Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

Petites chroniques BD's (2)
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 15, 16, 17
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> Tribune libre
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 03/04/16 21:53    Sujet du message: Réaction Répondre en citant

Taliesin a écrit:
Beauté, édition intégrale en bichromie de Kerascoët et Hubert



Je lis une BD que j'ai reçue cet été pour mon anniversaire. Depuis un moment les couvertures de l'édition en volumes à l'unité de Beauté m'intriguent en librairie. Cette édition intégrale est en bichromie et je dois dire que c'est beaucoup plus joli que l'édition de base. Le tout est visuellement très réussi, en bleu marine et or. La couverture est du plus bel effet, ainsi que le dos rond, avec ses dessins. Une édition magnifique, dotée d'un épilogue de quelques pages inédites dans l'édition de base. Le tout est tiré à 3000 exemplaires.

Beauté se passe dans un univers proche des contes. Au tout début de l'histoire, nous suivons Morue, une paysanne très laide qui aimerait bien être plus jolie. Alors qu'elle va puiser de l'eau, elle fait la rencontre de la fée Mab qui lui accorde alors le vœu de devenir belle. Seulement, notre héroïne ne va pas simplement devenir belle, sa beauté va ensorceler tous les hommes qu'elle croisera, rendant sa vie compliquée.

Si j'étais enthousiaste devant l'objet, je dois dire que j'ai eu beaucoup de peine à accrocher à l'histoire! Cette intégrale comprend trois albums, et le premier fut un peu laborieux. L'histoire manque clairement de rythme, et le personnage de Morue est peu sympathique. Les autres aussi, quand on y pense bien. Le second volume voit l'ascension de Morue vers les hautes sphères du pouvoir, et là, on peut voir les dégâts de la jalousie et une Morue plus insupportable que jamais. Le dernier et troisième album a plus de rythme et d'action, c'est peut-être pour cela qu'il m'a plus plu.

Globalement, la lecture fut ardue. Il manque de rythme à cette bande dessinée. L'idée de départ n'est pas mal et les auteurs abordent plusieurs facettes de la beauté qui peuvent rendre jaloux à en mourir. Après, cela vient peut-être de moi, les histoires de jalousie n'étant pas vraiment ma tasse de thé, du moins sur le plan de la beauté. Il faut dire qu'en plus, l'apparence physique n'a jamais figuré au top de mes intérêts personnels ^^; . L'univers aurait pu être aussi un poil plus enchanteur, il manque clairement quelque chose à mes yeux. Et puis les personnages ne sont pas vraiment attachants bien que ce soit volontaire de la part des auteurs. Seule la conclusion m'a plu. Un bel objet mais une lecture vraiment fastidieuse. Un petit mot sur les couverture des albums, et qu'on retrouve en bichromie séparant chaque partie de l'histoire: elles sont vraiment sublimes, en particulier la dernière, qui a une esthétique très yôkai Sourire .

Faudra penser à me le prêter, au fait.

Sinon, je me suis fait une "spécial western" à Album Dante, hier.


La franchise Lucky Luke se met aussi aux collaborations one-shot hommage ou revisite par un auteur de BD de renom. Si j'ai de fortes réserves sur la version de Bouzard (pourtant, j'apprécie l'auteur), je dois dire que je suis emballé par celle de Mathieu Bonhomme. Du bonhomme (ha ha, humour), je ne connais que la série (excellente) Texas Cowboys, scénarisée par Lewis Trondheim.

Par une nuit orageuse, Lucky Luke arrive dans la bourgade boueuse de Froggy Town. Comme dans de nombreuses villes de l'Ouest, une poignée d'hommes y poursuit le rêve fou de trouver de l'or. Luke souhaite y faire une halte rapide. Mais il ne peut refuser l'aide qui lui est demandée : retrouver l'or dérobé aux pauvres mineurs du coin la semaine précédente. Avec l'aide de Doc Wesnedsay, Lucky Luke mène une enquête dangereuse, car il est confronté à une fratrie impitoyable qui fait sa loi à Froggy Town, les Bone...

D'humour, il n'en sera pas question ici. Sur une trame hyper-classique (une ville vivant sous la coupe d'une famille dont l'un des membres est le shérif), Mathieu Bonhomme réussit à créer une galerie de personnages qui sont à la fois des archétypes du genre et complexes. Surtout, il dépeint un Lucky Luke plus humain, loin du héros détaché et décontracté de la série originale. Il est particulièrement appréciable pour le connoisseur de repérer les hommages et clins d’œils que l'auteur lui adresse, avec une mention spéciale à la mise en couleur.


On est ici en face d'une histoire d'un genre totalement différent. Comment pouvait-il en être autrement avec Loo Hui Fang. C'est une artiste que certains d'entre nous, ici, aiment bien, et elle ajoute ici une nouvelle corde à son arc de scénariste : le western. Ajoutez à cela le superbe dessin de Frederik Peeters (qu'on apprécie beaucoup sur Mangaverse, et depuis longtemps), et on avait ici les ingrédients d'une belle réussite.

L'Ouest sauvage
Une mission à la dérive
Un type qui rôde
Des Indiens tout-puissants
Un mystère

Et le désir, immense, insolent


Ouf, on ne sera pas déçu par la lecture même si j'ai personnellement quelques petites réserves sur certains comportements des protagonistes. En tout cas, l'histoire est sacrément barrée, de plus en plus au fur et à mesure que le récit progresse vers sa conclusion. Il y est donc question de grands espaces à exploiter, de chevaux, de spiritisme, et d'un amour brulant, comme le soleil du désert.

Je ne suis pas fan de la mise en couleur qui, de mon ressenti, écrase un peu trop le dessin de Peeters, je vais essayer de voir ce que donne la version "deluxe" en bichromie. Malheureusement, cela fera perdre le rendu de certains paysages qui sont splendides.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair


Dernière édition : herbv le 03/04/16 22:20; Edité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
shun
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Sept 2002
Localisation : charleroi la ville noir

Message Posté le : 03/04/16 22:16    Sujet du message: Répondre en citant

Entre ici et ailleurs de vanyda: belle déception. .. toutes les 2 pages on a droit à je suis étrangère etc etc. Grosse déception. Je n'arrive pas à retrouver le charme de l'immeuble d'en face ou l'année dragon.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 03/04/16 22:22    Sujet du message: Remarque Répondre en citant

C'est ce que je crains. Du coup, je n'ai toujours pas ouvert mon exemplaire qui attends depuis plusieurs semaines sur l'étagère des "A lire".
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 02/10/16 22:52    Sujet du message: Hong Kong Comics et La ville copiée Répondre en citant


Hong Kong Comics - A history of manhua de Wendy Siuyi Wong (traduit en France chez Urban China)

Bien avant que Urban China ne le traduise, j'ai acheté la version originale (en anglais) de Hong Kong Comics. C'était en 2011 et je le termine 5 ans plus tard (entre temps, je l'ai aussi prêté à un certain H). Ce livre dresse un panorama de la bande dessinée hongkongaise et donne l'impression d'aller à une expo.

Le livre est constitué de 5 parties:
- L'introduction dresse un historique de la bande dessinée hongkongaise dans son ensemble
- Les bandes dessinées satiriques et politiques
- Les bandes dessinées humoristiques
- Les bandes dessinées d'arts martiaux
- Les bandes dessinées pour enfants

Le texte d'introduction est donc le plus important. Pour chaque partie, on retrouve en introduction un historique rapide du type de BD en question. Ensuite, on retrouve de nombreux visuels numérotés, et pour chacun d'eux, des textes explicatifs. On a donc cette impression d'exposition! Le livre est donc intéressant pour ses visuels. Comme pour l'Histoire de Hong Kong, les liens avec la Chine et le Royaume Uni sont très présents. Le manga venant du Japon a également son importance, surtout à partir des années 70 et les années 80 où celui-ci commence à être édité de manière officielle, inondant clairement le marché par rapport aux productions locales.

Je retiens surtout que le politique réapparaît lorsque les choses vont plutôt mal: au début de la colonisation, puis au moment de la rétrocession avec la peur du grand frère communiste (et y'a de quoi...). Côté années 70, la prédominance des BD d'action, avec mafieux et arts martiaux, est grande. Un peu comme les comics de super héros aux Etats-Unis. Cela est en plus appuyé par le succès de Bruce Lee en salles. Dans les BD comiques, Old Master Q a un succès fulgurant et ne cesse toujours pas de sortir depuis les années 60. Les années 50 sont l'âge d'or de la BD enfantine, très vite aspirée dans les années 70 par la concurrence de la télévision (les revues ont toutes périclité dans les années 90). On découvre aussi que les copies étaient légion sans copyright: Batman, Doraemon (sous le titre de Ding Dong, comme le bruit de la clochette, plus tard renommé Doraemon en 1999, le nom non-officiel a toujours été laissé même avec l'édition officielle du manga). J'aurais aimé entendre parler de 100% Feel dans les années 90, un simili manga sentimental très inspiré du Tokyo Love Story de Fumi Saimon. Ce n'est pas un livre à lire pour une histoire très détaillée ni pour une analyse profonde, mais c'est tout ce que l'on a ici sur le sujet en langue occidentale. De Li Chi-Tak, j'ai envie de lire un jour Black Mask (oui celui de Jet Li) et l'assassin du premier Empereur.



La ville copiée de Gnehm Matthias

Je reste très mitigée par cette BD qui parle d'un architecte suisse professionnellement en galère, et qui va en Chine rejoindre son ami de promotion qui a bien réussi à Kunming. Il travaille sur un projet de copie de la ville de Zurich et a besoin de notre héros (benêt?) pour une histoire de falsification de statue antique. Je n'aime pas spécialement les dessins et surtout pas le héros, homme d'âge mûr en plein questionnement avec une femme jalouse qui lui en veut d'un côté, une belle et ravissante Chinoise qui a l'air open. Je ne sais trop qu'en penser, surtout la fin.

A propos d'Urban, on m'a dit chez Komikku que La princesse vagabonde et Mei Lanfang se vendent plutôt bien. Par contre, Tarsylia... hum.
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Taliesin
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 01 Fév 2004

Message Posté le : 22/10/16 10:27    Sujet du message: Répondre en citant

Pour info, car je viens de l'apprendre hier soir!
Dédicace de Charles Burns à la Galerie Martel (Paris)
_________________
Merci pour tous tes liens Natth ^^ !!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 01/07/17 10:23    Sujet du message: Répondre en citant



Après les oeuvres de Barks et de Don Rosa (et accessoirement quelques autres) publiées dans la collection Les trésors de Picsou, cette fois-ci, nous avons une collection consacrée à Fantomiald, l'aletr-ego (pas toujours) héroïque de Donald créé et utilisé par des auteurs italiens. Ceux-ci nous sont présentés de façons intéressante sur une dizaine de pages. Le volume contient en outre 5 histoires d'auteurs différents. Il n'y a donc pas que Scarpa, ce qui évitera trop de doublons avec la future intégrale prévue par Glénat.

La première histoire narre donc la création de Fantomiald : elle est scénarisée par Penna et Martina, dessinée par Carpi. On y trouve, comme dans les futures histoires d'ailleurs, un Donald pas toujours très moral, en conflit avec à peu près tous les membres de sa famille et qui découvre dans une villa abandonnée divers gadgets (qu'il complètera avec l'aide de Géo) qui lui permettront de se venger. C'est une bonne histoire, avec pas mal de courses-poursuites et de rebondissements.

A la rescousse, de Martina, Scarpa et Cavazzano : le retour de Fantomiald, avec une histoire qui contient pas mal de points communs avec l'histoire précédente, Daisy, Gontran et Picsou ayant humilié Donald (qui, dans les versions intaliennes, semble ne pas trop vouloir se fouler au boulot, ce qui ne l'empêche pas d'être actif et malin lorsqu'il endosse son costume).

Retour en force : même trio d'auteurs et toujours un peu le même principe, avec cette fois-ci un Fantomiald vraiment traqué par la police et qui doit démontrer son innocence. On notera aussi une incohérence avec l'histoire précédente : Géo est censé avoir oublié qu'il avait aidé Fantomiald mais ce n'est plus le cas ici et il redevient l'assistant de Donald en créant pour lui quelques gadgets.

Double triomphe de Martina et De Vita : une histoire qui laisse vraiment une impression bizarre parce que, objectivement, les méchants sont Picsou et Donald mais que ceux-ci (et surtout Donald) ne sont pas présentés de façon négative, et d'ailleurs s'en tirent bien. Flairsou a obtenu un bijou en forme de scarabée et s'en vante, ce qui fait enrager Picsou. Pour l'aider, Donald va voler le scarabée et le remettre à son oncle... qui n'est pas gêné d'avoir un objet volé alors que, pour une fois, Flairsou n'a rien fait de malhonnête.

La justice ultrasonique de Martina et De Vita : nouvelel confrontation Donald-Picsou-Flairsou, avec un déroulement et une fin plus moraux cette fois-ci et une chute assez sympathique.



Comme le précédent, ce volume est composé de 5 histoires, scénarisées par Martina et dessinées, pour 4 d'entre elles, par De Vita, pour la 5ème par Cavazzano. Il y a aussi un contenu éditorial, mais il est moins dense que dans le premier volume. Dommage.

Dans la première histoire, un Picsou hargneux veut faire travailler son neveu. Sans trop de succès, évidemment - du coup, ce sont Riri, Fifi et Loulou qui trinquent. S'y greffent des gadgets bizarres de Géo (un crayon qui peut tout couper et ressouder ?) et une recherche d'un ancien butin volé. L'histoire est plutôt amusante, même si, encore une fois, la morale des protagonistes est assez élastique vu qu'absolument personne ne se pose même la question de rendre l'argent à la police.

Le château des 3 tours : Picsou veut pousser Donald à passer la nuit dans une maison hantée pour pouvoir ensuite le récupérer. Devant son refus, il se tourne vers Gontran, et accessoirement expulse son neveu de sa maison, ce qui a le don d'agacer Donald qui va se venger par l'intermédiaire de Fantomiald. Les gags avec les policiers à cheval sur le règlement sont plutôt amusants.

La belle au bois dormant : en raison de ses dettes (pourtant annulées à la fin de l'épisode précédent), Donald est à nouveau menacé par son oncle qui, pour une fois, s'allie avec Flairsou (et Gontran, toujours dans les mauvais coups), celui-ci lui promettant un tableau contre la maison de Donald qu'il veut transformer en piscine ; l'idée de départ est assez bizarre (une maison vaut autant qu'un tableau de maître ? Flairsou n'a pas les moyens de se construire une piscine chez lui ?) mais les coups tordus entre les 3 lascars sont assez amusants et la chute finale très drôle.

Le fil d'Ariane : pas vraiment une histoire de Fantomiald, puisque celui-ci n'apparaît pas et est remplacée par Fantomialde (que je connaissais plus sous le nom de Super Daisy). L'histoire est assez amusante en raison du machisme de Picsou et de Donald qui fait bouillir Daisy, bien décidée à le leur faire payer.

Fantomiald dans la mêlée : nouvelle rivalité Picsou-Flairsou autour de 2 statues. L'histoire est assez amusante, notamment à cause d'un produit qui force à obéir celui qui l'a ingéré. Mais le déroulement est assez prévisible.

Après 2 volumes, j'aime bien mais ça ne vaut quand même pas du Don Rosa ou les meilleures histoires de Barks.

Le tome 3 sortira le 22 septembre.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 01/07/17 11:12    Sujet du message: Réaction Répondre en citant

Ce que j'aime bien, dans les histoires de Fantomiald, c'est que les personnages ne sont pas toujours présentés comme irréprochables. Comme tu l'as fait remarqué, leur honnêteté est assez élastique, et Donlad, parfois assez mesquin, n'hésite pas à tirer profit pour lui-même des pouvoirs de Fantomiald.

Le tome 2 est effectivement plus faible. De plus, De Vita est quand même moins bon au dessin que Carpi, Scarpa et Cavazzano.

Ceci dit, j'attends avec une certaine impatience de voir ce qu'il y aura dans le tome 3.

Il y a quelques temps, il y a eu aussi deux (?) Mickey Parade Géant proposant des histoires de Fantomiald, notamment réalisées par d'autres auteurs qu'italiens. Le recueil que j'ai pu lire (le 1er) était nettement moins bon avec plusieurs histoires vraiment sans intérêt.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 01/07/17 11:19    Sujet du message: Répondre en citant

J'avais vu des volumes chez Glénat mais, en les feuilletant, ça ne m'avait pas trop intéressé. Je m'en suis donc passé.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gemini_
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Fév 2011

Message Posté le : 03/07/17 23:30    Sujet du message: Répondre en citant



Neuf ans (bordel) après la sortie du tome 6, Ken, Hongo, Keiji, Tôa, Duke, Bibi, et Vipère reviennent pour de nouvelles aventures ! Ultra-sama et Stratéquerre sont complètement dépassés. Place aux jeunes, à la nouvelle génération, aux héros et aux méchants modernes ! Et aux crossovers !

De vous à moi, je n'ai suivi que de loin les aléas de la publication de Sentai School, les problèmes liés au groupe Tournon, la récupération des droits par les auteurs, et finalement la réédition grâce au financement participatif, tout cela pour en arriver à ce tome inédit. Entretemps, j'ai lu Rolqwir chez Soleil, que j'avais adoré (même si j'attends toujours une éventuelle suite).

En parlant d'édition, c'est justement un des points faibles de ce nouveau tome : après une entame en couleur sur du papier de qualité, nous passons à une impression plus brouillonne sur du papier médiocre (les nostalgiques des manga J'ai Lu apprécieront). Apparemment, il s'agit d'auto-édition, donc je comprends les problèmes que cela peut poser. Il n'empêche qu'entre le premier et le second chapitre, ça pique les yeux.
Autre soucis, n'étant pas trop au fait des gros shônen du moment et des séries TV, j'ai l'impression de louper plus de clins d’œil qu'auparavant. Pour nous aider, les auteurs ont rajouté la liste des références à la fin. Et paradoxalement, je trouve cela dommage : trouver de nouveaux gags à chaque relecture, à force de découvrir de nouvelles œuvres, apportait une énorme plus-value à la série, faisant qu'il était possible de replonger fréquemment dans chaque tome et d'y trouver de nouveaux plaisirs. Bon, je dis ça, mais personne ne nous oblige à regarder la liste en question.

C'est tout pour les défauts. Mais avant de passer à la suite, quelques rappels pour ceux qui ne connaissent pas - ou plus - la série. Créée à l'origine dans un fanzine, puis publiée dans des magazines spécialisés (ou peut-être juste Coyote en fait) et finalement en tomes par Semic, Sentai School est née de la plume de Florence Torta et Philippe Cardona, deux amoureux de manga, de comics, de tokutatsu, de jeux-vidéo, de pop culture en général, et de George Abitbol. A la façon de Boku no Hero Academia avant l'heure, l'histoire raconte le quotidien d'élèves dans une école formant les héros de demain : la Sentai School ! Dans les faits, il s'agit d'un pastiche (chinquante-et-un) de shônen et de super-héroïsme, baignant dans des références diverses et variées (qu'il n'est pas impératif de comprendre pour apprécier même si ça aide). Pour ma part, ils ont globalement des références qui me parlent, et leurs scénarios me font souvent hurler de rire avec de vrais trouvailles (notamment quand il s'agit de tourner en dérision certains codes des genres qu'ils parodient). Après, il est vrai que j'ai commencé la série alors que j'étais en pleine découverte du manga et du comics, ce qui augmente prodigieusement l'envie de relire régulièrement chaque tome.

Après neuf années d'attente et de déboires, cela m'a fait un bien fou de retrouver les joyeux loufoques de la Sentai School. L'album commence par la visite d'une Japan Expo pour super-vilains, avec toutes les spécialités locales : ventes de faux katanas, produits pirates, Chaozu qui propose des "free hugs" (j'étais mort de rire), conférences aux thèmes variés,... Un vrai petit bonheur. La suite ne sera pas toujours aussi bonne, mais je me suis bien marré. Hormis un chapitre un tantinet hors-série dans lequel un des personnages doit sauver la ferme familial, ce tome comme les précédents suit une histoire en fil rouge ; dans celle-ci, les méthodes à l'ancienne de la Sentai School et de sa rivale la Villain's School sont mises à rude épreuve par une nouvelle génération de méchants et de héros, plus cools, plus connectés, plus poseurs, plus MCU, et plus lol. Vous voyez Deadpool et Harley Quinn ? Ben pareil. Une situation à laquelle tous nos personnages ne réagiront pas de la même façon : dépression, évolution, ou tout simplement retour à plus de simplicité ? En tout cas, les titres des chapitres donnent le ton, d'un All-New All-Different Sentai à un (Un)civil War.

Rien que de retrouver la série après toutes ces années, j'étais aux anges. Mais les auteurs n'ont rien perdu de leur humour, tout en se mettant à jour avec une très grosse influence MCU/DCEU (et un peu comics pour aller avec). Les manga sont toujours présents, avec les immanquables Attaques des Titans (le Club des Sombres), Boku no Hero Academia, et Onepunch Man (sans compter que les auteurs se sont tapés un gros trip JoJo depuis déjà aperçu dans Rolqwir). Mais il est vrai que, depuis le voyage scolaire à New-York, il s'agit sans doute du récit le plus focalisé sur la culture américaine. Est-ce que ce nouvel album vieillira aussi bien que les précédents ? Il est évidemment trop tôt pour le savoir. Mais si les auteurs remettent le couvert, je répondrai présent.
_________________
- Tu es critique. Cela signifie que tu dois classer les films sur une échelle qui va de "bon" à "excellent".
- Et si je n'ai pas aimé ?
- Ça correspond à bon !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 04/07/17 05:48    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai juste feuilleté le premier chapitre en magasin et plutôt rigolé. J'achèterai le volume à la Japan expo, histoire de me le faire dédicacer.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 17/09/17 06:35    Sujet du message: Répondre en citant

Comme prévu, j'ai donc pris ce sixième volume à la Japan expo (et mis du temps à le chroniquer). 2 avantages : d'abord une excellente couverture alternative parodiant L'attaque des titans et ensuite une Vipère dédicacée. Accessoirement,Philippe Cardona m'a indiqué qu'il visait la publication d'un tome tous les ans.

Sur le tome lui-même, c'était encore très bon. Je comprends moins les références qu'avant (vu que je n'ai jamais regardé Walking dead par exemple et que je suis assez peu les nouveaux comics Marvel) mais il reste largement de quoi s'amuser avec celles plus classiques et avec nos bons vieux élèves de la Sentaï school, toujours aussi drôles et décalés. J'ai particulièrement aimé l'engueulade entre Vipère et Bibi, avec un hilarant chapitre spécial parodiant à la fois les shojos et Hokuto no Ken et le développement de l'histoire d'amour entre Vipère et Toa (la fin de l'épisode 51 était très mignonne). Toutes les petites mesquineries et engueulades entre les personnages (Duke content de voir sa cousine démasquée et qui en fait des tonnes, Stratéquerre toujours aussi puéril) sont également très drôles.

Bref, un retour réussi : vivement le tome 7.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 24/09/17 19:00    Sujet du message: Répondre en citant

Tome 3 des chroniques de Fantomiald : il est composé de 5 histoires scénarisées par Martina, la première dessinée par Cavazzano, les 4 autres par De Vita, ainsi que d'une histoire de Dalmasso et Chierchini. 4 des 6 histoires sont inédites en VF. Sur la forme, on regrettera le peu de contenu éditorial (des résumés et les indications sur l'origine des histoires) et, en quatrième de couverture, un résumé qui est en fait celui du tome 2.

Sur le fond : comme son titre l'indique, Fantomialde contre Fantomiald est une suite du fil d'Ariane, avec la même critique du machisme de Donald, Picsou et Popop. C'est quand même assez amusant de voir qu'une histoire qui se veut féministe sortir un propos machiste comme : "Tu sais. Nous les femmes on est distraites" (ça me rappelle certains chapitres des débuts de Wonder Woman).

Les écoutes téléphoniques : Picsou, accompagné de Donald, veut participer à une vente aux enchères mais, pour l'en empêcher, Flairsou le retient sur une île déserte avec l'aide des Rapetous. Une histoire plutôt sympathique avec de bons retournements de situation.

Panique à Picsou-soir : Picsou est en colère car ses journalistes, Donald et Popop, se font toujours devancer par ceux de Flairsou - il faut dire que leur méthode de travail consiste à découper et à recopier, le jour suivant, les articles de Flairsou infos. Une histoire assez médiocre, avec des péripéties assez abracadabrantesques autour du vol d'une pyramide.

Fantomiald et le vélodrome : Picsou veut participer à une vente aux enchères et Flairsou, avec l'aide des Rapetous, l'enlève pour l'en empêcher. Ca vous rappelle quelque chose ? Normal, Martina s'est autoplagié (y compris dans des détails : lorsqueDonald, déguisé en Picsou, participe à la vente, Flairsou est à chaque fois incapable de surenchérir, étouffé à cause de la surprise.

Fantomiald contre la bande des braves garçons : cette fois-ci, Fantomiald aide grand-mère Donald que des bandits veulent dépouiller. J'ai bien aimé cette histoire, la gentille mamie ayant son caractère (et des cheveux qui changent de couleur suivant les cases).

L'intrépide seigneur du feu : Picsou magouille pour arnaquer des indiens et voler leurs terres. Une nouvelle foi, la morale n'est pas son point fort et il s'en vante. Mais au moins, cette fois-ci, ses neveux s'opposent à lui et critiquent son attitude. Il y a des gadgets assez bofs mais j'ai apprécié les astuces de Fantomiald.

Le tome 4 sortira le 20 décembre.

A noter aussi, dans 2 semaines, le premier tome de l'intégrale Scarpa chez Glénat. La première histoire se passera chez les souris mais, au vu de la jaquette, il y aura aussi des histoires de canards. Ceci dit, dans l'intégrale Barks, les couvertures n'avaient souvent pas grand chose à voir avec le contenu des volumes. Je reste donc prudent.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 30/09/17 15:46    Sujet du message: Mon avis Répondre en citant

Oui, enfin les histoires inédites. Mais la qualité des histoires est quand même en forte baisse, ce qui était prévisible. Je crains un peu le pire pour le tome 4.

J'ai aussi remarqué que Fantomialde contre Fantomiald (que j'avais déjà lue lors de sa première parution française), même si l'histoire est plaisante et la meilleure du tome (Cavazzano, quoi !), est basée sur un humour machiste, ce qui est le comble pour un récit censé aller contre ça. Cette contradiction m"était passée au dessus de la tête à l'époque (mais j'étais jeune, hein !). Sourire

Je n'avais pas fait gaffe à la sortie prochaine de l'intégrale Scarpa, on voit que je ne bulletravaille pas assez sur les couvertures. Merci pour l'info.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Cyril
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 04 Sept 2002
Localisation : Evry

Message Posté le : 30/09/17 15:56    Sujet du message: Répondre en citant

Sortie repoussée au 11, au passage. Et le dernier tome de l'intégrale Barks est également reportée au 8 novembre. Le premier tome de la nouvelle collection Goffredson est toujours pour le 22 novembre, mais ça a encore le temps de changer.
_________________
Les chats, ils dépensent leur pognon au baby-foot, ils passent leur temps à fumer des pétards et à grimper au plafond. Les chats, c'est vraiment des branleurs. C'était un message du CCC, le Comité Contre les Chats.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> Tribune libre Les heures sont au format GMT + 2 heures
Se rendre à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 15, 16, 17
Page 17 sur 17

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation