Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[NANAIRO INKO ~ L'ara aux sept couleurs]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Heiji
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 06 Sept 2002
Localisation : Japon

Message Posté le : 31/03/04 19:13    Sujet du message: [NANAIRO INKO ~ L'ara aux sept couleurs] Répondre en citant

J'ai reçu ce matin le 1er tome de Nanairo Inko ~ L'ara aux sept couleurs (de Osamu Tezuka), mon 2éme Tezuka aprés Black Jack (et en attendant Mw), et que dire...c'est simple j'aime beaucoup, je me surprend d'aimer tellement cette auteur, comem d'habitude j'ouvre le livre, les pages couleur me rebute un peu (le dessin), comme pour Black Jack, et au bout de 3-4 pages, on est dans le trippe, et on lis tous d'une traite, chaque chapitre à pour titre une piéce de Théatre, l'histoire est vraiment bien et nous montre le monde du théatre et on en apprend beaucoup, le dessin est égale à lui même, bref pour moi un bon Tezuka.
Pour ce qui est de l'édition francaise c'est du tous bon, la version Bunko est excellente, page en couleur presente, note d'information présente (pour les oeuvre de théatre,etc..), seul reproche c'est la regidité, mais bon ce petit probléme sera reglé pour les sortit d'avril et est deja reglé pour Ray.
Bref Lisez-le, c'est un bon Tezuka et Asuka vient juste de commencer l'édition de manga mais il commencer fort.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
michael
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 03 Sept 2002
Localisation : alsaco-moselane

Message Posté le : 06/04/04 17:32    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, je vais rapidement poster un avis dans le sujet consacré au manga.

Je vais aller droit au but, la lecture de ce Tezuka m'a été extrêmement pénible, et j'ai du m'y prendre à deux fois, me forçant, pour le finir.

Plusieurs éléments rentre en cause, mais d'abord un personnage vraiment inconsistant et surtout clone de Black Jack dans le principe underground, amateur mais génie, et puis voleur, enfin prend l'argent des riches (à part que Black Jack le redistribue aux pauvres en plus, mais tout le monde ne peut pas avoir la classe...), plante directement un cadre agaçant.
Il souffre d'un design que je trouve laborieux, et d'une composition pas vraiment crédible.

Rajoutez là dessus le personnage féminin qui m'a bien gonflé, le truc de l'urticaire bien enfantin, des intrigues vraiment basiques qui (il n'y a qu'une ou deux histoires qui m'ont semblé intéressantes, mais non closes car elles) finissent sur des chutes inéxistantes, on est bien obligé de se dire qu'on est en train de lire un mauvais Tezuka, clairement une de ses séries mineures en tous les cas, comme quoi tout arrive, et surtout un "sous Black Jack". J'insiste là-dessus car c'est vraiment l'impression que j'ai eu tout du long de ma lecture.

Pour achever l'ensemble, et cet élément à du jouer dans mon appréciation pour une grande part, si vous emballez le tout du travail d'adaption le plus foireux effectué par Asuka, sorte de sous-traitance à laquelle ils ne nous ont pas habitué, vous comprendrez que ce volume est vraiment désastreux.
En effet, lorsqu'une ou deux fautes d'orthographes parsèment l'édition du très enthousiasmant Black Jack, ça peut passer, mais lorsque à plusieurs reprises vous avez des répliques inversées entre les personnages, c'est à dire qui ne se trouve pas dans les bonnes bulles, et surtout des tournures de phrases que l'on se prend à relire plusieurs fois, se rendant compte qu'elles ne veulent finalement rien dire (un langage codé Question ), on en finit même par être énervé d'avoir acheté un truc qui ne vaut vraiment pas les quelques euros que l'on a mis dedans, du simple point de vue du travail effectué par l'éditeur.

Passez votre chemin, sereinement, L'histoire des 3 Adolf, Black Jack ou MW planent à des infinités au-dessus.

L'intérêt que pourrait susciter la chose se trouvent dans la présentation de chacune des pièces, puisque chaque histoire s'en veut une allégorie, puis l'espèce de "mystère" planant sur le perso, qui perso ne m'empecheront pas de vendre le volume rapidement.
_________________
"Rien que d'être vivant, de respirer ce jour-là, c'était une vérité qui était comme un inexprimable miracle".
L'audacieux jeune homme au trapèze volant, William Saroyan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mayu
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 28 Oct 2002
Localisation : Tournai (Belgique)

Message Posté le : 10/04/04 20:10    Sujet du message: Répondre en citant

Très content Très content Très content Voila, je viens d'achever la lecture du ara aux sept couleurs^^ et j'ai litteralement adoré!!!

JE trouve l'ara comme personnage vraiment excellent, j'aime bcp ce personnage, et les histoires sont plutot pas mal avec une reference au theatre ce qui donne un peu de culture generale sur le sujet d'une pierre deux coup!!

Meme si a deux reprises j'ai trouve la fin de l'histoire plutot inachevee, pour le reste c'etait vraiment tres bien^^
Et alors la derniere histoire est vraiment trop LOL quoi !!!

Vivement la suite, ce manga m'a enthousiasmé^^
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Laotzi
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 07 Jan 2003
Localisation : Paris

Message Posté le : 06/05/04 16:45    Sujet du message: Répondre en citant

(un peu en retard sur ce coup là mais mieux vaut tard que jamais)

Je dois dire que j’ai plutôt bien apprécié Nanairo Inko. Pourtant, je partais avec un a priori plutôt négatif, notamment du fait des avis assez mitigés et du souvenir de la petite déception liée à Black Jack. J’avais peur de lire un sous black jack, comme semble l’avoir ressenti michael (sachant qu’il a bien plus apprécié black jack que moi…), qui en serait une simple transposition dans le milieu du théâtre. Et bien, pour ce qui est de ce premier volume en tout cas, Nanairo Inko est pour moi bien meilleur que Black Jack.

Entendons-nous bien toutefois. Il n’y a pour le moment absolument rien de comparable entre ce nouveau Tezuka et des séries comme Phénix, les 3 Adolf ou même Ayako. Nanairo Inko est tout simplement conçu comme un manga divertissant, sans prétention, comme cela a été certainement dans l’intention de Tezuka, et il m’a fait passer un agréable moment de lecture. A mon sens, les histoires qui parsèment ce 1er volume sont bien mieux conçues que celles de Black Jack et ont en tous les cas bien mieux réussi sur moi leur très honorable mission de me divertir. On est clairement ici dans une œuvre plutôt mineure de Tezuka, encore que le terme soit réducteur et un peu injuste. Disons qu’il s’agit d’une œuvre bien moins ambitieuse que d’autres, qui s’adresse certainement à la base à un public plus jeune, mais qui reste plutôt bien faite.

Le dessin est différent de ses œuvres les plus profondes, laissant davantage de place à l’exagération, à la caricature, sans toutefois quand même aller trop loin. Tezuka ne cherche pas à être réaliste, que ce soit sur le plan du dessin ou du scénario, et c’est très bien ainsi ici. L’idée de base, à savoir centrer chaque histoire sur une pièce de théâtre différente est plutôt originale, et on peut espérer que l’écueil de la répétions et de la lassitude sera évité par le faible nombre de volumes. Bien entendu, le lien est parfois un peu artificiel entre le sujet de la pièce de théâtre et l’idée que veut faire passer Tezuka. Bien entendu, les personnages sont très peu développés, parfois caricaturaux et un peu horripilants (comme la jeune inspectrice). Bien entendu, l’ensemble est donc un peu léger, et parfois un peu maladroit. Mais globalement, je mentirais si je disais que je n’avais pas passé un bon moment de lecture. Peut-être aussi parce que je n’en attendais pas grand-chose alors que c’était l’inverse pour Black Jack.

Par contre, l’édition est vraiment moyenne. Outre un traduction qui me paraît franchement médiocre (mais j’avoue que je suis très mal placé pour juger sur ce plan là), l’orthographe est encore très énervante. Lire deux ou trois fois « le ara » ou « du ara » passe, mais lorsque cela fait plus d’une trentaine ou quarantaine de fois, on a franchement envie de balancer le bouquin. Mais bon, ce n’est qu’un défaut temporaire qui sera sans aucun doute résolu pour les prochaines sorties d’Asuka, et il ne faudrait pas blâmer trop durement les jeunes éditeurs qui débutent, qui semblent motivés, communiquent largement et sont désireux de bien faire.

Nanairo Inko est en tous les cas la seule série d’Asuka qui m’a convaincu (mais j’espère bien que l’éditeur saura me surprendre positivement dans le futur), même si honnêtement, elle n’est pas non plus indispensable. Rien de transcendant mains une petite série divertissante sympathique. Je serais tenté de dire que ceux qui ont aimé Black Jack pourraient également apprécier Nanairo Inko (même si ça ne semble pas être le cas pour tout le monde), et même ceux qui ont été un peu rebutés par Black Jack pourraient trouver la lecture de ce nouveau Tezuka divertissante.
_________________
"Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. (...) Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse." Victor Hugo, Napoléon Le Petit.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kaibara
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 17 Déc 2002
Localisation : Asnières-sur-Seine (92)

Message Posté le : 22/06/04 15:47    Sujet du message: Nanairo Inko (vol. 1 & 2) Répondre en citant

[url=http://www.forum-mangaverse.net/viewtopic.php?t=3012&start=525]
Semi copié-collé du topic : Dernieres lectures : vos avis (n°3)[/url]


Nanairo Inko (vol. 1 & 2) :

Très proche dans la forme d'un Black Jack, Nanairo Inko souffre un peu de la comparaison avec celui-ci. Il n'est certes pas mauvais, mais bien un cran en-dessous que son illustre homologue. Cependant, ce constant est surtout vrai pour le tome 1.

En effet, même si le tome 2 reste dans un schéma narratif proche de Black Jack, il parvient néanmoins à s'en différencier suffisamment pour se créer une identé propre et être bien agréable à la lecture.

La vraie bonne surprise du tome 2 donc se matérialise en la présence d'un nouveau personnage vraiment hilarant (et très kawaï aussi ^^) ! En tout cas, je l'ai grandement apprécié et j'étais écroulé de rire à chaque fois qu'il apparaissait ! Ce personnage, vraiment réussi, parvient à créer une différence certaine avec Black Jack en offrant à Nanairo Inko une touche salvatrice d'humour. D'ailleurs, je pense que la portée de ce personnage sur l'intérêt de lecture du manga n'est pas sans rappeler celle qu'avait insufflée Pinoko dans Black Jack (privilégiant cependant plutôt l'humour ici et moins l'émotion suscitée par le personnage).
En outre, certains personnages (comme l'inspectrice notamment), qui étaient carrément "agaçants" dans le premier volume, sont montrés dans le deuxième opus sous un visage différent. Ca aussi, c'est une très grande idée de la part de Tezuka.

Nous voici donc en présence d'un très sympathique manga qui a su s'enrichir agréablement d'un tome à l'autre (et pallier à un certain nombre de ses défauts).

De plus, Asuka a réduit le nombre de pages dans le manga et c'est plutôt appréciable (le premier volume étant particulièrement "lourd" à lire).

On attend impatiemment la suite ( qui sera relativement courte à attendre, étant donné qu'il ne reste plus que 3 tomes à attendre).
_________________
"Il y a des gens pour qui réussir à tout les coups est une véritable obsession, comme les parachutistes."

Mon Blog : Shin. Who else ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
kynoo
Mangaversien(ne)


Inscrit le : 16 Jan 2004

Message Posté le : 13/02/07 15:03    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens d'entamer la lecture de Nanairo Inko, après avoir consulté la présentation de l'éditeur.

Je rejoins, dans l'ensemble, l'avis de Michael : ce manga est laborieux à lire pour les raisons évoquées et, même si l'on me sort l'argument "c'est destiné à un jeune public", je trouve les histoires trop simplistes.

On comprend - d'autant plus vite qu'on nous le dit explicitement - que les saynètes sont une transposition de l'intrigue de la pièce évoquée. L'idée pourrait être sympathique si l'évocation était un peu moins "plan-plan" et si le nombre de pages dévolu à chaque histoire était plus important, permettant de développer situations et personnages.

J'ajoute également que je ne comprends pas bien ce qui a motivé l'adaptateur à employer tout au long du volume l'horripilante tournure "le Ara". Neutre
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation