Obata : Platinium end est assez médiocre mais le reste, malgré des défauts (variables selon les séries) est de très bon niveau ;
- Nagaï : pas fan de tout non plus mais Black box et Isan nous ont quand même proposé de sacrés bons mangas ; dommage que certains soient inachevés ou des reprises par d'autres auteurs ;
- Ishinomori : il y a des titres que j'adore (Sabu et Ichi), d'autres que je trouve médiocres (kamen ridder). Mais, comme pour Tezuka, son importance historique fait que j'ai envie de lire d'autres de ses mangas ;
- >Leiji Matsumoto : même avis que Gemini : si ses mangas ont des aspects détestables, d'autres sont très réussis, notamment ses personnages charismatiques et son univers ; je regrette quand même de ne pas avoir entendu parler de ce manga vendu à la Japan expo, je l'aurais acheté si j'avais su ;
- Clamp : il y a des nanars et un poil trop de dispersion, mais quand même, globalement, c'est le haut du panier avec des mangas de types très différents.

Et puis il y a les auteurs qui n'ont fait qu'une seule oeuvre (ou dont une seule oeuvre est paru en France) mais dont celle-ci est assez marquante pour imaginer que tout ce que l'auteur produira ensuite sera de grande qualité :
- Oda évidemment ;
- Araki, même si on le voit mal faire autre chose que Jojo ;
- Hata (Hayate) qui a su me surprendre et montrer son talent dans différents registres ;
- Hiura (Hotaru) : elle a fait plusieurs suites à son manga, j'aimerais beaucoup que Kana nous les propose.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 22/07/18 18:11    Sujet du message: Répondre en citant

Je partage aussi l'idée que les mangaka préféré-e-s sont ceux et celles dont j'ai lu au moins plusieurs manga. De ce fait, même à mes débuts sur le forum, je ne suis pas sûre d'avoir réellement eu de mangaka préféré-e-s! Ce n'est venu que depuis dix ans environ alors que je lis des manga depuis bien vingt ans (sauf Akira Toriyama que j'ai très vite mis sur un piédestal ainsi que Clamp pour ses shôjo fantastiques). Au final, il m'a fallu lire de nombreux manga pour déceler les auteur-e-s que j'aime.

Dans le top du top:
- Akimi Yoshida: Découverte avec Banana Fish (comme beaucoup parmi vous ici) que je lisais au début en Fnac, j'ai fini par être convaincue de son génie quand les catégories shônen/shôjo/seinen se sont imposées. A un moment où les shôjo n'étaient composées que d'amourettes scolaires, j'ai réalisé à quel point cette mangaka était hors norme dans son dessin dépouillé et dans la maturité de ses personnages. Il y avait aussi cette absence de pathos qui faisait beaucoup de bien et ses histoires sont toujours bien écrites sans artifice ni mignonnie. A cause de Akimi Yoshida, et face à ma frustration de ne pas en lire plus en France, j'ai fini par braver le chinois (je n'avais pas revu d'idéogramme depuis 6 ans au moins quand j'ai acheté Yasha). Depuis, j'ai lu presque tous ses manga en chinois, dont un en scans en anglais. De ses oeuvres marquantes, j'ai California Monogatari en japonais à feuilleter (malheureusement).
- Moto Hagio: Découverte sur le tard (en 2012), j'ai longtemps associé cette mangaka à Riyoko Ikeda. Un peu dû à ma frustration devant l'arrêt du Cortège des cent démons, l'absence de nouvelles séries de Akimi Yoshida, l'attente de La princesse Kaguya, Onmyôji ou 7 Seeds, j'ai fini par m'intéresser à Moto Hagio. Sans Akimi Yoshida, pas sûre que je l'aurais découverte si "vite". J'ai eu un choc en lisant A Drunken Dream and other Stories. Son interview et sa conférence à Pompidou pour Planète Manga m'ont donné un aperçu d'une scénariste à l'imagination débordante, puisant son inspiration dans la SF et dans les relations familiales compliquées. C'est simple, ses histoires ressemblent peu à celles d'autres mangaka. Qui plus est, il faut dire que son dessin est absolument magnifique, et que dire de ses planches, entre un découpage et une mise en page particulièrement travaillés. Depuis, j'ai lu la plupart de ses oeuvres principales en anglais et en chinois. Je braverai sûrement les scans pour lire Zankoku na kami ga shihai suru car je suis persuadée que nous ne l'aurons pas en raison de sa longueur. Je me réjouis surtout que Fantagraphics continue à creuser son oeuvre (je ne compte plus du tout sur les éditeurs français).
- Fumi Yoshinaga: All My Darling Daughters fut un choc. La mangaka avait un talent inné pour décrire une psychologie très fine des personnages mais aussi et surtout pour parler de la vie de tous les jours! Son dessin est simple, assez mainstream, mais fort reconnaissable et surtout élégant. Elle excelle dans la représentation des changements d'expression de ses personnages. Elle recycle souvent des thèmes liés à la cuisine, à l'homosexualité, mais le tout parsemé d'un regard très souvent féministe (avec des réflexions qui tombent parfois dans les manga). C'est surtout avec sa seconde série sortie en France, Le Pavillon des hommes, qu'elle a fini par devenir très très vite une des mangaka préférées. Encore aujourd'hui, il s'agit à mes yeux de la série en cours qui me passionne le plus! Le manque de Yoshinaga s'est très vite fait sentir, de sorte que j'ai fini par m'acheter tous ses manga disponibles en anglais (on a eu BEAUCOUP de chance), me permettant de lire quasiment l'intégralité de son oeuvre. J'ai aussi complété ma soif de Yoshinaga avec un peu de chinois.
- Taiyou Matsumoto: Depuis longtemps je m'intéressais à ce mangaka sans oser l'approcher. Ma première lecture de Matsumoto fut Frères du Japon, manga atypique donnant très envie de découvrir Amer Béton. Mais la rareté de la série m'a coupé l'envie d'en découvrir plus. Puis la réputation de Ping Pong ici et sur Mangavoraces ont fait le tout, surtout qu'il s'agissait là d'un manga de sport, chose un poil plus commune pour moi. La claque fut telle que j'ai fini par acquérir tout ce qui était possible en français. Son dessin plein d'audace (jusqu'à la période Number 5 à mes yeux), sa poésie, son univers particulier et la présence d'enfants (et de l'amitié) m'auront conquise pendant longtemps. Aujourd'hui, je continue à acheter ses manga, plus jolis dans le trait (je trouve) mais aussi moins audacieux. Je trouve aussi que Matsumoto est moins "bizarre" dans ses histoires et plus dans l'émotion. Son style est plus mature mais j'ai une préférence pour la première moitié de ses oeuvres. Malgré tout, il est le seul homme présent dans mes mangaka préférées!

Ensuite:
- est em: Avec elle, j'ai eu envie de redécouvrir le BL alors que j'avais arrêté d'en lire (sur Internet). J'aime son dessin qui a une tonalité très européenne, sa capacité à dessiner des hommes extrêmement sexy, son découpage et ses histoires matures. Je l'ai découverte sur Tango et au départ, j'ai cru que c'était du Natsume Ono! Depuis, j'ai lu tout ce que j'ai pu trouver d'elle en anglais et en chinois. Elle reste cependant toujours aussi boudée par les éditeurs français, que ce soit Taïfu ou IDP. J'aimerais beaucoup que Futuropolis sorte Golondrina malgré son format. Surtout qu'elle voulait au départ apprendre la BD à Angoulême mais a fini par opter pour les Etats-Unis (Matt Thorn) en raison de la langue ^^; ! Son point faible reste pour moi ses illustrations couleurs.
- Natsume Ono: Découverte ici grâce à Natth via Goyô. Quand le manga est sorti, j'étais perplexe: encore un titre de samouraï (il devait y en avoir pas mal pour que j'aie cette réflexion!). J'ai longtemps laissé cette série sans même la feuilleter et puis la lecture du volume 1 en bibliothèque m'a fait changer d'avis, même si il m'aura fallu le volume 2 pour devenir complètement dingue de la mangaka. Sa capacité à raconter des histoires super lentes, son dessin lorgnant vers l'Occident (le comics indé surtout), le fait que ses histoires soient comme "filmées" par des réalisateurs indépendants aussi. Il y a une temporalité, une tonalité que j'aimais beaucoup. La plupart de ses manga parlent de voyages, intérieurs ou extérieurs. Hélas, après Goyô et la saga Gente, nous n'avons plus rien eu d'elle ici. Aux Etats-Unis, d'autres titres sont sortis (des one-shot surtout), puis elle est revenue grâce à l'adaptation animée de Acca 13 (chose qui a son importance outre-Atlantique Surpris ). Comme pour est em, les éditeurs BL ont boudé ses titres sous basso. Pour ma part, j'ai lu ses titres en anglais et chinois, dont ceux de basso. Et c'est toujours excellent!
- Reiko Shimizu: Je suis devenue fan de cette mangaka grâce à Princesse Kaguya. J'aime beaucoup son The Top Secret aussi, forcément, mais un peu moins quand même! Son goût pour la SF et le fantastique et ses très beaux dessins (froids) m'ont séduites. Ses scénario sont aussi très soignés et même Moto Hagio apprécie son The Top Secret! Depuis, j'ai aussi pu lire Moon Child et sa série avec Jack et Elena (des androïdes: une série de 5 volumes puis pas mal de one-shot), ainsi que The Top Secret - Season 0. Ces dernières années, elle s'est plutôt spécialisée dans le thriller. J'aimerais beaucoup la revoir dans du fantastique!
- Ichiko Ima: Comme d'autres ici, ma découverte de son oeuvre s'est faite par le regretté Cortège des cent démons. J'aime son dessin, que ce soient ses planches souvent très élégantes ou ses illustrations couleurs. Elle manie les deux à la perfection. Il y a aussi beaucoup d'humour dans ses manga (souvent des personnages embarrassés), et la présence de la famille. Evidemment, j'apprécie sa capacité à manier le fantastique. Elle reste une grande mangaka des yôkai, fantômes, mais aussi de BL avec des relations très alambiqués (et peu de sexe!). A côté de cela, elle a aussi une série constituées d'histoires courtes sans suivi qui s'appelle Kishibe No Uta, se déroulant dans un univers désertique faisant penser à une forme de "Chine ancienne" fictive où on croise des monstres. Depuis, j'ai pu continuer Le cortège des cent démons et j'ai lu le gros de sa bibliographie en chinois. Hélas, même à Taïwan, elle se fait de plus en plus rare... je me demande sincèrement si elle ne passe pas dans la case "ringarde".
- Yumi Tamura: Découverte par Basara, elle reste pour moi LA mangaka du shôjo d'aventure!!! Elle raconte des histoires riches en mouvement, avec un souffle épique époustouflant et c'est bien difficile de l'égaler. Ses histoires sont très soignées aussi, et son 7 Seeds aura enfoncé le clou. Elle parvient à écrire des personnages marquants, surtout féminins. Surtout, elle parvient à en gérer une énorme quantité!!! Ses séries sont souvent longues, et son dessin reconnaissable entre 1000 (on aime ou pas). Depuis, j'ai pu continuer 7 Seeds en chinois (mais en "pause" depuis 3 ans...) et j'ai découvert Chicago puis Nekomix. Elle est injustement boudée et n'a surtout pas eu de chance ici Triste .
- Mari Okazaki: Une découverte possible grâce à Delcourt époque Akata. J'ai suivi ses manga comme tous les membres du forum, mais elle est devenue une de mes préférées grâce à Complément affectif, à mes yeux le plus grand des josei (oui, ça n'existe pas!) de cette époque sur les femmes adultes qui tentent de mener carrière et amour. Depuis, j'ai aussi pu lire & (stoppé à Taïwan... 2 volumes!) que j'apprécie malgré le triangle amoureux. Son dessin sensuel marque beaucoup et j'apprécie surtout son découpage mêlant des éléments naturels comme les poissons ou les plantes pour exprimer les sentiments de ses personnages. Bref, visuellement, on ne s'ennuie jamais!
- Ryô Ikuemi: Découverte par Puzzle, Ikuemi a la capacité d'écrire du shôjo mature avec des personnages de jeunes adultes. Ses histoires s'ancrent dans la réalité et les personnages ont des réactions tellement humaines!!!! Depuis, j'ai pu lire ses autres titres sortis chez Panini mais aussi quelques titres en chinois. Je n'accroche pas à tout (Barairo ni ashita!!!). J'aime beaucoup la présence familiale dans ses manga Sourire .
- Haruko Kumota: J'ai découvert cette mangaka sur Le rakugo ou la vie (pas l'anime) en chinois. C'est une des rares mangaka que je me suis mise à lire ainsi, direct, devant l'impatience ressentie quand j'ai découvert la couverture de ce manga. C'est simple, je suis tombée amoureuse de son dessin très expressif, mais aussi de ses personnages de vieux ronchons!!!! Depuis, j'ai lu Shinjuku Lucky Hole que j'ai tout autant aimé (un BL) et j'attends avec impatience de lire La forêt des roses. J'espère trop que IDP ne la laissera pas tomber!!!
- Reiko Okano: Pour Onmyôji évidemment, l'une de mes plus grandes découvertes manga de tous les temps. Elle manie le fantastique comme personne, elle a un grand sens de l'érudition, ses manga sont raffinés, élégants, c'est une déesse, tout simplement. Son dessin est somptueux, un vrai délice pour les yeux. Depuis, j'ai réussi à lire Fancy Dance en chinois, je continue Onmyôji - Tamatebako, j'ai lu sa série qui se passe dans l'ère des Tang (drôle au possible Mort de rire ) et j'ai pu feuilleter son Calling en italien (adaptation de la Sorcière de la forêt d'Eld de Patricia McKillip, un manga de fantasy vraiment fabuleux...). Je ne comprends pas que son oeuvre ne s'arrache pas plus chez les éditeurs occidentaux T-T .
- Fusako Kuramochi: Son Simple comme l'amour m'a donné envie de redécouvrir du shôjo plus quotidien alors que je ne jurais plus que par le fantastique/ SF dans cette catégorie éditoriale. Elle m'a montré que certaines romances scolaires peuvent valoir le coup. Surtout, elle réussit à dessiner des personnages très humains, qui grandissent sous nos yeux. Sans parler d'une poésie constante dans sa manière de dessiner, et une narration graphique tellement maîtrisée... Depuis, j'ai lu As Elise en chinois, un manga qui parle d'Internet qui m'a moins convaincue. J'aimerais tellement lire Hana ni sômu un jour... mais je n'y crois pas trop!!!!
- Tomoko Yamashita: Complètement inédite en français, je ne comprends pas trop son absence. Je la rapproche de Fumi Yoshinaga pour sa capacité à oeuvrer à la fois dans le BL et dans le josei. Elle ne dessine que des manga pour femmes adultes. Elle officie beaucoup dans le Feel Young, à mon grand dam. Je l'ai découverte en anglais et en chinois (avec beaucoup de difficultés!), et j'espère un jour voir son BL fantastique The Night Beyond the Tricornered Window chez nous. Il serait temps pour cette mangaka au succès commercial et critique au Japon! Je lui trouve une grande qualité d'écriture et un dessin qui me plaît beaucoup.
- Fuyumi Soryô: Comme d'autres, je l'ai découverte par Mars, romance très marquante. C'est rétrospectivement que j'ai aimé cette mangaka, après avoir découvert la tonne de comédies romantiques scolaires! J'ai surtout adoré son Eternal Sabbath, un manga de SF et puis évidemment Cesare. J'aime beaucoup son dessin un peu froid, mais surtout la noirceur qui se dégage de ses manga. J'ai pu relire Mars que j'estime plus que quand on me le prêtait à une époque Très content . Depuis, j'ai lu ses recueils d'histoires courtes en allemand.


Finalement, je hais les manga harem mais j'ai bien l'impression que mes mangaka préféré-e-s en constituent bien un: Taiyou Matsumoto est le seul homme parmi une pléthore de femmes Mort de rire Mort de rire
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 22/07/18 18:37    Sujet du message: Mon cas Répondre en citant

J'ai commencé ce matin, sauf que je le fais pour mon WordPress, ma liste pour répondre au sujet de Gemini.

Pour moi aussi, il n'y en aura pas 50, mais une quinzaine, les autres ne méritant pas une mise en avant à mes yeux.

C'est marrant, Taliesin, tes 5 du top des top font partie du mien aussi. C'est après que ça se gâte (à l'exception de Natsume Ono) Sourire

Et puis, ça sera plus masculin (mais de pas beaucoup) Sourire
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 22/07/18 18:44    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'en ai que 4 dans mon top du top ultime Clin d'oeil . Là, il s'agit vraiment de mangaka dont j'ai lu PRESQUE toute l’œuvre ou au moins une grande partie des principales. Pour le reste, soit je n'ai pas lu assez d'oeuvres (disponibilité), soit je n'ai pas accroché à tout, soit elles sont très spécialisées et ont un éventail moins varié du coup. J'ai presque hésité à placer Hiromu Arakawa Clin d'oeil
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 22/07/18 19:04    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai hésité aussi à la placer dans ma liste. Mais, si j'aime énormément FMA, Nobles paysans et Silver sppon, j'apprécie sans plus Arslan et pas du tout Hero tales. Il est vrai qu'elle n'est pas scénariste sur ces deux mangas-là.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 22/07/18 19:07    Sujet du message: Réaction Répondre en citant

Je manque de concentration (c'est dimanche, c'est normal), je n'arrive pas à compter correctement Mort de rire

En fait, il y a 18 auteur·e·s dans ma liste (par ordre alphabétique) :
Mitsuru Adachi
Hiromu Arakawa
Ino Asano
Moto Hagio
Io Kuroda
Tayou Matsumoto
Shioko Mizuki
Minetaro Mochizuki
Tomoko Ninomiya
Natsume Ono
Kyoko Okazaki
Rumiko Takahashi
Shin Takahashi
Akira Toriyama
Kei Toume
Chika Umino
Akimi Yoshida
Fumi Yoshinaga

Il y aurait pu avoir plus de monde si j'avais pu lire plus d'une de leur œuvre...

Tout ceci sera développé dans un billet WordPress.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 22/07/18 19:34    Sujet du message: Répondre en citant

Vous noterez la récurrence d'auteurs invendables dans chaque sélection. Mention spéciale pour celle de Taliesin en la matière Cool
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 22/07/18 23:28    Sujet du message: Répondre en citant

Sûrement l'influence de 10 ans de fréquentation du forum... Mort de rire

Moi aussi je ne peux avoir 50 mangaka c'est trop. Pour la plupart, soit je n'ai aimé qu'une seule oeuvre de manière aussi forte (genre Ryû Fujisaki et Togashi ou George Asakura dont je n'ai pas aimé Piece Of Cake mais vu le peu de manga qu'on a eus!, Takako Shimura j'aime surtout son Wandering Son à la folie), soit je ne les estime plus autant aujourd'hui (Akira Toriyama et Clamp), ou bien je n'ai lu qu'une seule oeuvre (Yellow Tanabe). J'aime certains (surtout certaines) mangaka en plus comme Rumiko Takahashi, Kei Toume, Shoowa, Kyôko Okazaki, Osamu Tezuka, Kazuhiro Fujita, Mitsuru Adachi, Kaoru Mori, Hisae Iwaoka, Daisuke Igarashi, Yuki Urushibara, Aoi Ikebe, Ricaco Iketani, Harold Sakuishi, Natsuki Sumeragi, Asumiko Nakamura (rien ne m'a plus marqué que Utsubora en fait) mais le mot "préféré" reste trop fort.

@herbv: hâte de lire ton billet quand tu sauras compter :p
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Therru
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 25 Avr 2007
Localisation : Liège

Message Posté le : 23/07/18 00:10    Sujet du message: Répondre en citant

En regardant ma collection dans le gestionnaire, et en conservant les critères suivants : plus de deux oeuvres appréciées toujours maintenant et univers graphique qui me parle, je me retrouve avec :

1) Rumiko Takahashi (Urusei Yatsura, Maison Ikkoku, La tragédie de P), parce que c'est une mangaka au style graphique simple mais terriblement expressif, qui n'a pas son pareil au niveau dynamisme, et qui sait manier toutes les émotions et un peu tous les styles, et qui a développé un univers et une personnalité bien à elle.

2) Kazuhiro Fujita (Moonlight Act, Karakuri Circus, Springald), parce que c'est un manga qui insiste particulièrement sur les regards chez ses personnages, et qui cherche à faire quelque chose de "littéraire" dans ses histoires, tout en conservant l'aspect hyper divertissant. C'est aussi un auteur dont on ressent tout l'amour qu'il a pour ses personnages (Le rappel des artistes à la fin de Karakuri Circus...).

3) Fumiyo Kono (Le Pays des Cerisiers, Pour Sanpei, Dans un Recoin de ce monde), parce que son style est émouvant, et qu'elle n'a pas son pareil pour décrire le quotidien avec humour et sensibilité, et elle n'a pas peur de se frotter à la dureté de la vie de façon frontale tout en conservant cette part d'espoir à chaque fois.

4) Tetsuya Toyoda (Undercurrent, Goggles, Coffee Time), parce qu'il y a aussi une poésie du quotidien que j'apprécie énormément dans ses histoires, dans un style plus mélancolique que Fumiyo Kono.

5) Makoto Yukimura (Planètes, Vinland Saga), parce qu'il y a un côté intellectuel que j'apprécie dans ses oeuvres, assez contemplatif parfois, et qui fait voyager, réfléchir, rire et rêver.

Moui, on va dire qu'honnêtement pour moi, atteindre les cinquante mangakas est une douce utopie.^^ On notera aussi qu'il y a deux auteurs qui privilégient les histoires one-shots, donc ça aide à se faire une vision d'ensemble de leur sensibilité.

Mais c'est pareil pour le cinéma, il y a beaucoup de films que j'adore, et très peu de réalisateurs dont j'aime vraiment le travail dans son ensemble.

Il y a d'autres mangaka que j'aurais aimé rajouter, comme Chica Umino pour "March comes in like a lion" (mais je n'ai pas lu "Honey & Clover" parce qu'il paraît que la trad est atroce), Nanae Haruno pour "Papa told me" parce que je suis tombée sous le charme des trois tomes d'anthologie sorti chez nous, ou Fusako Kuramochi parce que j'adore "Simple comme l'amour". Malheureusement, je ne peux affirmer avec conviction que j'apprécie vraiment leur univers dans son ensemble, alors que ces cinq-là sont solides dans ce qu'ils m'apportent avec leurs thèmes, leur personnalité, leur graphisme et leur narration.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 23/07/18 02:47    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas vraiment réfléchi à la question au-delà des cinq premiers, ce sont les mêmes depuis des années :

1) Mamiya Oki : Cette mangaka a surtout été traduite en allemand, langue que je ne parle pas, mais ce n'est pas grave car ses mangas n'ont pas besoin de traduction. Ou plus exactement, les mangas que je préfère chez elle (Jadou, le second tome de Vartrag Tales) sont dessinés avec un tel soin, y compris les décors, les personnages sont si expressifs et l'histoire est tellement lisible d'un point de vue graphique que la traduction, c'est surfait 😎. J'ai quand même trouvé des infos sur l'histoire et les différents personnages, ce qui m'a permis de combler quelques blancs. Maintenant, je préférerais bien sûr que ses mangas soient traduits, mais je n'ai vu que des sorties en Allemagne ou celle du spin-off de Jadou aux États-Unis. Cette artiste est principalement illustratrice, ce qui limite son actualité éditoriale en temps que mangaka. Je trouve cela dommage, mais les illustrations de ses light-novels sont si réussies 😍

2) Bohra Naono : Il y a plusieurs choses qui m'ont marquée chez cette mangaka : son trait carré, un peu brut de décoffrage, ses personnages très variés, son intérêt pour les quadras/quinquas qui font leur âge, l'équilibre qu'elle sait mettre entre la tendresse et la dureté avec toute l'émotion qui s'en dégage... Mais je crois que la diversité de ses histoires est l'un des éléments le plus important. Même en tranche de vie, elle sait trouver, parfois en quelques pages, des scénarios aussi surprenants qu'attachants. Les mangas que je préfère sont cependant liés à la fantasy ou au fantastique comme Midnight Stranger (sorti chez SuBlime). Whispers est le seul titre publié en France.

3) Moto Hagio : Je pense qu'il n'est plus nécessaire de la présenter ici. C'est son identité graphique, si reconnaissable et à mes yeux fascinante, qui me paraît être son aspect le plus marquant. Mais elle sait aussi construire des histoires d'une grande richesse humaine, souvent très inventives, intrigantes et parfois complexes (comme Marginal je dirais). Son art du symbolisme est une vraie merveille dans Zankoku na Kami ga Shihaisuru, il porte si bien l'histoire et les non-dits des personnages. L'anthologie publiée en France présente notamment des histoires courtes très diverses, qui sont le parfait exemple de la sensibilité et de l'imagination dont elle sait faire preuve.

4) Yuu Higuri : Je ne serais pas aussi unanime pour cette mangaka que pour les précédentes. Mais son univers artistique très diversifié, allant de la romance lycéenne à la saga historique, en passant par les histoires de démons, de pirates et de pouvoirs psychiques, m'a permis de découvrir des histoires passionnantes (Ludwig II, Cantarella, Gorgeous Carat, Seimaden 😍 ) et d'autres beaucoup moins (Crown 🤢 ). Ses personnages dégagent beaucoup de charisme et de personnalité, aidés en cela par un trait soigné et mise en page destructurée comme il faut. Par le jeu des regards aussi, souvent très expressif, même si c'est loin d'être la seule dans le manga.

5) Hideshi Hino : Je pense qu'il m'a suffi de lire Panorama de l'enfer pour cet artiste passe devant presque tous les mangakas que je connais. Ce titre exprime avec une telle force l'univers des personnages (et de l'auteur d'une certaine façon je pense) qu'il me paraît difficile que le lectorat ne soit pas touché, voire perturbé. Le style graphique, très caractéristique, joue aussi son rôle dans l'appréhension du manga. Il semble imprégner d'un filtre glauque et inquiétant les personnages et le récit, jusqu'au paroxysme très marquant. On retrouve les mêmes éléments dans Serpent Rouge, mais j'ai trouvé L'Enfant insecte moins impressionnant.

Je pense que je pourrais faire un top 50 en cherchant bien, mais c'est déjà dépassé. Sur Twitter, ils en sont au top 100 maintenant. De toute façon, ce sera forcément plus anecdotique que ces mangakas dont le choix est apparu comme une évidence pour moi. Du coup, ce n'est pas l'amour inconditionnel pour tous leurs titres qui compte, mais la façon dont leur oeuvre me parle globalement. Même dans leurs titres les plus ennuyeux (même dans Crown XD), il y a le reflet de ce que j'adore ailleurs bien que cela ne soit pas suffisant pour lire le titre en entier. D'un autre côté, à part pour Yuu Higuri, je n'ai pas trouvé de mangas que je ne voudrais pas lire chez ces artistes.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 23/07/18 03:17    Sujet du message: Répondre en citant

Yuu higuri continue à dessiner ? J'aime beaucoup son côté old school mais ses mangas vont du nanar au très bon
_________________
Groupe facebook de vente manga en Belgique :
https://www.facebook.com/groups/1024308591038526/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Natth
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Mai 2008

Message Posté le : 23/07/18 03:41    Sujet du message: Répondre en citant

Elle a commencé en 2017 Frankenstein no matsuei, un manga librement inspiré du roman de Mary Shelley. Elle a aussi terminé Princesse Ledalia, une série en 5 tomes débutée en 2013 sur les aventures d'une jeune héritière élevée et vivant parmi un équipage de pirates.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
sushikouli
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 29 Oct 2003

Message Posté le : 23/07/18 10:14    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai réussi à faire un Top 50 des auteurs publiés en VF (dont 18 femmes), répartis en trois groupes : ceux que j'achète les yeux fermés (26), ceux dont je suis l'actu et pour lesquels j'avise au fur et à mesure avec un a priori positif (16), et ceux où c'est au cas par cas, quand ils sont traduits (8 ).

Bonus : un groupe de 10 auteurs "c'était mieux avant" (dont 3 femmes) qui ne correspondent plus du tout à mes envies de lecture aujourd'hui.

Je pense que je pourrais même encore faire un groupe "accident(s) de parcours" avec des auteurs qui ont fait un excellent titre et n'ont jamais été republiés derrière. S'ils n'ont rien fait d'autre, on ne risque pas de les suivre sur la durée...

Je vous épargne la liste, c'était juste pour dire que c'est faisable (plus qu'un Top 10, en fait ^^).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation